Actualites
12:00 18 décembre 2018

Un globe-trotter réalise son rêve nordique

Quelques habitations à Dundas Harbour sur l'Île Deveon. (Photo gracieuseté – François Prévost)

François Prévost, un Beauportois depuis sa tendre enfance, est parti à la découverte du Grand Nord canadien l’été dernier. Photographe amateur, il a ramené des photos à couper le souffle.

L’homme de 28 ans est un aventurier dans l’âme et a déjà voyagé partout dans le monde. «Je voulais aller dans un endroit où il n’y a pas beaucoup de touristes. Ça faisait déjà quelques années que j’économisais pour faire ce voyage. C’est excessivement coûteux d’aller jusque là-bas, mais il y a des paysages complètement fous», ajoute le voyageur.

Le périple de ce grand voyageur s’est réalisé en 11 jours au début du mois d’août. Un itinéraire qui lui a permis de faire le tour de l’Île de Baffin et se rendre jusqu’à l’Île Deveon. «Il faut voyager l’été parce que le passage est bloqué durant l’hiver. La majorité du voyage se fait par la mer. C’est le bâteau russe d’expédition Akademic Ioffe qui nous a embarqués et même si le confort est minimal, le service à bord est haut de gamme. Quand il faut débarquer sur la terre ferme, il faut prendre le zodiac. Avant de faire escale au sol, les responsables de l’expédition s’assurent qu’il n’y a pas d’ours polaire à proximité.»

En raison de la température plus chaude qu’à la normale lors du voyage, le brouillard était omniprésent et a compliqué la vue des passagers pendant trois jours. «Il y avait des conférences avec des spécialistes du Grand Nord organisés sur le bateau et aussi sur l’environnement, ce fut instructif. Cependant, c’est vraiment plus plaisant être sur le terrain. J’ai particulièrement aimé les paysages de l’Île Deveon. On se croirait au Grand Canyon ou sur la planète Mars, c’est vraiment spécial», soutient celui qui pratique le métier de graphiste.

L’itinéraire de François Prévost lors de son voyage dans le Grand Nord canadien. (Photo gracieuseté – François Prévost)

Vision erronée

Ce voyage dans le Grand Nord canadien a aussi permis à François de faire sa propre opinion sur la communauté inuite. «Ce n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais et ce qui est dépeint négativement dans les médias. Quand j’ai rencontré les Inuits, il y a des préjugés qui sont tombés. J’ai vu des gens accueillants qui sont contents de nous rencontrer et de parler avec nous de leur culture. Une communauté établie dans cette partie du monde depuis des centaines d’années qui vit de la chasse aux phoques et de la pêche. Je vous assure qu’il n’y a aucun gaspillage dans leurs activités quotidiennes de chasse et de pêche. Des gens qui vivent en symbiose avec l’environnement qui les entoure et qui sont fiers.»

Après 11 jours d’expédition, François Prévost est revenu la tête pleine de souvenirs avec des photographies qui font l’envie de tous les amateurs de grands espaces.

Pour suivre François Prévost sur son compte Instagram: https://www.instagram.com/francois_pre/

Sortie en zodiac. (Photo gracieuseté – François Prévost)

Jean Carrier


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette