08:00 19 septembre 2022 | mise à jour le: 21 septembre 2022 à 12:14 Temps de lecture: 11 minutes

La parole aux candidats de Vanier-Les Rivières

La parole aux candidats de Vanier-Les Rivières
Photo: Montage Métro Média Québec

Cette semaine, Métro L’Actuel vous présente les candidats dans la circonscription de Vanier-Les Rivières à l’aide de trois questions ciblant des enjeux majeurs.

Mario Asselin, Coalition avenir Québec – Député sortant

Mario Asselin est un gestionnaire de carrière reconnu avant d’être élu député de Vanier-Les Rivières en 2018. Il a été conseiller stratégique auprès d’organisations au Canada et en France, et directeur d’école pendant une quinzaine d’années. Militant de la CAQ de la première heure, il est très engagé dans la circonscription où il réside depuis 1998.

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«La pénurie de main-d’œuvre représente un défi pour la croissance de l’économie. La grande région de Québec n’y fait pas exception, car la région se situe dans le creux d’un cycle où il y a davantage de gens quittant le marché du travail par rapport à ceux l’intégrant. Cela étant dit, l’économie régionale demeure robuste et se maintient à son niveau record de près de 40 G$ annuellement avec des perspectives croissances optimistes. Accueillir davantage d’étudiants étrangers, augmenter l’offre de requalification et rapprocher les clientèles éloignées du marché du travail.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Quiconque demeure dans la grande région de Québec, sait que la mobilité est un enjeu important. Notre gouvernement a présenté le Réseau Express de la Capitale qui assure le plus grand chantier de mobilité. Une vision moderne qui permet l’ajout de voies dédiées pour le transport en commun, le réseau structurant et le tunnel Québec-Lévis.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Mes priorités sont le déploiement de nouvelles places en garderie, le développement de notre parc technologique afin de soutenir les chaînes de valeur comme la production agroalimentaire et le commerce de gros, l’agrandissement de l’école du Buisson et le développement du projet de la Maison de quartier de la Ruche Vanier.»

Karoline Boucher, Québec solidaire (QS)

Karoline Boucher est une personne engagée dans son milieu qui travaille dans le milieu communautaire depuis plusieurs années. Comme intervenante sociale, elle a notamment travaillé avec les personnes défavorisées afin de soutenir les initiatives citoyennes.

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«La pénurie de places en CPE nous prive actuellement de milliers de travailleurs et travailleuses, majoritairement des femmes. J’ai moi-même rencontré plusieurs d’entre elles depuis le début de la campagne, des infirmières, des enseignantes et même des éducatrices à la petite enfance. Alors que le coût de la vie ne cesse d’augmenter, les familles québécoises ne peuvent simplement pas se passer d’un salaire. Il faut créer plus de places en CPE, et offrir de bonnes conditions de travail aux éducatrices afin qu’elles persévèrent dans la profession, pour permettre à tous ces parents de reprendre leur place sur le marché du travail.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Il faut offrir aux gens des options de transports qui correspondent à leur style de vie. Plusieurs personnes aimeraient mettre de côté l’auto solo, mais le transport collectif actuel ne leur permet tout simplement pas. Quand je parle aux gens de la circonscription, ils me disent que ça leur prend deux, parfois même trois autobus pour se rendre au travail, et ça leur prend le double du temps. Ça nous prend, entre autres, des autobus rapides qui permettront de connecter les zones résidentielles avec les grands pôles d’emploi.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«La plus grande dépense des ménages québécois c’est le logement, c’est là-dessus qu’il faut travailler. Dans certains secteurs on manque de logement social, alors qu’ailleurs on voit des hausses de loyer abusives. Sans parler du fait qu’il est de plus en plus difficile d’acheter une première maison. Plusieurs projets sont sur la table en développement résidentiel. Je veux m’assurer que l’argent public soit investi pour créer des développements immobiliers qui répondent aux besoins des gens, que ce soit des bâtiments publics ou des constructions privées.»

William Duquette, Parti québécois (PQ)

William Duquette est un souverainiste convaincu. Pour lui, l’indépendance du Québec est un véritable cheval de bataille. Ayant travaillé comme directeur des opérations dans le domaine du transport simultanément à ses études à l’Université Laval, le dévouement et l’engagement sont des qualités par lesquelles il se définit. À 18 ans à peine en 2018, il a terminé au quatrième rang du scrutin dans la circonscription lors des dernières élections provinciales.

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«Nous devons utiliser la main-d’œuvre disponible pour pallier le manque actuel. Cela signifie notamment d’offrir des incitatifs avantageux aux travailleurs qualifiés à la retraite et permettre à ceux qui le souhaitent de retourner sur le marché du travail. Ces travailleurs qualifiés sont déjà formés et disponibles, il faut juste qu’ils voient un avantage à retourner travailler ne serait-ce que quelques heures par semaine. La numérisation, la robotisation et l’automatisation des entreprises représentent une des grandes solutions à long terme. Nous devons faire ce virage important pour notre société.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Le Parti québécois a déposé le plan ambitieux de réduire nos émissions de GES de 45% d’ici 2030, basé sur les émissions de 2010, notamment en transports. Il nous apparaît évident que nous devons faire un virage important dans l’électrification des transports (individuels et collectifs) et développer le transport en commun. La PasseClimat permettrait aux Québécois de voyager partout au Québec pour seulement 365$ par année soit 1$ par jour. Cela inclut le transport urbain, mais aussi interrégional. La Ligne de train léger Lévis-Québec-Lebourgneuf permettra aux citoyens de se rendre de centre-ville à centre-ville en transport en commun.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Ma priorité est le logement abordable. Le territoire de la circonscription électorale de Vanier-les-Rivières est composé de plusieurs quartiers où il est le plus opportun de construire des logements abordables.»

