Société
16:49 21 mai 2015 | mise à jour le: 21 mai 2015 à 16:49 temps de lecture: 3 minutes

Grottes de Courville: 800 000$ pour la construction d’une digue sur la rivière Montmorency

ENVIRONNEMENT. Plus de 300 personnes du secteur Courville où des affaissements de sol ont provoqué l’évacuation de deux édifices à logements, en 2013, ont assisté à la huitième rencontre d’information sur les grottes de Courville. Initiée par la Ville de Québec, cette rencontre avait pour but de faire le point sur le bilan des interventions effectuées et de présenter les résultats des études scientifiques afin de rassurer les citoyens.

La conseillère du district, Julie Lemieux, a d’abord pris la parole pour souligner que les diverses expertises menées pour le compte de la Ville ont démontré la stabilité des failles et l’absence d’un risque imminent d’effondrement en précisant que les affaissements de sol sur la rue Brideau, il y a deux ans, s’étaient produits sur un site de remplissage de mauvaise qualité et n’étaient pas en relation avec la présence de grottes souterraines.

Richard Martel, un expert de l’Institut national de recherche scientifique (INRS) figurant parmi les 19 spécialistes en géologie, chimie, géophysique, hydrogéologie et en image satellitaire qui travaillent sur ce dossier depuis un an et demi, a par la suite dévoilé les résultats des études effectuées dans cette zone karstique en mentionnant que la variation du niveau de l’eau dans les grottes était directement reliée aux fluctuations du niveau de la rivière Montmorency en amont du barrage.

Recommandations de l’INRS

L’opinion des spécialistes de l’INRS a été demandée et les experts ont recommandé de procéder à une intervention visant à réduire l’apport d’eau dans les grottes par le colmatage des brèches identifiées le long de la rivière, en haut du barrage des Marches naturelles. Cette solution permettrait de réduire l’érosion sur les parois et le plancher des grottes, ainsi que de pouvoir cartographier des sections de grottes présentement inondées.

Clément Villeneuve du Service de l’ingénierie de la Ville de Québec a pour sa part présenté les nombreuses interventions effectuées pour maintenir la sécurité dans le secteur, comme les forages et la construction d’une dalle de béton sur le l’avenue Larue, avant d’annoncer qu’une somme de 800 000$ sera consentie pour la réalisation d’une digue en 2016 le long de la rivière.

Selon M. Martel, d’autres études sont à prévoir dans le secteur et l’INRS bénéficiera d’un autre montant de 300 000$ en 2016 pour mettre de l’avant des méthodes qui permettront de cartographier l’ensemble du secteur, dont les deux tiers du tracé des grottes restent encore à déterminer.

Les résultats de l’étude et les interventions à venir sont disponibles sur Internet au  http://www.ville.quebec.qc.ca/docs/publications/503_publication_5_867.pdf

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *