Actualités
17:29 3 novembre 2019

L’art à la rescousse des terres des Sœurs de la Charité

L’art à la rescousse des terres des Sœurs de la Charité
Peinture, musique, et lecture étaient au rendez-vous. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

ENVIRONNMENT. Dans le but de recevoir une version positive du Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération pour la préservation des terres des Sœurs de la Charité, plusieurs citoyens s’étaient réunis au Tam-Tam Café afin d’entendre une prestation musicale et poétique en faveur de cette cause.

«Nous essayons un nouveau canal de communication avec les arts. Cela pout donner une motivation supplémentaire à nos sympathisants après avoir fait des marches pour sensibiliser le public et les médias. Je ferai moi-même une lecture de texte», mentionne la porte-parole de Voix citoyenne, Monique Gagnon.

Monique Gagnon garde confiance dans sa cause. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

À l’aube du dépôt du Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec (SAD), une certaine nervosité s’installe chez la porte-parole. «Je dirais un certain scepticisme. Il y a eu des terres qui ont été dézonées dans la dernière année avec Vaudreuil et Beauharnois, nous verrons. Je garde confiance que Québec prenne une décision pour préserver un bijou patrimonial naturel au lieu de bâtir 6000 maisons à cet endroit. Il y a suffisamment d’espace pour le faire ailleurs.»

En terminant l’entrevue, la porte-parole prend le temps de mentionner au son de la guitare sur la scène: «Je pense vraiment que la culture et l’agriculture vont ensemble», dit-elle en souriant.

 

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Michel Côté

    Comme le dit si bien Monique Gagnon, porte-parole de Voix citoyenne (un organisme qui a mené la bataille pour la sauvegarde des terres des Soeurs-de-la-Charité) depuis plusieurs années, « culture et agriculture sont deux soeurs jumelles débordantes de charité ». Et j’ajouterais que « la charité bien ordonné commence par soi même » !