Politique
16:01 30 avril 2015 | mise à jour le: 30 avril 2015 à 16:01 Temps de lecture: 2 minutes

«Il faut régler la question des finances publiques» – Carlos Leitao

FINANCES PUBLIQUES. De passage à Beauport à titre de conférencier invité au cinquième déjeuner rencontre de son collègue Raymond Bernier, député de Montmorency, le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a réitéré l’importance pour le gouvernement libéral d’avoir présenté récemment un budget équilibré, le premier au Québec depuis six ans.

En présence de près d’une centaine de personnes parmi lesquelles on retrouvait des élus de la Côte-de-Beaupré et de nombreux gens d’affaires, M. Leitao a souligné dans son exposé l’urgence pour le Québec de régler la question des finances publiques parce que le gouvernement ne peut plus composer avec une dette accumulée de plus de 200 milliards $.

«La solution n’est pas compliquée. Il faut que les revenus soient capables de défrayer les dépenses. Nos cibles de revenus sont basées sur des projections prudentes et une prévision de la croissance économique de 2,5% au Québec. Il a fallu appliquer un sérieux coup de frein dans des dépenses comme en santé où un budget serré a été mis en œuvre avec des changements apportés à la structure organisationnelle et à la manière de travailler des médecins», a mentionné le ministre.

Prochaine étape, baisse du fardeau fiscal

Rappelant que le gouvernement du Québec n’avait plus le temps d’attendre pour rétablir les finances publiques, M. Leitao a déclaré que la prochaine étape au programme était celle d’une baisse du fardeau fiscal en vue de diminuer les taxes et les impôts des particuliers et des entreprises, ce qui représentera un facteur important pour la prise de décision au niveau économique.

«Les pays qui vont se démarquer dans les années futures seront ceux qui seront capables de développer des économies alternatives comme la Bourse du carbone qui permet d’accroître le Fonds vert et l’électrification du transport», a conclu le ministre en ajoutant que la période de stabilité politique au Québec pour les trois prochaines années et demie s’avérait un facteur important pour le développement économique dans la province.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *