Actualités
14:00 13 novembre 2018

La technologie pour remplacer un médecin de famille

APPLICATION. À défaut de pouvoir compter sur la présence d’un médecin sur le territoire de la municipalité de Sainte-Brigitte-de-Laval, les résidents pourront en consulter un par vidéoconférence dans le confort de leurs résidences grâce à l’application disponible par l’entremise du centre de santé de Sainte-Brigitte-de-Laval (SBDL).

La photo officielle du lancement des soins mobiles en entreprise.

(Photo Métro Média – Jean Carrier)

«Nous serons la première coopérative de santé au Québec à avoir cette technologie pour nos membres. Nous serons prêts pour le lancement officiel de la télémédecine dans deux à trois semaines, car il reste des détails à régler comme le coût de l’application pour les membres», explique Véronique Loubier, directrice du centre de santé SBDL.

Le centre de santé sert d’intermédiaire pour télécharger l’application par l’entreprise Dialogue qui est spécialisée dans les soins de santé virtuels. Le principe est le même qu’une clinique de médecine ordinaire. «Il y a une infirmière qui répond aux questions et qui évalue les patients. Si un cas nécessite de voir un médecin, ça se fait par ordinateur ou téléphone intelligent. Cela peut sauver du temps à bien des gens qui ont besoin d’une consultation pour une urgence mineure. C’est une année pilote du service et on vise à desservir 150 personnes pour la première année.»

La principale intéressée assure que le service n’est pas là pour remplacer la venue d’un médecin. «Notre but est encore d’amener un médecin à pratiquer dans la communauté, mais je pense qu’en attendant c’est une opportunité d’offrir un service et même avec la présence d’un médecin, on songerait à garder le service.»

Il y a évidemment une limitation aux actes médicaux qu’un médecin peut faire par télémédecine. Un docteur peut réaliser environ 70 actes médicaux avec l’aide de cette nouvelle technologie. Une grande variété de pratique médicale est offerte allant de la simple fracture à un doigt, en passant par un rhume et une grippe sans complication, qu’un simple renouvellement de prescription pour différentes maladies.

Le traitement par télémédecine n’est pas couvert par la RAMQ ou ailleurs au Canada, même si plusieurs pays à travers le monde ont une couverture médicale pour ce genre de traitement. 

L’interface de l’application développée par l’entreprise Dialogue.

(Photo Métro Média – Jean Carrier)

Autre nouveauté

Le dynamisme de la coopérative de solidarité a été prouvé avec l’annonce d’un autre service pour les gens d’affaires de la communauté. Le lancement d’un projet de soins mobiles en entreprise a été fait à grande pompe au centre de santé. La direction de l’établissement a profité de l’occasion pour souligner l’apport important des caisses Desjardins avec un financement de 150 000$ sur trois ans, provenant du Fond des régions du Mouvement Desjardins.

Le projet a pour but de favoriser le bien-être au travail en offrant plusieurs services comme le yoga ou l’évaluation du poste de travail. «On peut se déplacer partout dans la région et non pas seulement à Sainte-Brigitte-de-Laval. On essaie d’être proactif et il est prouvé qu’un dollar investi en santé globale des travailleurs peut rapporter jusqu’à 5$ pour les entreprises», conclut la directrice.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *