Économie
16:09 2 octobre 2007 | mise à jour le: 2 octobre 2007 à 16:09 Temps de lecture: 4 minutes

La vie dans le rang Saint-Joseph, grenier maraîcher de Québec

La Société d’art et d’histoire de Beauport (SAHB) poursuivra le dimanche 14 octobre prochain son populaire programme des Visites d’intérieurs et de sites anciens (VISA). Le public sera alors invité à découvrir trois maisons ancestrales privées jamais visitées du patrimoine agricole du rang Saint-Joseph de Beauport considéré longtemps comme le grenier maraîcher de Québec.

Pour l’occasion, les participants seront accompagnés de l’auteur du livre « Paul-René Binet, sa vie, son époque», Réjean Binet, qui retrace plusieurs moments importants de la vie dans les anciens rangs de Beauport et même, de la région de Québec.
«Ce livre nous révèle non seulement les relations qui ont existé entre l’auteur et son père, mais on y retrouve aussi une description de la vie dans le rang Saint-Joseph et comment les principaux événements qui ont marqué le 20e siècle ont influencé le destin d’une famille et des exploitations agricoles d’un des plus anciens rangs de Québec. Deux exemplaires de ce livre feront l’objet d’un tirage à titre de prix de participation lors de la pause de mi-parcours de notre visite», souligne le coordonnateur du programme, Clément Gamache.

Un peu d’histoire

«La côte de Beauport compte quatre rangs. Le premier rang se distingue à son parcellaire qui poursuit l’orientation nord-sud des terres et arrière-fiefs de la Seigneurie. Concédé de 1662 à 1673, il se déploie au nord du domaine du bourg du Fargy, entre la rivière Beauport et la rue Seigneuriale. Les autres rangs suivent l’alignement de la seigneurie voisine, Notre-Dame-des-Anges. Du sud au nord s’étendent les rangs Saint-Joseph (à partir de 1667), Saint-Michel (1668) et Sainte-Thérèse (vers 1720) qui rejoignent à l’ouest la commune et le village de Bourg-Royal. Dans l’arrière-pays, au-delà du rang Sainte-Thérèse, se déploient par la suite les concessions Saint-Ignace, Sainte-Marie, Saint-Louis et Saint-André, jusqu’aux limites de Lac-Beauport», note M. Gamache.
«Selon ce qu’on en sait, les noms des rangs seraient attribués en l’honneur des seigneurs de Beauport. Ainsi, Joseph Giffard , seigneur de 1668 à 1696, et sa femme, Michèle-Thérèse Naud, auraient donné leur nom à trois rangs alors que Ignace Juchereau Duchesnay (1696-1715) et sa femme, Marie-Catherine Peuvret, première seigneuresse en Nouvelle-France à la suite de la mort de Ignace, ceux de Saint-Ignace et peut-être de Sainte-Marie», mentionne M. Gamache

Les «oignons» de Beauport !

«Quelques douzaines de familles auront exploité cette généreuse terre de père en fils pendant plus de 250 ans, fières héritières des rangs concédés par le seigneur Joseph Giffard au nord du village de Beauport au début du 18e siècle. D’ailleurs, les producteurs locaux étaient nombreux à vendre leurs produits aux citadins, soit au marché d’Youville, au marché Saint-Roch et, plus tard, à celui de la gare du Palais. Avec la pression urbaine incessante et le développement commercial effréné, les vénérables demeures ancestrales de ce secteur se trouvent de plus en plus menacées par la banalisation et la destruction. Déjà, en 2005, la magnifique maison ancestrale Charles-Drouin, à l’extrémité est du rang St-Joseph, était rasée, soi-disant, afin de faire place à l’agrandissement du stationnement d’un concessionnaire automobile. Des agriculteurs des rangs, surnommés « les oignons » de Beauport en raison de leurs cultures maraîchères, notamment les petits oignons offerts aux résidents de la région, il ne reste plus qu’une poignée d’irréductibles et le patrimoine bâti, notamment les bâtiments secondaires, est grandement menacé.
C’est une occasion unique à ne pas rater, car très bientôt, si rien n’est fait pour préserver adéquatement la mémoire des lieux, les « oignons » perdront racines et la ville de Québec, un peu plus de son identité», craint M. Gamache.

Réservations obligatoires

Le lieu de rendez-vous sera précisé après les réservations obligatoires par téléphone au 641-6065. Le coût est de 18 $ par personne et l’activité aura lieu même par temps pluvieux. Ces visites guidées et commentées sont d’une durée d’environ trois heures trente.

Articles similaires

09:36 29 mai 2021 | mise à jour le: 29 mai 2021 à 09:36 Temps de lecture: 2 minutes
Des nouveaux venus

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *