Actualités
22:00 25 janvier 2017 | mise à jour le: 25 janvier 2017 à 22:00 temps de lecture: 3 minutes

Marie-Andrée Boucher au raid Cap Femina Aventure

DÉFI. Après avoir été élue reine du Carnaval lors de l’édition 2015, Marie-Andrée Boucher avait besoin de continuer de se dépasser. Elle a approché sa collègue et amie Mélanie Chouinard pour se lancer dans l’aventure du raid Cap Femina Aventure.

Marie-Andrée Boucher n’a pas seulement été duchesse de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge lors de l’édition 2015 de la fête hivernal, elle a aussi été couronnée reine du Carnaval. «Cette aventure m’a permis de confirmer le désir que j’avais de sortir de ma zone de confort», croit-elle, encore pleine de souvenirs. À son passage, elle avait organisé une grande fête foraine dans son duché pour inviter la population à sortir bouger.

C’est d’ailleurs le Carnaval qui a rapproché les deux complices avant qu’elles ne se lancent dans cette aventure. Mélanie Chouinard venait tout juste d’être engagée dans leur lieu de travail commun, le Collège Mérici, lorsque Marie-Andrée Boucher vivait son aventure carnavalesque. «La connaissant encore peu, je pense que j’étais capable d’être objective dans son aventure et de l’accompagner là-dedans. En plus, j’ai toujours rêvé d’être duchesse du Carnaval, je pouvais le vivre par personne interposée», raconte à la blague Mélanie Chouinard.

Quelques mois plus tard, une idée inattendue lui est venue à l’esprit, comme une révélation. «Quand le Carnaval s’est terminé, je suis restée un peu sur ma faim. J’avais envie d’aller plus loin dans ce désir de me dépasser. Ça a pris quelques mois, la poussière est retombée et en octobre 2015, j’ai commencé à discuter avec Mélanie du projet de faire un rallye dans le désert.»

Du rêve à la réalité

Après moult réflexions, les deux femmes se sont lancées dans le défi Cap Femina, une expérience qui rassemble défi physique et d’orientation et cause humanitaire. «C’était le défi que se rapprochait le plus de nos valeurs, croit Marie-Andrée Boucher. Par exemple, une des épreuves, c’est de peinturer une école du Maroc.»

Pour ces deux mères de famille, cette expérience devait se vivre en communion avec leur famille. «Je voulais montrer à mes enfants que c’est important d’avoir des projets personnels et de s’y investir», explique Mélanie Chouinard. Leur nom et numéro d’équipe ont même été choisis en symbole de leur vie respective: le numéro 142 de l’équipe Carpe Diem représente une équipe, les quatre enfants de Mélanie et les deux de Marie-Andrée.

Le grand départ est prévu pour octobre 2017. D’ici là, la préparation va bon train, chacune ayant ses forces et ses responsabilités. «J’ai l’impression que ce dont on va se souvenir le plus, c’est tout ce temps qu’on aura passé ensemble à préparer notre départ», croit Mélanie Chouinard. «Ce dont j’ai hâte, c’est de revenir et de partager avec mes proches ces moments d’entraide qu’on aura vécus», renchérit sa collègue.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *