Actualités
16:12 16 janvier 2013 | mise à jour le: 16 janvier 2013 à 16:12 temps de lecture: 3 minutes

Ancienne cimenterie: La hauteur des constructions limitée à 20 mètres

Afin de permettre la conservation des percées visuelles sur le fleuve Saint-Laurent aux espaces verts du développement domiciliaire situé dans le secteur des rues des Pionnières-de-Beauport et Latouche, le conseil d’arrondissement de Beauport a présenté, hier soir, en assemblée publique de consultation, un projet de règlement visant à limiter à 20 mètres la hauteur des nouvelles constructions sur les terrains de l’ancienne cimenterie, au pied de la falaise.

Inquiets des demandes répétées de modification au zonage des promoteurs immobiliers qui profitent de la densification urbaine pour mettre de l’avant des projets de construction en hauteur pour rentabiliser leurs investissements, une cinquantaine de résidents du secteur du haut de la falaise ont assisté attentivement à cette rencontre.

Ils ont alors appris que le projet de modification de règlement sur l’urbanisme proposé par les élus consistait à réduire la hauteur maximale des nouveaux bâtiments, de huit étages à 20 mètres, et d’inclure dans le calcul de cette hauteur les éléments mécaniques et les cheminées. La zone touchée est située au pied de la falaise de l’ancienne cimenterie et est ceinturée par les rues Jeanne-Langlois et des Pionnières-de-Beauport.

Une solution gagnante

Selon la conseillère municipale du district de la Chute-Montmorency, Julie Lemieux, l’Arrondissement a fait des compromis pour trouver des solutions gagnantes autant pour les promoteurs immobiliers que les gens qui ont acheté des maisons ou des condos en haut de la falaise avec vue sur le fleuve.

L’assemblée a d’ailleurs donné lieu à plusieurs interventions de résidents de ce secteur qui auraient bien aimé avoir le choix entre plusieurs scénarios que seulement celui des 20 mètres. L’adoption finale est prévue en février.

Soulignant que les promoteurs immobiliers étaient de plus en plus influents auprès des instances municipales pour faire valoir leurs projets, des gens ont même affirmé que certains d’entre eux avaient défié la norme de hauteur sur le boulevard Sainte-Anne. Un citoyen a suggéré une harmonisation à 18 mètres, mais la présidente du conseil d’arrondissement, Lisette Lepage, a répondu que cette formule n’était pas dans les plans de la Ville de Québec qui devrait déposer pour consultation publique d’ici le printemps un plan particulier d’urbanisme pour tout le secteur du boulevard Sainte-Anne, entre l’avenue D’Estimauville et le Parc de la Chute-Montmorency.

 

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *