Beauport Express
11:25 2 juillet 2021 | mise à jour le: 2 juillet 2021 à 11:25 Temps de lecture: 2 minutes

Nouvelles étapes pour la réhabilitation du Domaine de Maizerets

Nouvelles étapes pour la réhabilitation du Domaine de Maizerets
Photo: Gracieuseté – Ville de QuébecLes fouilles archéologiques ont eu lieu à l’été et l’automne 2019.

PATRIMOINE. La Ville de Québec a dévoilé cette semaine les résultats des fouilles archéologiques et le nom de l’entreprise qui a remporté l’appel d’offres pour la restauration de la grange-étable.

En 2019, des fouilles archéologiques avaient débuté sur le domaine en prévision de sa future restauration. Les résultats ont permis de découvrir que la grange-étable était en réalité composée de deux granges adjacentes. La première, en pierre, date de 1755 tandis que la seconde, en bois, a été érigée en 1920.

Ces découvertes confirment l’importance de ces bâtiments dans le patrimoine québécois et témoignent des fermes implantées en milieu humide en Nouvelle-France au 17e et 18e siècle. 

Un fragment de vase découvert sur le domaine et datant du 15e ou 16e siècle.

La fouille aura également permis de collecter des objets utilisés par des Iroquoiens lors de leurs visites sur le site. Des piquets, des éclats d’outils en pierre et de vases en céramiques ont permis d’enrichir l’histoire du passé préhistorique de Québec.

Les vestiges d’une ferme ont également été découverts dans le périmètre de l’actuelle grange.

Optimiser le bâtiment du site

Les travaux de réfection de la grange-étable permettront de construire des salles multifonctionnelles pour les rassemblements et la tenue d’événements divers et seront mises à disposition de la Société du domaine Maizerets. L’espace destiné à l’organisme à but non lucratif sera ainsi bonifié pour réaliser ses missions d’entretien et d’animation du site.

La direction des travaux d’architecture pour transformer l’espace a été octroyée à la firme BGLA qui remporte l’appel d’offre public.

Le chantier devrait débuter en 2023. Ce projet a été évalué à 4,8M$, la somme de 3,2M$ a été investie par la Ville de Québec tandis que les 1,2M$ sont issus de l’Entente de développement culturel.

Pour le reste du financement, 360 000$ proviennent du Fonds du grand mouvement de Desjardins et 40 000 $ du Fonds d’aide au développement du milieu de la Caisse Desjardins de Limoilou.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *