Politique
19:53 3 août 2015 | mise à jour le: 3 août 2015 à 19:53 temps de lecture: 2 minutes

Antoine Bujold veut répondre aux attentes de la classe moyenne

ÉLECTIONS FÉDÉRALES . À l’image de son chef Justin Trudeau, le candidat du Parti libéral du Canada dans Beauport-Limoilou, Antoine Bujold, entend mettre en œuvre aussitôt qu’il sera élu député fédéral le plan de sa formation politique pour répondre aux attentes de la classe moyenne en favorisant l’équité et une croissance économique.

«Depuis novembre dernier, je vais à la rencontre des gens de Beauport-Limoilou. Je voulais en savoir plus sur ce qu’ils attendent d’un prochain gouvernement. Le message est clair, depuis presque dix ans ils travaillent plus longtemps et plus fort pour moins de résultats et ils souhaitent que ça change. Le Parti libéral du Canada a un plan pour que ça change, que ça devienne plus raisonnable», assure Antoine Bujold.

Selon le candidat libéral, ce plan remplacera quatre programmes par une seule allocation non imposable aux familles de la classe moyenne et à faible revenu. Un gouvernement libéral rendrait aussi le système fiscal plus équitable en réduisant le taux d’imposition de la classe moyenne.

Un choix entre deux visions

Croyant en un pays dans lequel toute la population peut y trouver son compte, Antoine Bujold mentionne que les Canadiens pourront bientôt choisir entre deux visions fondamentalement différentes.

«Alors que les uns offrent des allégements fiscaux aux Canadiens les plus riches, les libéraux accorderont une réduction d’impôts à la classe moyenne, en plus d’offrir une allocation mensuelle simplifiée aux familles», note M. Bujold.

Détenteur d’un diplôme d’études collégiales en gestion de service alimentaire et restauration du Collège Mérici, Antoine Bujold est un homme d’affaires de 38 ans passionné qui croit à la valeur et au potentiel de chaque idée. Depuis plus d’une décennie, il est copropriétaire du Brynd, un restaurant spécialisé dans les plats concoctés à partir de smoked meat. L’entreprise compte maintenant trois restaurants à Québec.

Président depuis mars 2014 de la Société de développement commercial (SDC) Maguire, un organisme sans but lucratif qui veille au développement et à la défense des intérêts de ses membres, il joint l’utile à l’agréable en étant membre de la Corporation des camps Odyssée où il participe à différentes activités, dont celles d’entretien sur une base régulière.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *