Actualités
15:25 10 juin 2019

Ça va bouger dans les écoles secondaires

Ça va bouger dans les écoles secondaires
Isabelle Charest a déployé beaucoup d’efforts sur le terrain de soccer. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

ÉDUCATION. Après l’annonce de la mise en place de deux récréations obligatoires de 20 minutes par jour au primaire, c’est maintenant au tour des écoles secondaires de recevoir une bonne nouvelle du gouvernement caquiste. La ministre déléguée à l’Éducation et responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, a procédé à l’annonce d’une heure gratuite d’activités parascolaires par jour. C’est à l’École secondaire la Courvilloise à Beauport que l’annonce de la bonne nouvelle a eu lieu.

«Une mesure comme celle-là possède trois objectifs. On veut faire bouger les jeunes, créer un sentiment d’appartenance chez les jeunes envers leurs institutions scolaires et favoriser la réussite scolaire. La découverte d’une passion et l’appartenance à un groupe peuvent grandement influencer le parcours scolaire. Les activités parascolaires sont des leviers puissants», mentionne l’ancienne athlète olympique.

Dès la prochaine rentrée scolaire, 26,5% des élèves du Québec pourront bénéficier de cette mesure qui demande un investissement de 32,3M$ ou 376$ par élève. Le gouvernement prévoit atteindre la totalité des élèves du Québec à la rentrée 2021-2022. Cette mesure demande un investissement de 455M$ sur cinq ans.

La ministre Isabelle Charest avec son nouveau maillot des Centaures. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Liberté aux commissions scolaires

Chaque école qui offre le programme aux élèves devra proposer quatre des six champs obligatoires suivants: activités physiques et de plein air; activités sportives; activités artistiques et culturelles; activités scientifiques; activités socioéducatives et engagement communautaire.

Il revient à la direction de chaque commission scolaire de décider quelles seront les écoles choisies pour accueillir cette nouvelle mesure l’an prochain. La participation aux activités demeure optionnelle et le transport pour la participation à ses activités est gratuit. Une allocation de 30 000$ est octroyée à chaque établissement secondaire pour la coordination de l’ensemble des activités.

«L’instauration de l’école obligatoire de 9 heures à 17 heures était trop difficile à appliquer d’un point de vue logistique. Je crois que c’est un premier pas de fait pour rendre les activités parascolaires plus accessibles. Je crois aussi que les écoles choisies pour l’an prochain serviront de modèles pour celles qui vont suivre», mentionne la ministre avant d’aller jouer au soccer avec les élèves du programme de soccer de l’École secondaire la Courvilloise.

Écoles connues

Pour le président de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries (CSDPS), René Dion, c’était une très bonne nouvelle. «Le véritable défi sera de trouver une façon dynamique d’inviter les élèves à participer. De notre côté, nous avons mis l’emphase sur l’équité et l’accessibilité à la nouvelle mesure pour cibler les écoles choisies.» Voici la sélection de la CSDPS: Académie Sainte-Marie, la polyvalente de Charlesbourg, l’école secondaire Samuel-De Champlain, l’école spécialisée Joseph-Paquin et l’École d’éducation spécialisée de l’Envol.

Isabelle Charest était très heureuse d’annoncer cette nouvelle mesure. (Photo Métro Média – Jean Carrier)
Photo officielle. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *