Politique
21:01 7 novembre 2006 | mise à jour le: 7 novembre 2006 à 21:01 temps de lecture: 3 minutes

André Letendre et Carole B. Giroux font le point

Un an après avoir été élus sous la bannière du parti Renouveau municipal de Québec (RMQ) la conseillère Carole Bégin-Giroux du district de la Chute-Montmorency et le conseiller André Letendre du district du Vieux-Bourg ont profité de l’occasion, la semaine dernière, pour faire le point sur leurs actions dans l’arrondissement de Beauport. Le réaménagement du parvis de l’église Saint-Louis-de-Courville, l’installation de jeux au Centre communautaire des Chutes et la tournée des séances du conseil d’arrondissement dans les cinq districts pour rapprocher les élus des citoyens figurent parmi leurs plus importantes réalisations.

Selon Mme Bégin-Giroux, la sécurité des élèves de l’école Beausoleil était un enjeu majeur pour le réaménagement du parvis de l’église Saint-Louis-de-Courville. «Plusieurs automobilistes circulaient sur l’avenue Royale où passent souvent les élèves de l’école. Cet important projet qui a nécessité des investissements de plus de 350 000 $ a permis de réduire la vitesse de circulation tout en créant des aires pour les personnes âgées demeurant à proximité.  C’est en travaillant avec plusieurs acteurs locaux que j’ai réussi à faire avancer ce dossier et je les remercie tous», a commenté la conseillère.

Nommé président de l’arrondissement peu après son élection comme conseiller du Vieux-Bourg, André Letendre a plutôt axé ses interventions au niveau de la démocratie municipale en favorisant le rapprochement entre les élus et les citoyens avec une tournée des séances du conseil d’arrondissement dans chacun des cinq districts. «Je suis un peu réticent à faire cette sorte de bilan seulement après un an. Mon rôle de président en est un de rassembleur. Le travail d’équipe est très important pour faire évoluer des dossiers et il faut demeurer prudent dans la question de s’approprier des réalisations. Il faut savoir saluer les bons coups de l’administration précédente et je pense notamment à la mise en valeur du pourtour de l’église de la Nativité de Notre-Dame de Beauport où seront bientôt injectés plus de 1, 9 M $», a souligné M. Letendre.

«Une ville, ça se planifie, ça ne s’improvise pas!»

Selon la chef du RMQ, Ann Bourget, ce ne sont pas les décisions prises au Conseil de ville de Québec qui posent problème actuellement, ce sont plutôt celles qui ne le sont pas dans les secteurs clés pour le développement de la Ville comme l’immigration, le développement économique, le développement du sport, la promotion de la Ville et le transport.
«La Ville vit présentement sur une erre d’aller, et ce qui m’inquiète c’est qu’on gère le quotidien sans planifier l’avenir. Il faut penser au-delà de 2008, mobiliser les différents partenaires potentiels autour de quelques projets majeurs comme on l’a fait pour la revitalisation de Saint-Roch ou encore pour le projet de la rivière St-Charles. Une ville, ça se planifie, ça ne s’improvise pas! » Mme Bourget ajoute qu’il est primordial de poursuivre le projet de revitalisation du secteur d’Estimauville et du secteur des Chutes Montmorency, réaliser l’étude de faisabilité sur le tramway pour ne nommer que ces exemples. « Nous souhaitons que madame Boucher regarde en avant et cesse de nous ramener dans le passé avec le discours des fusions forcées».
<@CP> (photo: Michel Bédard)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *