Actualités
16:40 1 novembre 2016 | mise à jour le: 1 novembre 2016 à 16:40 temps de lecture: 2 minutes

Philippe Couillard à l’inauguration du deuxième bâtiment de l’école du Trivent

ÉDUCATION. Quelle surprise ont eue ce matin les élèves du deuxième bâtiment de l’école primaire du Trivent à Sainte-Brigitte-de-Laval. Le premier ministre Philippe Couillard leur a rendu visite à l’occasion de l’inauguration officielle de leur nouvelle école.

«Je souhaite que tous les enfants du Québec puissent avoir une belle école comme la vôtre», a-t-il dit aux élèves qui étaient tous réunis dans le gymnase de l’école. Ils semblaient d’ailleurs tous très fébriles et énervés de recevoir la visite de M. Couillard.

Le premier ministre a eu l’occasion de faire une visite complète du nouveau bâtiment. Il a entre autres été impressionné par la classe de musique de Monsieur Maxime, qui comporte notamment une pièce de rangement réaménagée en local d’enregistrement.

M. Couillard a semblé très satisfait de sa visite: «Les locaux sont éclairés, les enfants sont heureux.» Il a également été impressionné de voir comment les enfants apprennent avec les nouvelles technologies: «Je n’avais jamais vu de tableau interactif fonctionner!».

Au cours de sa visite, il est entré dans une classe de 5e et 6e année pour s’adresser aux jeunes. Questionné par un élève au sujet de ses projets, il a répondu que son projet, c’est eux, les jeunes. «Je souhaite que vous ailliez de belles études et que vous réalisiez vos rêves. Peut-être que l’un d’entre vous sera un jour premier ministre du Québec», a-t-il ajouté.

Raymond Bernier, député de Montmorency, a expliqué que le premier objectif de ce nouveau bâtiment était de rapprocher les écoles des familles et des enfants. «On voulait vous garder chez nous le plus longtemps possible». La construction de ce bâtiment a permis d’ajouter 21 classes pouvant accueillir jusqu’à 500 élèves.

À ce propos, la mairesse Wanita Daniele a affirmé que la prochaine étape, est d’avoir une école secondaire à Sainte-Brigitte-de-Laval. «Nous souhaitons que jamais notre emplacement soit un frein à l’éducation», ajoute-t-elle.

Le premier ministre a affirmé que c’est une éventualité qui pourrait être possible, étant donné que la population qui est grandissante dans cette municipalité: «On va faire des travaux plus poussés là-dessus, mais on voit bien le nombre d’enfants».

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *