Actualités
11:57 22 mai 2020 | mise à jour le: 22 mai 2020 à 14:28 temps de lecture: 3 minutes

Commission scolaire des Premières-Seigneuries: coup de théâtre avec le retour du calendrier scolaire usuel

Commission scolaire des Premières-Seigneuries: coup de théâtre avec le retour du calendrier scolaire usuel
Les parents et les élèves sont les grands gagnants de cette entente entre le SERQ et la CSDPS alors qu’ils retrouveront le calendrier scolaire habituel. (Photo 123RF)

ÉDUCATION. Après d’intenses négociations qui ont débuté il y a plus de deux ans, la Commission scolaire des Premières-Seigneuries (CSDPS) vient d’en arriver à une entente avec le Syndicat de l’enseignement de la région de Québec (SERQ).

Les professeurs ont accepté l’offre de la CSDPS ce qui entraîne le retour au calendrier scolaire habituel. «Il est vrai que le calendrier scolaire reviendra à ce que l’on connaissait avant. Nous commencerons l’école au mois d’août plutôt qu’au mois de septembre et il y aura également une semaine de relâche complète pour les élèves et les professeurs», confirme la secrétaire générale de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, Martine Chouinard.

Sans équivoque

Les professeurs ont accepté l’offre patronale avec un taux d’approbation de 86% alors que plus de 2200 personnes se sont prononcées, une situation qui réjouit la CSDPS. «C’est ce que l’on souhaitait depuis longtemps. Il y a eu plus de 20 rencontres, il y a eu de la médiation, une entente avait passé proche dans le passé et je pense que les deux partis sont contents que ce soit terminé. Le personnel enseignant n’était pas content de la situation et pour le bien des élèves, tout le monde voulait en venir à une entente.»

Pas le cœur à la fête

Même si la proposition a été acceptée facilement, le climat n’était pas à la fête selon la présidente du SERQ, Annie-Christine Tardif. «Il y a eu quatre propositions de faites par la CSDPS et nous en avons rejetées deux avant de proposer les deux dernières à nos membres. Même si le taux d’approbation de 86% est élevé pour la proposition qui était la moins pire des deux, cela ne représente absolument pas le taux de satisfaction chez nos membres. Il y avait de la déception et de l’amertume dans l’air! Je pense que nos membres voulaient tout simplement passer à autre chose en raison de la longueur du conflit», affirme avec conviction la présidente.

Toujours selon elle, le personnel enseignant de la CSDPS est encore échaudé par le conflit qui laissera possiblement des traces dans l’avenir. «Je crois réellement que le personnel enseignant veut sentir de la considération pour leur travail, cet aspect devra être démontré par la CSDPS pour une relation harmonieuse dans le futur», s’est-t-elle contentée de répondre.

Concessions

Toujours selon la présidente du SERQ, les enseignants ont fait beaucoup de sacrifices pour accepter la proposition. «Nous sommes loin de la dernière entente de juin 2017 pour les arrangements locaux. Pour ce qui est des congés de maladies pour les enfants, nous passons de six demi-journées que l’enseignant pouvait prendre à n’importe quel moment à cinq. Sur ce nombre, il y en a qu’une seule qu’il peut choisir de prendre au moment qu’il le veut alors qu’il devra épuiser sa banque de congés de maladie avant d’utiliser les autres.»

Le nouveau calendrier scolaire de la CSDPS. La rentrée des classes serait le 27 août 2020. (Photo gracieuseté)

 

Articles similaires

17:23 12 novembre 2018 | mise à jour le: 12 novembre 2018 à 17:23 temps de lecture: 1 minutes
De la grande visite

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Denis Simard

    Depuis quelques années, la CSDPS a changé sa vision sur le plan de la gestion des ressources humaines. Une vision beaucoup moins respectueuse des personnes qui se devouent au quotidien auprès des élèves et davantage centrée sur des economies d’échelle. Cette entente en est une autre preuve. Les enseignantes et enseignants se sont vus retirer unilatéralement bon nombre de conditions de travail négociées de bonne foi par leur syndicat dans les dernières années.

    Je suis un enseignant à la retraite. J’ai toujours été fier de dire que je travaillais pour la CSDPS . Malheureusement, cette fierté s’est transformée en honte. Vite un changement de cap!

  • Audrey

    Super pour les gens qui avaient déplacés leurs vacances pour être là la dernière semaine d’août puisqu’il n’y avait pas de camp ni d’école. I le calendrier n’étaient pas définitif, il ne fallait pas l’annoncer. Rendu fin mai impossible de déplacer les vacances, on perd donc du temps en famille. 🙁