Actualités
13:58 5 mai 2017 | mise à jour le: 5 mai 2017 à 13:58 temps de lecture: 3 minutes

Port de Québec: Rabaska, un premier pas vers un troisième lien?

PORT DE QUÉBEC. D’ici 5 ans, l’achat officiel des terrains de Rabaska par le Port de Québec pourrait se concrétiser, ou pas, explique Frédéric Lagacé, directeur adjoint aux affaires publiques et contenus stratégiques du Port de Québec. Gilles Lehouillier, le maire de Lévis, s’est montré heureux de cette éventualité d’achat, qui pourrait être un premier pas vers un troisième lien entre Lévis et Beauport.

La chambre de commerce aimerait voir un tunnel qui part de l’est de Lévis et qui se rend à Beauport.

(Photo http://www.tunnelquebeclevis.com)

Depuis quelques mois, les travaux de mise en place de la zone industrialo-portuaire Québec-Lévis vont bon train. Dans la foulée de ce travail, le port de Québec a annoncé récemment avoir signé une entente prévoyant une option d’achat des terrains appartenant à Rabaska par l’Administration portuaire de Québec (APQ), une acquisition qui lui permettrait de doubler sa superficie.

En conférence de presse, le maire Gilles Lehouillier avait affirmé voir cette possible acquisition d’un bon œil puisqu’elle pourrait solidifier les bases d’un troisième lien dans l’est de Lévis jusqu’à Beauport et renforcer sa nécessité.

La chambre de commerce de Lévis, qui aimerait voir apparaître un tunnel entre Lévis et Beauport croit toujours que c’est le meilleur projet pour l’instant pour réduire la congestion, mais demeure ouvert à un projet «moins coûteux et tout aussi profitable», explique le directeur général, Stéphane Thériault.

Il se réjouit d’ailleurs que le terrain de Rabaska pour lequel le Port de Québec a une option d’achat soit situé à proximité du lieu où ils aimeraient qu’un tunnel soit construit puisque selon lui, les deux projets pourraient être complémentaires. «Mais même en enlevant le 3e lien, c’est une excellente nouvelle pour Lévis», précise M. Thériault.

M. Lagacé explique toutefois qu’il est encore trop tôt pour s’avancer sur les enjeux qui pourraient faire en sorte qu’ils acquièrent le terrain ou qu’ils décident de laisser tomber. «Le port va évaluer les avantages, les inconvénients et les différentes options», rapporte-t-il. On ne sait d’ailleurs pas si le Port de Québec souhaiterait lui donner une vocation de port méthanier.

Le président-directeur général de l’Administration portuaire de Québec, Mario Girard, a profité de l’occasion pour souligner les effets positifs de la stratégie maritime pour le Port de Québec et sa région. «La stratégie maritime mobilise les acteurs régionaux afin de planifier le développement durable de l’industrie portuaire pour assurer la compétitivité du fleuve Saint-Laurent. Le développement du commerce maritime se fait notamment par la préservation et l’agrandissement des actifs fonciers portuaires dans un souci de développement durable, la stratégie maritime répond à ces objectifs».

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *