Actualités
17:28 9 février 2018 | mise à jour le: 9 février 2018 à 17:28 temps de lecture: 3 minutes

Gala des jeunes personnalités d’affaires: une Beauportoise en nomination

Claudie Lavoie vient d’être désignée parmi les huit finalistes pour le gala des jeunes personnalités d’affaires 2017. Le gagnant sera connu le 15 février au Hilton Québec. Pour la Beauportoise, le simple fait d’être nommée est une victoire qui vient récompenser un long cheminement.

Rien n’a jamais été facile au niveau des études pour la femme d’affaires qui considère la photo comme sa deuxième passion.

Photo TC Media – Jean Carrier

«C’est prestigieux comme prix. Depuis ma nomination, je suis tellement heureuse. Être entrepreneure comporte beaucoup d’embûches et de travail, je me suis déjà posé la question s’il ne valait pas mieux tout laisser tomber. Avec cette nomination, c’est comme si tout mon parcours était reconnu.»

Ce travail a commencé à l’université alors qu’elle prenait des contrats de photo tout en suivant ses cours en design graphique. Alors qu’elle gradue en 2012, elle était déjà prête à ouvrir son propre studio de photo. «Ce qui coûte cher dans le domaine de la photo, c’est l’équipement. Tout au long de mes études, j’ai économisé de l’argent pour acheter mon équipement de sorte que quand j’ai gradué, j’étais déjà prête à me lancer en affaires.» À 28 ans, elle est la propriétaire du Studio le CieL sur le boulevard Raymond à Beauport. Dans ses projets d’avenir, elle aimerait commencer à déléguer le boulot pour avoir plus de temps libre. Elle s’offre une journée de congé par semaine et aucune pendant la dernière saison estivale. «J’ai appris que, pour réussir comme entrepreneure, il faut bûcher.»

L’amour d’une cavalière pour son cheval.

Photo gracieuseté

L’équitation à la rescousse

«Mes parents m’ont fait découvrir l’équitation et j’ai adoré.»

Photo gracieuseté

Rien n’a jamais été facile au niveau des études pour la femme d’affaires qui considère la photo comme sa deuxième passion. C’est son amour des chevaux qui l’a aidé à passer à travers son parcours scolaire étant plus jeune. «Mes parents m’ont fait découvrir l’équitation et j’ai adoré. Ça me donnait confiance en moi de pouvoir réussir à monter ces bêtes puissantes. Ils ont utilisé par la suite le sport équestre comme récompense pour me garder à l’école. Sans les chevaux, il ne fait aucun doute que je serais devenue une décrocheuse.» Claudie a fait beaucoup de compétitions de saut d’obstacles avec son cheval Chaplin et a été entraîneuse pour les plus jeunes par la suite. C’est d’ailleurs un futur projet de commencer une deuxième entreprise dans le domaine des chevaux.

Pour l’instant, son centre attention est sur le gala du 15 février alors que les finalistes doivent passer préalablement une dernière entrevue pour couronner le gagnant. Même si elle assure qu’elle est déjà comblée par la grande visibilité de sa nomination, il ne faudrait pas être surpris de voir cette battante remporter ce prix. 

«C’est prestigieux comme prix. Depuis ma nomination, je suis tellement heureuse»

Photo TC Media – Jean Carrier

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *