Actualités
19:48 31 juillet 2015 | mise à jour le: 31 juillet 2015 à 19:48 temps de lecture: 2 minutes

Perquisitions à Beauport et L’Ange-Gardien: 211 grammes de wax saisis

STUPÉFIANTS. Les premiers résultats des perquisitions dans des résidences du secteur de Beauport et de L’Ange-Gardien ont mené à l’arrestation de quatre hommes. Plusieurs grammes de résines de cannabis cristallisées ont aussi été saisis, en plus d’équipements de production.

À Beauport, les policiers ont saisi 211g de wax, en plus de 142g d’huile de cannabis (l’étape précédant la transformation complète), 2,73lb de cocotte de cannabis et 28g de hasch. Ils ont aussi saisi de l’équipement de production et des articles de consommation. Du côté de L’Ange-Gardien, on y a trouvé 8,95g de wax, ainsi que deux armes à feu mal entreposées et plusieurs articles de consommations. La voiture de Jean-François Lajoie à L’Ange-Gardien a aussi été saisie comme les policiers soupçonnent qu’elle servait au trafic de la marchandise.

Des résidences de la rue Bachelet à Beauport et de la rue Annie à L’Ange-Gardien ont été perquisitionnées hier par la Sureté du Québec de la MRC de la Côte-de-Beaupré en collaboration avec les enquêteurs de la Division des Enquêtes Régionales. Les policiers étaient à la recherche de résine de cannabis cristallisé, appelée wax dans le jargon. Le lieutenant Marc-André Brassard de la Sureté du Québec explique que cette drogue a un taux de tétrahydrocannabinol (THC) de 80% à 100% plus fort que le cannabis sous sa forme ordinaire. «Un morceau de la taille d’une mine de crayon de cette drogue équivaut à fumer un joint de cannabis», rapporte-t-il.

Deux suspects toujours détenus

Antoine Choinière-Blais de Beauport et Jean-François Lajoie de L’Ange-Gardien ont comparu aujourd’hui au palais de justice de Québec sous des chefs d’accusations de possession, de production et de trafic de stupéfiants. Ils sont détenus jusqu’au 5 août pour leur enquête de remise en liberté. Deux autres hommes ont été remis en liberté avec promesse de comparaître.

Des perquisitions pour ce genre de marchandises sont rares au Québec, le lieutenant Brassard explique qu’il s’agit d’une des premières fois dans la province. La valeur de rue de cette marchandise s’élèverait à 50$ le gramme, la valeur de leur perquisition s’élèverait donc à plus de 11 500$. Le lieutenant rappelle que la forte teneur en THC de cette marchandise crée une forte dépendance à ce dérivé du cannabis.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *