Actualités
18:29 16 septembre 2019

Développement de l’avenue Royale: l’ancienne boulangerie achetée par la Ville pour faire des logements

Développement de l’avenue Royale: l’ancienne boulangerie achetée par la Ville pour faire des logements
L’ancienne boulangerie est située au 553 avenue Royale. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

PATRIMOINE. La Ville de Québec a pris les grands moyens afin d’avoir son mot à dire dans le développement de l’avenue Royale. L’administration Labeaume a procédé à l’achat du terrain après que les projets soumis par des promoteurs privés ne correspondaient pas aux besoins de la Ville.

«On veut contrôler le développement. C’est un arrondissement historique et il y a des critères à respecter. Une priorité est aussi de préserver la Maison Salaberry-Juchereau-Duchesnay, qui se trouve également sur le site», mentionne le maire de Québec, Régis Labeaume.

La Maison Salaberry-Juchereau-Duchesnay sera préservée, une construction qui date entre les années 1810 et 1811. (Photo gracieuseté – Ville de Québec)

L’acquisition du terrain s’est faite au coût de 1,2M$ à l’entreprise Boulangerie Canada Bread limitée alors que la dernière évaluation foncière était de 2M$ pour le terrain. L’entreprise avait décidé de se relocaliser dans le parc industriel Saint-Malo en 2017. La propriété était vacante depuis ce temps. Le maire ne se formalisait pas du coût d’achat par la Ville. «Cela veut simplement dire que nous avons fait une bonne affaire. C’est tant mieux pour les payeurs de taxes.»

Potentiel en devenir

Le futur projet résidentiel souhaité par la Ville s’inscrit dans le plan de revitalisation de l’avenue Royale. Pour Jérémie Ernould, conseiller du district Robert-Giffard, cela faisait partie des plans depuis son entrée en poste. «Je travaille là-dessus depuis 2013. Après avoir d’abord évalué les besoins du secteur, il fallait rajeunir la population et le futur projet résidentiel va nous aider a y parvenir avec également le projet de l’ancienne quincaillerie juste en face.»

Le membre du comité exécutif de la Ville voit beaucoup de potentiel pour le futur projet. «En raison du caractère patrimonial, le futur développement résidentiel se doit d’être de faible hauteur afin de s’intégrer harmonieusement. L’aménagement d’un parc ainsi qu’un lien piétonnier vers l’avenue Royale peuvent être envisagés pour créer un milieu de vie convivial. Avec une école à proximité et tous les commerces présents autour, tout est là pour avoir quelque chose d’unique.»

Maisons accessibles

La Ville a prévu un potentiel de développement de 70 à 80 unités résidentielles. Maisons en rangée, duplex bifamilial et logements sociaux sont le type de construction visé sur le site d’une approximation de 170 000 pieds carrés.

C’est également le souhait du maire que le projet présente des habitations susceptibles d’être admissibles au programme Accès Famille. Pour se qualifier, une construction neuve doit avoir un prix d’acquisition égal ou inférieur à 300 000$, taxes et ristournes incluses, en plus de posséder un minimum de deux chambres à coucher et un minimum d’espace de rangement.

Il faut maintenant trouver un promoteur pour la réalisation du projet qui devra passer par la démolition de l’ancienne boulangerie.

Il est plutôt rare de voir la Ville s’interposer pour la réalisation d’un projet résidentiel précis, mais Régis Labeaume et Jérémie Ernould ont mentionné qu’une chose similaire s’est produite avec les écoquartiers de la Pointe-aux-Lièvre et D’Estimauville. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

 

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • monique morency

    bravo des logements qui seront bien appricie merci mr le maire de pence a nous j ai 75 ans je demeure a giffard depuis 45 ans et je suis fier de ma ville merci