Beauport Express
11:33 18 août 2021 | mise à jour le: 18 août 2021 à 11:39 Temps de lecture: 3 minutes

Une œuvre qui traduit la mathématique du son en couleur 

Une œuvre qui traduit la mathématique du son en couleur 
Photo: Photo gracieuseté – WillartL'œuvre est visible la fin de semaine d'août, du 20 au 22 inclusivement.

STRUCTURE SYMPHONIQUE. L’œuvre Prismaphonik représente un orchestre interactif rythmé par des jeux de lumière. Inspirée par la capacité qu’ont certains humains d’associer des couleurs aux sons, elle sera visible du 20 au 22 août au domaine Maizerets.

La structure artistique, construite en labyrinthe, est formée de douze prismes lumineux. Chaque prisme joue le son d’un instrument et émet une lumière colorée. L’œuvre a été conçue par William Simard et Anthony Gagnon Boisvert qui sont des musiciens de formation. «On voulait des structures de jour qui seraient une représentation visuelle la nuit. Chaque prisme reproduit la musique d’un musicien», explique William Simard, fondateur de l’entreprise Gestion Willart qui réalise des œuvres multimédias, musicales et cinématographiques.

Les concepteurs ont rythmé le mouvement de la lumière pour imiter les gestes d’un instrumentiste en pleine action à la manière «des notes ou de mouvement d’un archer». Les couleurs générées sont en réalité le résultat d’un calcul mathématique: «en musique il y a les tensions harmoniques, il y a des notes qui vont ensemble et d’autres non, traduit le musicien. Avec les mathématiques, le calcul permet de mettre le son dans des teintes plus proches et les notes dissonantes dans des teintes plus éloignées», illustre-t-il.

«L’harmonie parait naturelle lorsque l’on joue, car nous sommes attirés vers ce qui est beau mais, c’est fascinant de voir le processus mathématique derrière qui nous fait prendre conscience de pourquoi ça fonctionne.»

William Simard

La particularité de Prismaphonik est d’être entièrement interactive. Ainsi, des capteurs sont installés sur la structure et le visiteur est invité à se déplacer à travers la réalisation pour modifier le dynamisme et l’intensité des performances musicales et visuelles, «selon le mouvement et le nombre de personnes autour de l’œuvre, le tempo pourra se voir modifier comme si les musiciens étaient encouragés».

Du côté musical, les mélomanes pourront apprécier des airs de compositeurs de renom tels que Mozart, Vivaldi ou encore Tchaïkovsy. L’installation ne sera allumée qu’à la nuit tombée pour mettre en scène la magie des spectacles.

La couleur des sons

Certains êtres humains ont la capacité d’associer des couleurs aux sons. Ce phénomène s’appelle la synesthésie. Cette particularité sensorielle a inspiré les artistes pour réaliser la structure. «L’œuvre est un peu basée sur ce principe. Mes recherches m’ont fait découvrir tous les liens que l’on peut faire entre les notes et les couleurs, j’ai moi-même l’oreille absolue [capacité de reconnaître les hauteurs absolues d’un son sans référence], confie-t-il. Je me suis aperçue que j’associe aussi inconsciemment des couleurs à des notes et tous les calculs mathématiques expliquent pour quelles raisons cette association couleur et son se produit», conclut le passionné d’harmonie en faisant référence à son processus qui transpose ce calcul en teintes.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *