Jacques-Cartier
08:00 25 juillet 2022 | mise à jour le: 26 juillet 2022 à 12:53 Temps de lecture: 4 minutes

Cinq attraits de la région: le Parc national de la Jacques-Cartier

Cinq attraits de la région: le Parc national de la Jacques-Cartier
Photo: Photo gracieuseté Destination Québec cité

Les amateurs de plein air sont servis lors de leur passage dans la Jacques-Cartier. La région compte plusieurs centres d’intérêt pour cette clientèle, mais le plus grandiose d’entre tous est sans contredit le Parc national de la Jacques-Cartier.

Le parc national d’une superficie de 670 kilomètres carrés est l’emplacement idéal pour les amateurs de randonnée pédestre, avec sa grande variété de parcours qui totalisent plus de 100 kilomètres de pistes.

Les sentiers offrent une multitude de points de vue sur la vallée glaciaire qui fait l’unicité du secteur, depuis les hauteurs des plateaux rocheux qui bordent les rivières Jacques-Cartier, Sautariski, à l’Épaule et de la Chute. Il existe également des parcours qui permettent d’admirer les cours d’eau d’un peu plus près en passant dans la dense forêt boréale caractéristique de la réserve faunique des Laurentides.

Les mordus de marche en forêt peuvent y admirer la faune variée qui fréquente la réserve naturelle, comme l’orignal, le cerf de Virginie, le caribou forestier, la loutre de mer et le castor. La rivière Jacques-Cartier est aussi l’hôtesse de plusieurs espèces de poisson, dont le saumon atlantique, l’omble fontaine et l’omble chevalier.

Catastrophe évitée

Avant de devenir une aire protégée en 1981, le parc national de la Jacques-Cartier aurait pu connaître un tout autre dénouement. En 1972, Hydro-Québec a soumis le projet Champigny, qui prévoyait d’installer une centrale hydroélectrique aux abords de la rivière Jacques-Cartier, à une trentaine de kilomètres au nord de Québec. Cette initiative aurait eu pour conséquence de submerger complètement la vallée environnante.

C’est la mobilisation d’un regroupement de citoyens de Tewkesbury qui a motivé la création d’une pétition signée par plus de 20 000 Québécois et qui en a fait s’indigner plusieurs devant les desseins de la société d’État. Hydro-Québec a finalement abandonné l’idée trois ans plus tard, devant la pression populaire.

C’est grâce à ces ardents défenseurs, menés par le biologiste Jean Bédard, que les plaisanciers d’aujourd’hui peuvent parcourir la majestueuse rivière de 178 km. Que ce soit en kayak, en planche à pagaie ou en canot, la rivière Jacques-Cartier est un endroit prisé, reconnu dans le monde entier pour ses paysages exceptionnels.

En hiver, les visiteurs troquent leurs embarcations pour une paire de skis de fond ou de raquettes. L’importante quantité de neige qui tombe sur le parc en fait un lieu parfait pour profiter des belles journées de la saison froide avec une balade au milieu des paysages transformés de la vallée.

À proximité du Parc national de la Jacques-Cartier…

Les amateurs de plein air qui ont pris part à toutes les activités qu’offre le Parc national de la Jacques-Cartier pourraient se laisser tenter par d’autres endroits où s’amuser en plein air des environs.

Les randonneurs qui voudraient tenter de nouvelles expériences peuvent se rendre au parc du Mont-Wright, situé à Stoneham-et-Tewkesbury. Le parc municipal de 1,9 km carré compte 6,5 km de pistes de marche accessibles en été comme en hiver qui sont idéales pour une sortie en famille. Ceux qui les empruntent découvriront différents points de vue très intéressants sur la couronne nord de Québec en passant par une forêt ancienne d’une beauté saisissante.

Le parc est également doté d’une paroi naturelle aménagée d’une quinzaine de mètres de hauteur pour les férus d’escalade. On y retrouve une trentaine de voies pour grimper allant du niveau débutant à expert.

En hiver, le camp Mercier est un incontournable pour les amateurs de ski de fond. Véritable paradis pour les amateurs de la discipline, ce secteur de la réserve faunique des Laurentides reçoit d’impressionnantes quantités de neige, ce qui allonge la saison jusqu’en mai pour le plus grand bonheur des fondeurs.

Le réseau de sentiers du Camp Mercier compte environ 70 km de piste pour le ski de fond, dont 20 km pour le pas de patin. L’endroit, situé à 60 km au nord de Québec, offre également plusieurs options d’hébergement en chalet pour ceux qui voudraient étirer l’expérience pendant toute une fin de semaine.

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.