Actualités
20:31 22 janvier 2014 | mise à jour le: 22 janvier 2014 à 20:31 temps de lecture: 3 minutes

Rodrigue Grenier toujours passionné par la sculpture sur neige

Quand l’hiver s’installe pour de bon, Rodrigue Grenier retombe en enfance et pense déjà à apprécier les joies de cette saison froide avec une idée en tête, réaliser une sculpture sur neige pour célébrer le Carnaval de Québec.

2014 ne fait pas exception à cette habitude de l’homme de 76 ans du quartier Courville qui vient de réaliser son 22e monument, une voiture Ford 1932 modèle coupé, sur le terrain animant la façade de sa maison ancienne au 2249, avenue Royale.

«Les grands écarts de température, le froid intense et la pluie diluvienne, ne m’ont vraiment pas aidé cette année. Je ne suis pas un sculpteur professionnel, mais je me suis tout de même bien débrouillé», confie M. Grenier qui a fait la base de son monument de cinq pieds de hauteur, 16 pieds de longueur et huit de largeur, au début de décembre, en accumulant la neige avec l’aide de son souffleur.

Le travail de transport de neige s’est poursuivi en janvier alors qu’il a pu ajouter un amoncellement de neige de quatre pieds de hauteur par huit de largeur et huit de longueur pour amorcer sa sculpture en se basant sur un modèle réduit de l’auto ancienne choisie.

«C’est mon deuxième monument en neige d’affilée. Tous les autres avaient été réalisés avec des blocs de glace. Ça m’a pris environ trois jours pour le faire. C’est un bon exercice en plein air et j’invite d’autres résidents de l’arrondissement de Beauport à faire comme moi pour éviter que cette belle tradition disparaisse», souligne M. Grenier qui se rappelle très bien la popularité des monuments de la rue Sainte-Thérèse pendant plusieurs années dans le quartier Saint-Sauveur.

Fêter l’hiver en famille

«S’amuser dehors de cette façon, ça donne une belle occasion de fêter l’hiver en famille. Les jeunes et les adultes ont besoin de prendre l’air pendant l’hiver. Mon monument de neige est fait. J’aimerais bien maintenant avoir un peu de compétition dans les alentours», lance avec enthousiasme M. Grenier qui, pour se tenir en forme, a pris l’habitude de faire au moins une marche d’une heure par jour jusqu’au Parc de la Chute-Montmorency.

Heureux du temps froid des derniers jours, le sculpteur amateur peaufine chaque jour son monument en ajoutant des détails. Il en profite toujours pour jaser un peu avec les passants qui admirent chaque année son travail et sa patience pendant toute la période du Carnaval de Québec. M. Grenier a d’ailleurs installé comme par les années précédentes un système d’éclairage afin de permettre aux visiteurs d’apprécier son œuvre jusqu’à tard en soirée.

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *