Actualités
15:59 15 octobre 2014 | mise à jour le: 15 octobre 2014 à 15:59 temps de lecture: 3 minutes

Pétition pour une surveillance policière accrue dans la côte Saint-Grégoire

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Des résidents du quartier Montmorency demeurant à proximité de la côte Saint-Grégoire ont déposé, hier soir, au conseil d’arrondissement de Beauport une pétition demandant aux élus d’y assurer une surveillance policière accrue pour diminuer la vitesse excessive des véhicules.

Signée par 89 personnes, dont plusieurs gens âgés demeurant à la Coopérative d’habitation du Sault, la pétition fait part des graves problèmes soulevés par les résidents en ce qui concerne les accélérations de voitures, le manque de signalisation adéquate et le bruit causé par le passage de camions et de motocyclettes.

«Le principal problème est la vitesse. Bien entendu, il y a un lien direct et facile à faire avec le manque de surveillance policière et de signalisation qui rendent les intersections Terrasse-Cadieux, boulevard François-Xavier et boulevard Magella-Laforest excessivement dangereuses», a affirmé un résident de la côte Saint-Grégoire, Stéphane Charest, avant de déposer le document aux élus.

Ramener la sécurité dans le quartier

Rappelant qu’aucun brigadier scolaire n’est présent pour les élèves fréquentant l’école primaire du Parc, M. Charest a ajouté que l’implantation de mesures de contrôle de vitesse comme un bac à fleurs sur la ligne jaune et une stèle radar n’était pas suffisante. Selon lui, l’installation d’un arrêt obligatoire à l’intersection de la Terrasse-Cadieux aurait un effet positif, mais pourrait être problématique en hiver.

 

«L’objectif n’est pas d’éliminer la circulation, ni d’instaurer une limite de 30 km/h, mais plutôt de faire respecter une vitesse raisonnable pour un quartier résidentiel et de cette façon ramener la quiétude et la sécurité dans le quartier», a souhaité M. Charest.

De l’argent à faire !

Une autre résidente du secteur a commenté la situation en disant que la Ville de Québec pourrait faire beaucoup d’argent en une seule journée si des policiers étaient plus présents pour remettre des contraventions aux fautifs comme cela se fait régulièrement sur l’avenue Saint-David près de l’école secondaire Samuel-De Champlain.

«C’est à se demander si c’est parce que nous demeurons dans le quartier Montmorency que l’on ne peut pas avoir ce type de services», a déploré la dame.

La présidente de l’arrondissement, Marie France Trudel, et la conseillère municipale du district, Julie Lemieux, ont tenu à rassurer les gens en mentionnant que des actions seront prises dans les meilleurs délais pour faire respecter les limites de vitesse et améliorer leur qualité de vie.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *