Actualités
15:56 11 avril 2012 | mise à jour le: 11 avril 2012 à 15:56 temps de lecture: 3 minutes

Le secteur Everell protégé par la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec

Ciblé par plusieurs entrepreneurs en construction désireux d’y bâtir de nouveaux immeubles à logements dans la foulée de la densification urbaine prônée par l’administration Labeaume, le secteur Everell de l’arrondissement de Beauport est maintenant protégé. La Commission d’urbanisme et de conservation de Québec autorisera dorénavant tout projet immobilier sur le boulevard Sainte-Anne et la rue Sauriol, entre les rues du Manège à l’ouest, et Francheville à l’est, la falaise au nord et le fleuve Saint-Laurent au sud.

La conseillère municipale du district de la Chute-Montmorency, Julie Lemieux, responsable de la culture et du patrimoine au comité exécutif à la Ville de Québec, a tenu à rassurer les résidents de ce secteur historique, hier soir, à la séance publique du conseil d’arrondissement de Beauport en affirmant que la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec aura maintenant son mot à dire sur tous les projets de construction et de rénovation afin d’y assurer un développement harmonieux.

«Dotée d’un pouvoir décisionnel sur l’apparence architecturale et la symétrie des constructions, cette commission est formée d’architectes, de spécialistes en patrimoine et d’élus entourés par des fonctionnaires qui devront donner leur aval en fonction des objectifs et des critères de conservation et de mise en valeur architecturale édictés par règlement. C’est une grande sécurité, car il n’y aura pas de permis attribué sans que la commission ne se prononce», a souligné Mme Lemieux tout en ajoutant que l’église désaffectée de Montmorency était maintenant aussi protégée par cette commission.

Présence potentielle de vestiges archéologiques

Dans une lettre adressée récemment à Mme Lemieux réitérant son inquiétude face au développement futur et à la conservation de cet important morceau de patrimoine beauportois, la Société d’art et d’histoire de Beauport (SAHB) a ajouté un élément d’information concernant la présence potentielle de vestiges archéologiques à l’arrière de la maison Jules-Édouard Robitaille, acquise par un promoteur immobilier désireux d’y construire des condos.

Selon l’organisme, il s’agirait des buttes de terre qui longent les terrains et qui pourraient représenter des vestiges des fortifications de campagne mises en place par Montcalm le long de la côte de Beauport.

Julie Lemieux a mentionné à cet égard que des études de sol seront réalisées au cours des prochaines semaines pour vérifier s’il s’agit vraiment de vestiges historiques.

Le président de la SAHB, Pierre Drouin, s’est dit heureux que ce secteur soit maintenant protégé en notant qu’il s’agissait là d’une meilleure garantie pour le moment pour la conservation du patrimoine immobilier de ce secteur typique de la villégiature du début du siècle, mais qui demeure malheureusement méconnu de la population de Québec.

 

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *