Actualités
15:00 21 janvier 2018 | mise à jour le: 21 janvier 2018 à 15:00 temps de lecture: 3 minutes

Raymond Bernier s’attend à une grosse année 2018

Le député provincial de Montmorency se sent d’attaque pour la prochaine rentrée parlementaire. Il est complètement rétabli de son opération visant à retirer une masse de son poumon gauche. D’ailleurs, il devrait être de l’aventure comme candidat aux prochaines élections.

M. Bernier a été le maire suppléant de la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures

Photo TC Media – Archives

«Ça va très bien, il y a évidemment un suivi médical à faire tous les six mois pour ce genre d’opération, mais j’ai fait le plein d’énergie. J’aime la politique, servir les gens et je pense qu’il y a encore des défis qui m’attendent dans Montmorency.» Il cite en exemple le projet de la chute Montmorency.

Du pain sur la planche

Il reste une seule session parlementaire de février à juin pour impressionner les électeurs avant les prochaines élections provinciales. En se fiant au dernier sondage,  le député sait que son parti a une longue côte à remonter. Il garde beaucoup d’optimisme.

Advenant un échec lors des prochaines élections, M. Bernier assure qu’il prendrait sa retraite de la vie politique.

© Jean-Yves Cliche

«Dans la vie, il faut contrôler ce qu’on peut contrôler. Je vais mettre les bouchées doubles et être encore plus présent dans mon comté. J’ai toujours été élu, mais jamais réélu et j’aimerais que ça change.» Advenant un échec lors des prochaines élections, M. Bernier assure qu’il prendrait sa retraite de la vie politique.

Cynisme

L’homme qui profitait de ces derniers moments de vacances assure que le cynisme de plus en plus présent envers la classe politique n’est pas assez pour l’empêcher d’aimer ce métier. Il est catégorique sur le sujet. «On doit mériter le respect, il faut être transparent. Mes patrons ce sont les électeurs. Ce ne sont pas eux qu’il faut blâmer!»

L’avènement des médias sociaux amène aussi son lot de difficultés, mais aussi bien des avantages. «C’est certain qu’il y a des moments où le message passe de façon un peu trop explicite, mais je préfère voir les bons côtés. On n’a jamais été aussi proche des gens qui ont un superbe outil pour se faire entendre. On peut aussi faire une promotion exceptionnelle avec les médias sociaux.»

C’est en discutant de ce contexte de politique sur le web qu’il aborde l’importance du taux de participation des électeurs. «Il faut se repencher sur le fait de donner d’autres alternatives aux gens pour voter. Je sais qu’au municipal, l’expérience de votage en ligne avait connu des ratés, mais si on est capable de faire des transactions bancaires en ligne de façon sécuritaire, je ne vois pas pourquoi ceci ne serait pas possible.»

L’entretien avec le gradué en administration de l’Université Laval se termine en parlant de ses plus grandes réalisations en politique. Après avoir réfléchi quelques secondes, il répond de façon assurée: «La lutte aux paradis fiscaux, j’ai travaillé plus de deux ans avec plusieurs personnes à l’étranger pour doter le Québec de moyens efficaces et on est la seule province à avoir réussi à le faire. L’autre chose qui me rend fier et de toujours avoir été disponible pour mes électeurs.»  

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *