Société
17:22 2 novembre 2015 | mise à jour le: 2 novembre 2015 à 17:22 temps de lecture: 3 minutes

«Il est urgent de moderniser le régime d’autorisation environnementale» – David Heurtel

ENVIRONNEMENT. La Loi sur la qualité de l’environnement n’a fait l’objet d’aucune révision en profondeur depuis son adoption en 1972. Pour le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, il est devenu impératif de moderniser et de rendre plus efficace le régime d’autorisation environnementale.

«En 40 ans, cette loi a fait l’objet de modifications ponctuelles pour répondre à des enjeux précis, ce qui, en plus de l’alourdir, a complexifié son application, tant pour le ministère que pour les initiateurs de projets et la population en général. J’estime qu’il est temps de passer à l’action, car les connaissances scientifiques et environnementales, les technologies de traitements disponibles, les nouveaux enjeux environnementaux et les contextes économique et social ont considérablement évolué», a déclaré le ministre Heurtel.

En présence de près d’une centaine de personnes, dont plusieurs élus de la Côte-de-Beaupré, de l’Île d’Orléans et Sainte-Brigitte-de-Laval réunis à l’occasion du petit déjeuner mensuel du député provincial de Montmorency, Raymond Bernier, David Heurtel a mentionné que plus de 5000 autorisations environnementales étaient émises chaque année par le ministère sous sa responsabilité.

Des impacts sur la santé et l’économie

Notant que cette modernisation doit se réaliser avec en toile de fond une préoccupation constante de l’amélioration de la prestation de service, M. Heurtel a précisé que plusieurs objectifs avaient été ciblés pour développer le Québec de façon responsable en matière d’environnement.

Comme les changements climatiques et la qualité de l’environnement touchent l’ensemble de la planète dans plusieurs domaines comme la santé, le développement économique et social, le conférencier invité a affirmé que le ministère devra tendre vers une culture de service qui repose sur des valeurs de transparence, de rigueur et d’équité auprès de tous les citoyens et des initiateurs de projets.

Amélioration du recyclage

Selon David Heurtel, il est urgent de procéder à l’amélioration de la collecte sélective et de la consigne en revoyant les procédés mis en place depuis plusieurs années. En terme de statistiques, il a été permis d’apprendre, entre autres, que seulement 60% du verre déposé dans les bacs de récupération est recyclé, faisant en sorte qu’au-delà de 200 millions de bouteilles se retrouvent annuellement dans les sites d’enfouissement.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *