Actualités
18:53 16 avril 2014 | mise à jour le: 16 avril 2014 à 18:53 Temps de lecture: 3 minutes

30 résidences évacuées dans le secteur nord de Beauport

INONDATIONS PRINTANIÈRES – 21 résidences de la rue des Trois-Saults et 9 de la rue de Canteloup, situées dans le secteur nord de l’arrondissement de Beauport, ont dû être évacuées, hier soir, parce que la rivière Montmorency est sortie de son lit en raison des crues printanières.

La pluie intense qui s’est abattue sur la région de Québec, combinée avec la fonte des neiges, a haussé le niveau d’eau de la rivière Montmorency qui a atteint la cote d’alerte au niveau du pont multifonctionnel où un embâcle s’est produit provoquant des inondations dans le secteur de la rue de Canteloup. Neuf résidences ont dû être évacuées.

La Ville de Québec a eu à activer son plan municipal de sécurité civile pour venir en aide également aux résidents du secteur des Trois-Saults, plus en aval de la rivière, où 21 maisons ont aussi été évacuées par mesure de sécurité. L’embâcle a cédé ce matin vers 4 h 30. La température plus froide d’aujourd’hui a permis la baisse du niveau d’eau et à la plupart des résidents de retourner chez eux en après-midi.

Problème d’écoulement des eaux

Selon plusieurs résidents du secteur ouest de la rue des Trois-Saults, c’est depuis la construction des installations de l’usine de traitement des eaux des Ilets sur la rivière que ce secteur est plus sujet à être inondé.

«Je demeure à cet endroit depuis 1990 et je trouve que l’eau de la rivière a beaucoup plus de difficulté à s’écouler lors des crues du printemps en raison des travaux réalisés pour l’aménagement de l’usine de traitement des eaux. Ce qui arrive, c’est que l’eau est freinée et passe toujours par le rigolet un peu plus en amont pour inonder ensuite tout notre secteur. C’est comme cela que ça se passe malheureusement et c’est bien déplorable, mais que voulez-vous c’est la force de la nature», a souligné Maurice Boivin au Beauport Express.

Résident du secteur de la rue du Gouffre depuis plus de 50 ans, Antoine Morin se fait un devoir d’aider à chaque fois, comme il le peut, les gens évacués lors de telles inondations.

«Ce que je n’ai pas aimé cette année, c’est l’attitude d’une entreprise de remorquage qui a chargé plus de 300 $ à une femme avec ses trois jeunes enfants pour sortir son auto prise dans l’eau. J’ai trouvé ça pas mal cher dans ces circonstances. On doit faire preuve d’entraide quand on voit des gens qui sont mal pris», a commenté M. Morin.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *