Actualités
15:53 18 août 2015 | mise à jour le: 18 août 2015 à 15:53 temps de lecture: 3 minutes

Assemblée de conseil houleuse à Sainte-Brigitte-de-Laval

POLITIQUE MUNICIPALE. C’est en présence de plus de 150 citoyens parmi lesquels on retrouvait des partisans de l’équipe de la mairesse Wanita Daniele et de nombreux opposants que le conseil de ville de Sainte-Brigitte-de-Laval a tenu, hier soir, à l’église paroissiale sa première assemblée publique depuis la décision de la Commission des relations de travail (CRT) de réintégrer deux de ses cadres licenciés au début de 2014.

Question de faire le point sur la saga judiciaire qui devrait entraîner des déboursés de plus de 1M$ pour la municipalité, la mairesse a débuté la séance en lançant un appel au calme en vue de tourner la page sur tout ce qui a été rapporté dans les médias pas toujours de la bonne façon.

Rappelant que la CRT a statué que la Ville avait erré sur la façon dont elle avait congédié son ancien directeur général Gaétan Bussières et son directeur des services juridiques Sylvain Déry, Mme Daniele a annoncé qu’une entente financière confidentielle était intervenue avec M. Bussières, absent à la séance, et que M. Déry était réintégré le soir même dans ses fonctions de greffier et directeur des services juridiques.

La création d’un poste d’adjoint au directeur général et à la mairie a plus tard été adoptée par les élus. Cette fonction a été confiée à la greffière par intérim Caroline Nadeau.

Des leçons pour la Ville

Dans son allocution d’introduction à l’assemblée, Mme Daniele a mentionné que cette décision de la CRT permettra à la Ville de tourner la page. «Est-ce que cette décision était à notre satisfaction ? La réponse est non. Est-ce que la Ville tire des leçons de cette situation ? Oui. En aucun temps, il s’est agi d’une vengeance. Je pense que j’ai toujours été assez généreuse de mes commentaires dans les médias, mais je ne suis pas certaine que ces derniers aient toujours été rapportés fidèlement», a ajouté la mairesse. Selon Mme Daniele, les personnes qui doivent avoir le contact le plus direct avec les élus sont les citoyens. «C’est à vous, ce soir, que je voulais parler en premier et j’étais impatiente de le faire».

Voulant encore plus de transparence, plusieurs opposants sont intervenus lors de la période de questions en demandant sa démission et celles des membres de son équipe. Des feuillets aide-mémoire avaient plus tôt été distribués à l’entrée de l’église par des citoyens mécontents stipulant que le conseil avait rompu le lien de confiance avec la population et terni l’image de la municipalité.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *