Actualités
08:39 2 janvier 2021 | mise à jour le: 24 décembre 2020 à 13:54 temps de lecture: 11 minutes

Retour sur les moments marquants de 2020 (2e partie)

Retour sur les moments marquants de 2020 (2e partie)
Photo: Kobusinski Leszek www.fotografs/Photo 123 RF

Rétrospective. En ce début d’année, Le Beauport Express vous propose un retour sur les événements locaux qui ont retenu l’attention au cours des 12 derniers mois.

Avril

Un entrepreneur vient en aide au personnel médical

Le président du groupe Vertdure, Philippe Tremblay, n’a pas hésité une seconde avant de prêter main-forte au personnel de la santé de la région de la Capitale-Nationale. Il a mis les ressources de son entreprise entièrement à la disposition de récupération de masques médicaux qui se font plus rares avec la crise sanitaire pour le personnel médical. Après une seule journée de collecte, l’entrepreneur de Charlesbourg a réussi à livrer 5000 masques au personnel médical.

Photo gracieuseté

La Croque-Mobile amène la joie

Toutes les idées sont bonnes pour briser l’isolement lié avec la pandémie. Marie-Claude Fontaine l’a compris rapidement alors que la présidente du projet citoyen Croque ton quartier a sorti toutes les sortes de crayons pour décorer son automobile avec l’aide précieuse de ses enfants. La Croque-Mobile est née aussi simplement alors que la famille fait le tour du quartier Vieux-Bourg en faisant du bruit pour faire sortir les gens sur le perron des maisons pour contrer l’isolement.

«Il y a beaucoup de personnes âgées dans le secteur et nous invitons tout le monde à sortir sur le perron, faire du bruit, chanter et prendre un toast avec nous avec la boisson de leur choix», précise la mère de famille. La Croque-Mobile a connu un vif succès dans le voisinage alors que les citoyens du quartier se tenaient prêts à sortir dès que le son de la Compagnie créole se faisait entendre dans les chaumières beauportoises.

Photo gracieuseté

Changement de cap pour FLB solutions alimentaires

La crise de la COVID-19 a amené son lot de difficultés pour toutes les entreprises. Plusieurs ont apporté des changements rapides et drastiques pour espérer passer à travers la crise sanitaire. C’est le cas pour l’entreprise beauportoise FLB solutions alimentaires qui fournissait exclusivement de la nourriture aux garderies, CPE et restaurants de la région de Québec. L’entreprise a pris le taureau par les cornes en étendant son offre de service à la population au grand complet. Le président directeur général de l’entreprise, Philippe Vennes explique plus précisément les changements apportés à son entreprise.

«Nous avons commencé notre service le 25 mars et c’est un succès jusqu’à maintenant. Nous remplissons environ une centaine de commandes par jour. Nous avons 450 produits disponibles pour le public sur notre inventaire habituel de 7500. Les gens peuvent se créer un profil d’acheteur sur le site et il y a déjà 250 consommateurs qui l’ont fait.» La nouvelle initiative de l’entreprise a connu un vif succès à un point tel que FLB solutions alimentaires pense à garder l’offre au grand publie de façon permanente.

Photo gracieuseté

Marc Tardif a eu chaud

La population de Québec a vite réalisé que la COVID-19 pouvait atteindre n’importe quelle personne alors que l’ancienne vedette des Nordiques de Québec. Marc Tardif a donné son témoignage sur son combat contre le virus. L’ancien joueur de hockey a eu besoin d’une hospitalisation rapide alors que son état empirait.

«Je ne voulais pas y aller et je me disais que ça allait passer. Personne n’a vraiment le goût de faire un tour dans la grosse camionnette jaune, mais j’étais déshydraté au maximum et Lisette a appelé l’ambulance.» Marc Tardif a immédiatement été transféré aux soins intensifs à son arrivée à l’hôpital. «C’est différent des fois où j’ai visité l’hôpital dans ma carrière de joueur. Tu te sens réellement isolé. Par bonheur, ma santé a commencé à prendre du mieux après quelques jours à l’hôpital.»

Photo gracieuseté

Mai

Nouveau columbarium à Beauport

L’ancienne caserne de pompiers Ronald-Vézina sera transformée en tout nouveau columbarium par la Compagnie du cimetière Saint-Charles. L’emplacement de l’édifice sur la rue Vachon représente une situation idéale selon le directeur général de l’entreprise François Chapdelaine.

«C’est un bâtiment idéal pour nos besoins à proximité de la population. Il y avait un volet patrimonial à conserver, mais nous étions prêts à vivre avec ça. Nous avions un réel besoin dans ce secteur et je crois que la population sera pleinement satisfaite de la beauté du projet.» Le coût total du projet est évalué à 1,7M$ alors que l’ouverture du columbarium avec une capacité d’accueil de 900 emplacements était prévue pour l’automne 2020.

Photo Métro Média – Jean Carrier

Retour aux sources pour le restaurant Buffet Royal

Le restaurant Buffet Royal a pris l’initiative de redonner la possibilité à sa clientèle d’essayer le nouveau service au volant (drive-in). Le restaurant familial beauportois implanté dans la communauté depuis 1956 avait arrêté l’option du drive-in en 1980. Ce virage à 180 degrés est évidemment une nouvelle façon d’attirer la clientèle au restaurant en raison de la pandémie. Le propriétaire Éric Sanfaçon témoigne de l’importance pour les restaurateurs d’être ingénieux.

«C’est vraiment une période difficile et il faut trouver des nouvelles initiatives. J’ai dû couper mon personnel de 11 personnes et j’espère qu’avec le service au volant je vais pouvoir en réembaucher quelques-unes. Nous avons coupé nos heures d’ouverture pour faire face à la crise et à partir du 1er juin, nous serons de retour à sept jours par semaine. Je pense bien que le service au volant sera disponible pour la durée de la saison estivale et si ça va bien, je n’entrevois pas de problème à conserver l’initiative.»

Photo gracieuseté

Des négociations qui se terminent avec le soulagement des parents

Le Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries a fait plaisir à un nombre incalculable de parents en annonçant le retour du calendrier scolaire usuel. L’entente fraîchement signée avec le Syndicat de l’enseignement de la région de Québec (SERQ) a permis le rebondissement de situation. La secrétaire générale du Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries Martine Chouinard a confirmé la nouvelle.

«Il est vrai que le calendrier scolaire reviendra à ce que l’on connaissait avant. Nous commencerons l’école au mois d’août plutôt qu’au mois de septembre et il y aura également une semaine de relâche complète pour les élèves et les professeurs.» L’entente met fin à de longues négociations entre les deux partis. Les professeurs ont accepté l’offre patronale avec un taux d’approbation de 86% alors que plus de 2200 personnes se sont prononcées alors que le dénouement amène du soulagement chez les parents et les élèves.

Photo 123 RF

Décès de Jacques Langlois

Le dernier maire de Beauport Jacques Langlois a rendu son dernier soupir. Il a mené les destinées de Beauport pendant 17 ans avant que la municipalité joigne la Ville de Québec en raison du fusionnement. Plusieurs élus ont tenu à rendre un dernier hommage au Beauportois.

«Le décès de Jacques Langlois nous bouleverse profondément. La région de Québec perd un de ses leaders politiques des 35 dernières années, un homme qui a toujours eu à coeur la prospérité des citoyens de Beauport. Il aura marqué l’histoire de notre région», mentionne le maire de Québec Régis Labeaume alors que le député provincial Jean-François Simard en ajoute. «Il était assurément un grand politicien. Il est de la même qualité que Jean-Paul L’Allier et Andrée Boucher. Il a aussi été un mentor pour moi, il était généreux de sa personne. C’était un maire près des gens et il ne faut pas sous-estimer son efficacité comme administrateur. Il a donné vie à Beauport dans sa globalité après les fusions.»

Photo gracieuseté

Juin

La grande surprise de Virginie Ruest

Virginie Ruest n’a pas reçu sa Médaille académique du gouverneur général avec tout le décorum habituel en raison du coronavirus. La direction de l’École secondaire de la Seigneurie a eu la bonne idée d’aller surprendre l’étudiante à son domicile pour lui remettre son prix. Le subterfuge a fonctionné alors que l’étudiante qui a maintenu une moyenne académique de 94,69% lors de son parcours académique au secondaire était étonnée de voir tout ce monde débarquer à son domicile.

«C’est une surprise totale, spécialement durant le confinement! Je n’ai jamais rien vu venir. Mes parents me demandaient à la blague si j’avais entendu parler de quelque chose concernant cette récompense, mais je m’aperçois qu’ils le savaient. Je suis vraiment heureuse», a-t-elle déclaré.

Photo Métro Média – Jean Carrier

Deux nouvelles passerelles

La Ville de Québec investit la somme de 1,5M$ dans le parc de la Rivière-Beauport. Deux passerelles piétonnes longeant la rivière Beauport seront construites dans le secteur situé entre les rues De Broqueville et Seigneuriale. Les deux structures seront faites en acier galvanisé. La livraison des passerelles est prévue en 2021.

«La rivière Beauport est une véritable oasis de nature en ville et l’aménagement des passerelles permettra aux citoyens de s’approprier davantage ce lieu unique et de concrétiser notre vision d’améliorer l’accessibilité aux rivières et aux berges», mentionne le conseiller du district de Robert-Giffard, Jérémie Ernould.

Photo Métro Média – Jean Carrier

Le déconfinement culturel commence à Beauport

La Baie de Beauport était l’hôte de la reprise des activités dans le secteur culturel avec l’ouverture du Musiparc. C’est Marc Dupré qui a donné le coup d’envoi à la série de spectacles de plus de 100 prestations entre le 19 juin et le 19 juillet. Comme tout ce passe sur la scène qui a une superficie de 40 pieds par 50 pieds, deux écrans géants ont été ajoutés afin que les spectateurs installés dans leurs voitures puissent suivre l’action. Le directeur général de Gestev, Gabriel Fontaine-Leclerc, était heureux de donner le départ de cette nouvelle forme de spectacles.

«Nous sommes les premiers au Québec à le faire et je me sens privilégié d’avoir un pareil honneur. Ce qui a été le plus difficile, c’est d’avoir tout mis en place en si peu de temps. C’était une course contre la montre et il a fallu planifier en télétravail en raison du coronavirus. Il n’a pas également été facile d’avoir accès aux matériaux et au personnel qui travaille sur les sites de construction des scènes et on a tout fait ça en moins d’un mois.»

Photo Métro Média – Jean Carrier

L’agriculture urbaine a la cote

La ferme Bédard Blouin située à Beauport a augmenté sa production pour répondre à la forte demande de la population durant la pandémie. La propriétaire associée Sarah Bédard a fait appel aux réseaux sociaux pour écouler des plants de légumes en surplus à divers organismes de bienfaisance. Elle a constaté la magie des réseaux sociaux alors que les surplus se sont volatilisés très rapidement.

«On peut dire que c’est une réponse majeure alors qu’en moins de deux heures, plus d’une vingtaine d’organismes nous ont contactés. Nos surplus de tomates, cerises de terre, concombres et laitues ont disparu très rapidement. Nous sommes habitués à ne jamais gaspiller de nourriture, mais avec la production qui a vraiment augmenté en raison de la crise du coronavirus, nous avions besoin d’un peu d’aide pour faire disparaître notre stock.» Les choses ont rarement mieux roulé pour la ferme alors que la pandémie a fait ressortir une certaine crainte avec l’insécurité alimentaire. Elle assure que l’agriculture urbaine est un phénomène qui va continuer de prendre de l’expansion dans le futur.

Photo gracieuseté

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *