Cote-de-Beaupré– I.O.
11:18 15 septembre 2022 | mise à jour le: 22 septembre 2022 à 11:58 Temps de lecture: 11 minutes

La parole aux candidats de la circonscription de Charlevoix-Côte-de-Beaupré

La parole aux candidats de la circonscription de Charlevoix-Côte-de-Beaupré
Photo: Montage Journal Métro

Cette semaine, Métro L’Autre Voix vous présente les candidats dans la circonscription de Charlevoix-Côte-de-Beaupré à l’aide de trois questions ciblant des enjeux majeurs.

Kariane Bourassa, Coalition avenir Québec  

Kariane Bourassa cumule près de 15 ans d’expérience dans le domaine des médias. Elle s’est notamment fait connaître du grand public sur les ondes de TVA Nouvelles. Durant son parcours, elle s’est consacrée à la défense des gens, démontrant sa grande écoute, son intégrité et sa volonté à contribuer au bien commun. Elle souhaite lutter contre le cynisme et inspirer les jeunes à développer un intérêt pour la politique.

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«La pénurie de main-d’œuvre représente un défi pour la croissance de l’économie. La grande région de Québec n’y fait pas exception, car la région se situe dans le creux d’un cycle où il y a davantage de gens quittant le marché du travail par rapport à ceux l’intégrant. Cela étant dit, l’économie régionale demeure robuste et se maintient à son niveau record de près de 40 G$ annuellement avec des perspectives croissances optimistes. Accueillir davantage d’étudiants étrangers, augmenter l’offre de requalification et rapprocher les clientèles éloignées du marché du travail.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Étant moi-même propriétaire d’une voiture électrique, je veux contribuer à l’électrification des transports, notamment en augmentant le nombre de bornes de recharge. Nous souhaitons également renforcer les réseaux de transports collectifs comme PLUMobile. Un autre de nos projets importants pour la mobilité est d’utiliser notre magnifique fleuve St-Laurent, notamment avec le service de navette fluviale, qui relient le Vieux-Québec à Sainte-Anne-de-Beaupré.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«En me portant candidate dans Charlevoix-Côte-de-Beaupré, je souhaite mobiliser les jeunes, améliorer la couverture cellulaire. De plus, il est important de revitaliser l’économie des régions en soutenant le développement de Charlevoix en misant sur le dynamisme de nos villages. Finalement, nous avons un devoir de protéger notre or bleu et de faciliter l’accès à la nature avec la création du parc de Côte-de-Beaupré.»

 

Myriam Fortin, Québec solidaire

Avocate de formation et membre du Barreau du Québec depuis 2014, Myriam Fortin est une femme de convictions, déterminée et engagée envers sa communauté. Titulaire d’une maîtrise en droit international et politique internationale appliqués, elle a travaillé au gouvernement du Québec pendant huit ans comme conseillère en affaires internationales.

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«La pénurie de main-d’œuvre que nous vivons dans Charlevoix–Côte-de-Beaupré est inévitablement liée au manque de logements et de place en garderies, des crises qui ont été ignorées par la CAQ et qui contribuent à freiner le développement de nos économies régionales. En complétant le réseau des CPE, en améliorant l’accès à la propriété et à des logements abordables, en humanisant les conditions de travail dans nos entreprises et nos services publics, et en donnant plus de moyens aux municipalités et aux organismes locaux, nous allons contribuer à la rétention de travailleuses et de travailleurs dans nos communautés.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Pour réussir la transformation des moyens de transport en milieu rural et favoriser la mobilité active et collective, il est nécessaire d’offrir des options de transport pratiques et efficaces permettant de se déplacer sur notre vaste territoire. Pour réussir la transition écologique, Québec solidaire propose une révolution de nos modes de transport et nous allons avoir des solutions pour les régions. Nous avons la chance d’avoir des initiatives régionales déjà en place dans la circonscription, PLUMobile et Mobilité Collective Charlevoix, qui méritent d’être financées durablement, d’avoir les moyens de leurs ambitions et d’être valorisées au sein de nos communautés.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«À l’heure de la crise climatique, de la crise du coût de la vie et du vieillissement de notre population, il est grand temps de redonner les pouvoirs et les leviers nécessaires aux communautés locales leur permettant de prendre soin de notre monde, de nos services publics et de notre environnement. Québec solidaire propose une réelle décentralisation et la création de véritables instances régionales de gouvernance, offrant des pouvoirs et des budgets conséquents permettant de piloter localement notre développement économique et social. Les solutions, nous les avons chez nous, il est grand temps de retrouver notre autonomie décisionnelle.»

 

Odré Lacombe, Parti conservateur

Bachelier en économie et politique et détenteur d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de l’Université Laval, Odré Lacombe réside à Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans depuis 10 ans. En plus d’être engagé à faire avancer les enjeux de sa circonscription, notamment en transport et en économie, il souhaite redonner à la démocratie sa place en tant que valeur fondamentale de la société québécoise.

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie? 

«Il n’y a pas qu’une solution miracle, mais il y a un ensemble de mesures que nous voulons prendre afin d’atténuer la pénurie de main-d’œuvre. Par exemple, le Québec a beaucoup de personnes retraitées qui souhaitent continuer à contribuer à la société. Fiscalement, ils ne sont pas avantagés de retourner travailler quelques heures. Nous proposons d’encourager les gens de 60 ans qui souhaitent faire un retour au travail et contribuer à l’essor de l’économie québécoise en augmentant les crédits d’impôt pour les premiers milliers de dollars gagnés. De plus, globalement, il faut rendre le milieu de vie dans la circonscription attirant afin de pouvoir attirer des personnes qui sont prêtes à venir y vivre et y travailler.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Le transport est l’une des priorités dont les citoyens m’ont beaucoup parlé dans la région. La réalité de chaque région dans la circonscription est très différente. Il n’y a pas qu’une option qui répond à toutes les réalités. Donc, je priorise les bons moyens de transport selon la réalité et les besoins de chaque région. L’amélioration de la mobilité passe par l’amélioration du réseau routier, du service de traversier, du réseau de transport et la construction de ponts.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Mon objectif principal est d’améliorer la qualité de vie en général dans la circonscription, afin de rendre chaque région intéressante et attirante pour les jeunes et les personnes qui veulent y vivre. Cela passe par l’amélioration de l’économie, du transport et de l’habitation, qui constituent pour moi les bases lorsqu’on choisit d’habiter et de vivre dans une région du Québec.»

 

Lucien Rodrigue, Parti québécois

Résident de Boischatel depuis 1995, Lucien Rodrigue est marié et père de 6 ans qui ont tous grandi dans la circonscription. Il cumule 35 années d’expérience comme médecin à l’urgence. Il est en poste à l’Hôtel-Dieu de Québec et a dépanné dans 12 régions du Québec, incluant aux urgences de Baie-Saint-Paul et de La Malbaie et a complété en 2015 une mission humanitaire au Soudan du Sud avec Médecins sans frontières.

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«Valoriser le travail des jeunes retraités, une solution applicable dès maintenant. Le Parti québécois propose un crédit d’impôt pour prolongation de carrière, et l’arrêt si désiré des cotisations au Régime de rentes du Québec à partir de 65 ans. Permettre aussi à tous les parents qui le désirent d’avoir pour chaque enfant une place dans un service de garde éducatif, facilitant l’accès des parents au marché du travail. Le Parti québécois propose un réseau composé à 100% de Centres de la petite enfance (CPE). Enfin, régionaliser l’immigration et fluidifier le processus d’accès à l’immigration temporaire.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«À court terme, bonifier l’offre de transport de commun, c’est-à-dire augmenter la fréquence des passages actuels dans l’ensemble de la circonscription. Arrimer les chantiers du Ministère des transports du Québec avec les instances locales afin de minimiser les ralentissements routiers. Enfin, la «PasseClimat»: un accès illimité à tous les transports en commun au Québec au coût de 365$ par année, et gratuit à partir de 65 ans. Cet intérêt ainsi stimulé pour le transport collectif incarnerait une solution crédible face à la hausse du coût de la vie, tout en permettant une ambitieuse contribution dans la lutte aux changements climatiques.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Un meilleur accès et sans délai à des soins de santé de qualité pour la population de la circonscription. J’ai l’ambition que la Côte-de-Beaupré devienne un pôle de la formation médicale décentralisée. Il est démontré que les étudiants en médecine familiale qui complètent leur formation dans un milieu décentralisé – il pourrait s’agir de Saint-Anne-de-Beaupré, à proximité de l’Hôpital du même nom – sont plus enclins à s’y installer et y poursuivre leur pratique. De même, un ambitieux plan d’investissement pour le maintien à domicile soutiendrait les aînés en perte d’autonomie et permettrait d’éviter des consultations à l’urgence.»

 

Stefany Tremblay, Démocratie directe

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

La pénurie provient oui, du vieillissement mais aussi, parce que les gens sont plus traumatisés qu’ils ne se l’avouent, d’avoir subis les mesures liberticides mises en place. Des solutions extrêmement plus simples auraient été efficaces et ne sera jamais un choix sain. Aucune société aussi divisée ne peut fonctionner. Aussi, j’imagine que travailler perd son sens quand ça ne sert qu’à payer sans nous permettre de vivre? Devons-nous créer des emplois qui donnent de l’espoir plutôt que de devenir des robots de l’industrialisation? La technologie peut elle servir à nous laisser le temps de vivre?

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

Les transports communs efficaces sont essentiels et leurs tarifs doivent être plus qu’abordables! Les gens aussi doivent s’ouvrir au co-voiturage. Ça me rappelle le Mexique, les gens au bord des rues, les gens les embarquent quand ils ont de la place, c’est aussi simple que ça. Bon, je ne dis pas de faire du pouce mais c’est un moyen comme un autre qui engendre de merveilleuses rencontres. Avoir peur des uns et des autres, c’est malsain. Nous sommes normalement tous bons. Il y a des groupes d’entraide pour chaque secteur en général, osons-nous ouvrir à offrir notre aide.

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

Je veux préparer la sécurité de tous! Donnez aux travailleurs les moyens de faire leur travail et cesser cette gestion de contrôle inhumaine. On nous annonce : changements climatiques et conséquences violentes. Bien que nous soyons un pays riche, nous nous approvisionnons aussi à l’international et sommes nous prêts à nous débrouiller? L’indépendance alimentaire et le vivre ensemble sont mes grandes priorités. Premier devoir : Faire des fêtes de village et y participer! Nous sommes les gardiens du vivre ensemble, nos enfants doivent vivre ce grand bonheur sécurisant et prioritaire.

NDLR: Au moment de publier, nous n’avions pas reçu les réponses du candidat libéral.

Articles similaires

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  • Stefany Tremblay

    Dommage que je ne sois pas représenté sur votre liste, hier, à la microbrasserie le Mitan, on a clairement apprécié mon Amour pour le Peuple! Pourquoi ne pas représenter les candidats qui ont le rôle d’élever positivement, de protéger et qui ont porté allégeance au Peuple? Les petits Partis sont beaucoup plus près des gens que ces inaccessibles d’en haut. L’exclusion est la grande faille de notre société. Être ENSEMBLE c’est être plus fort!

    • La Rédaction

      Bonjour,
      Si vous le souhaitez, vous pouvez nous faire parvenir vos réponses aux même question (100 mots max par question), une courte bio et une photo à l’adresse redaction_quebec@metromedia.ca et nous ajouterons le tout à l’article sur le web.
      Merci,
      La Rédaction