Actualités
17:05 5 juin 2014 | mise à jour le: 5 juin 2014 à 17:05 Temps de lecture: 2 minutes

Début des travaux pour un terrain synthétique multisports à la Courvilloise

INFRASTUCTURES SPORTIVES – Les travaux d’aménagement du nouveau terrain synthétique multisports autant pour le soccer que le football sont débutés à l’arrière de l’école secondaire de la Courvilloise, à Beauport.

Une douzaine d’employés de l’entreprise Métro Excavation, qui a obtenu le contrat d’aménagement au coût de 1,1M$, travaillent depuis déjà une semaine sur le site qui sera doté d’une surface en gazon synthétique selon le même concept que celui du terrain Royal Saint-David réalisé près du Centre sportif de Giffard, il y a quelques années.

Selon l’échéancier prévu, les travaux devraient être terminés d’ici la mi-août pour une ouverture juste à temps pour le début de saison de l’équipe de football les Centaures.

Considérant important que cette école secondaire puisse réaménager son terrain de soccer-football avec une telle surface afin de conserver son pouvoir attractif, la Commission scolaire des Premières-Seigneuries a effectué, en mars dernier, une demande de règlement d’emprunt à sa charge de 825 000$ auprès du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

La Ville de Québec s’était déjà engagée à affecter une somme de 775 000$ dans ce projet dans le cadre de son programme triennal d’immobilisations 2014-2015-2016. L’école contribue pour une somme de 250 000$ et pour compléter le montage financier, la commission scolaire compte sur l’appui de partenaires privés pour un montant de 250 000$.

Un projet de longue date

Plusieurs intervenants ont travaillé depuis 2007 sur un projet pour la réalisation d’une surface synthétique multisports à cette école. Le programme de football profil et parascolaire est implanté depuis 10 ans et a été développé avec succès pour augmenter la réussite scolaire et contrer le décrochage, particulièrement chez les garçons.

L’aménagement d’une telle surface s’avère une très bonne nouvelle, car en raison des caprices de la météo, les équipes de football ne pouvaient jamais terminer leur saison à l’automne parce que le terrain naturel était souvent impraticable et dangereux pour des blessures aux chevilles.

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *