Actualités
19:29 17 septembre 2020 | mise à jour le: 18 septembre 2020 à 13:08 temps de lecture: 3 minutes

Les parents en télétravail incités à garder leur enfant à la maison au lieu du service de garde

Les parents en télétravail incités à garder leur enfant à la maison au lieu du service de garde
Photo: (Photo - Capture d'écran Google Streetview)

DEMANDE. La pénurie d’éducatrices en service de garde scolaire et de potentiels symptômes de Covid-19 chez le personnel incitent la direction de l’école de Saint-Michel à suggérer aux parents qui sont en télétravail de garder leur enfant auprès d’eux.

«Finalement, si vous faites du télétravail et qu’il n’est plus nécessaire que votre enfant fréquente le service de garde, merci de le garder à la maison. Saint-Michel, ainsi que toutes les écoles primaires, font face à une pénurie d’éducatrice. Elles sont une denrée rare et on en prend soin. De plus, si l’un ou plusieurs d’entre elles avaient des symptômes de la COVID, elles devraient être retirées et nous n’avons pas de remplaçante en banque, donc merci de nous aviser si la fréquentation de votre enfant n’est pas essentielle. Sachez que je suis très mal à l’aise de vous écrire ces quelques lignes, mais j’essaie d’être réaliste avec les cas grandissants et les membres du personnel qui doivent être retirés en raison de symptômes», explique le directeur de l’école Steeve Drouin, dans un courriel envoyé aux parents. Joint par téléphone, il confirme cependant «qu’il n’y a aucun cas de Covid-19 dans l’école. C’est vraiment à titre préventif».

S’occuper adéquatement des enfants en travaillant?

Maude* (nom fictif), une maman d’un enfant fréquentant l’école Saint-Michel pense sérieusement s’essouffler si elle doit télétravailler en même temps que divertir et superviser ses enfants. Après plusieurs mois passés tous à la maison lorsque le Québec était sur pause, elle décrit le télétravail avec des enfants comme une «folie» et stresse d’avoir à revivre la même situation qu’au printemps.

«J’ai été un peu choquée de ce message, même si la direction a tenté de mettre des gants blancs. Je garde en mémoire la folie du télétravail, que nous, mon conjoint et moi, avons vécu à la maison, de fin mars à début juin», fait-elle valoir. Pour elle, le télétravail avec des enfants n’est clairement pas magique. «J’essaie déjà de minimiser le temps que mon fils doit passer à l’école. Mais reste que je dois travailler et que je ne peux pas prendre des congés à l’infini. Si je dois retirer mon fils du service de garde, je n’aurai d’autre choix que de discuter avec mon employeur pour prendre d’autres mesures d’accommodation», explique celle dont l’employeur est selon elle déjà très accommodant pour les congés.

Avec la collaboration de Jean Carrier

Articles similaires

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Genevieve

    Je trouve que M. Drouin fait un travail incroyable à l’école, je ne comprends pas pourquoi Maude (nom fictif) est offusqué du fait qu’il demande que lorsque cela est possible de ne pas envoyer nos enfants au services de gardes. À aucun moment il obligé de le faire, mais il demande notre aide si cela est possible. À aucun moment il est question de revenir comme lors du confinement.
    Je n’ai jamais vue un directeur d’école qui prend autant de temps pour tenir les gens informés.
    La situation est très difficile pour tout le monde, et il est important de se soutenir et de faire sa part lorsque cela est possible.

  • Elisa Verreault

    WOW! Je suis sans mot qu’un parent, occupé, ait prit le temps de faire parvenir un courriel à un quotidien pour dénoncée une situation qui n’en est rien. Et je suis sans mot qu’un quotidien ait décidé de publier une nouvelle qui n’en est pas. Sincèrement, en ces temps extraordinaire n’aurait-il pas été plus judicieux de demander des clarifications quant à ces quelques lignes? à la personne qui l’a écrit? Et non, à un quotidien!!! Vraiment déçue de cette situation.