Karl Filion, Parti libéral du Québec

Diplômé d’un baccalauréat en arts et lettres de l’Université de Montréal et d’un certificat en droit de l’Université Laval, Karl Filion occupe actuellement les fonctions de recherchiste à l’Assemblée nationale du Québec. Le natif de la basse-ville de Québec a été attaché de presse auprès du ministre de la Culture, du ministre de la Famille, ainsi qu’au Conseil de l’industrie forestière du Québec.

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«La pénurie de main-d’œuvre nuit à l’économie et à l’offre de services aux citoyens en santé et en éducation. De notre côté, nous mettrons rapidement en place des mesures concrètes pour favoriser le retour au travail des travailleurs expérimentés et la requalification des travailleurs. L’immigration doit également faire partie de la solution, en plus de la reconnaissance des diplômes étrangers.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«Nous avons plusieurs propositions pour la mobilité: une phase 2 du tramway pour connecter le nord de la ville de Québec et la Rive-Sud, en passant par l’Université Laval. Cela profitera grandement aux citoyens de Vanier-Les Rivières. Pour les automobilistes, il faut accélérer le réaménagement de la tête des ponts et déployer une stratégie de voies dynamiques sur le pont Pierre-Laporte. Nous voulons aussi rendre le transport en commun gratuit pour les étudiants et les aînés.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«J’apprécie tout particulièrement la diversité de la circonscription. Je pense qu’il s’agit d’une grande richesse. Je veux contribuer à améliorer la qualité de vie, favoriser les contacts et les échanges. Quand on se parle, on se comprend et quand on se comprend, on s’enrichit. Les citoyens de Vanier-Les Rivières ont le droit d’avoir une alternative aux politiques de division de la CAQ. Je ne veux laisser personne derrière. Tout le monde mérite une oreille attentive à ses enjeux.»

Donald Gagnon, Parti conservateur du Québec

Originaire de Trois-Rivières, Donald Gagnon quitte sa ville natale en 1989 afin de poursuivre son baccalauréat en relations industrielles à l’Université Laval. Cette même année, il fait l’achat de son premier restaurant Harvey’s à Québec. Au fil du temps, il a fait l’acquisition de cinq autres restaurants de la célèbre chaîne. Entrepreneur connu et apprécié dans la région, il est très impliqué dans sa communauté.

Comment aborder le défi de la pénurie de main-d’œuvre qui affecte l’économie?

«Au PCQ, on propose d’augmenter le crédit d’impôt au prolongement de carrière de 1 500 $ à 3 000 $ pour les 60 à 64 ans et de 1 650 $ à 5 000 $ pour les gens âgés de 65 ans et plus. On vit et on est en forme de plus en plus longtemps de nos jours. On doit permettre à ceux qui le désirent de rester sur le marché du travail sans pour autant les pénaliser. Il y a aussi un enjeu majeur en ce qui concerne l’accès aux services de garde partout dans la province. Un gouvernement conservateur donnerait 200 $ par enfant, par semaine aux parents pour leur permettre de choisir le type de service de garde de leur choix.»

Quelle option privilégiez-vous pour favoriser la mobilité dans la région?

«On propose le transport en commun gratuit pour tous les usagers de la région de Québec, un projet pilote d’une durée de un à deux ans. On pourra alors voir quel est l’appétit réel pour le transport en commun. Il faut se rappeler que la pandémie et le télétravail ont changé considérablement les habitudes et la fréquence des déplacements des gens. Si le résultat est concluant et que la gratuité ramène la clientèle, on pourra appliquer la gratuité du transport en commun partout au Québec. Je pense que ça aidera significativement les plus démunis et incitera les gens plus à l’aise financièrement à laisser la voiture à la maison.»

Quelle est votre priorité locale pour votre circonscription?

«Le 3e lien devrait être déplacé vers l’est pour éviter une surcharge de voitures dans Vanier-Les Rivières. Je veux aider les écoles de Vanier à se doter de nouvelles structures sportives. Les enfants sont notre priorité et leur bonne santé en général, notamment par la pratique du sport et la promotion des saines habitudes de vie.»

Autres candidats

Les électeurs de Vanier-Les Rivières retrouveront également sur leur bulletin de vote des candidats d’autres partis, dont Kadidia Mahamane Bamba (Parti vert du Québec) et Jean Cloutier (Climat Québec).

À noter que la période de mise en candidature se termine à 14h le 17 septembre. Il est donc possible que d’autres candidats s’ajoutent. La liste complète se trouve sur le site d’Élections Québec.

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.