12:28 8 août 2022 | mise à jour le: 8 août 2022 à 12:28 Temps de lecture: 4 minutes

La sérénité désarmante de Félix Auger-Aliassime

La sérénité désarmante de Félix Auger-Aliassime
Photo: Clément Gaboury / MétroFélix Auger-Aliassime a rencontré les journalistes dimanche, au stade IGA.

Sous la chaleur accablante qui frappait la métropole dimanche, Félix Auger-Aliassime transpirait la confiance.

Le Lorettain tentera de mettre la main sur un deuxième titre de l’ATP, cette semaine, à l’Omnium Banque Nationale, devant son public.

Auger-Aliassime, neuvième raquette mondiale et sixième tête de série, a bénéficié d’un laissez-passer au premier tour et affrontera un joueur issu des qualifications mercredi.

Un tableau avantageux pour le sportif? Pas si vite.

«On n’est jamais à l’abri d’une surprise ou d’une élimination au premier tour, j’en suis parfaitement conscient. Je ne tiens aucun match pour acquis», a indiqué Félix Auger-Aliassime, lucide.

Ça fait plaisir de revenir à Montréal. Je suis un joueur différent, un jeune homme différent aussi. Je me sens beaucoup plus serein et prêt à l’approche de ce tournoi. J’espère que mes résultats vont le montrer.

Félix Auger-Aliassime, sixième tête de série de l’Omnium Banque Nationale

Revenant tout juste d’un tournoi à Cabo San Lucas au Mexique, il tentera de poursuivre sur sa lancée. Vendredi soir, il s’était incliné en demi-finale, face au Britannique Cameron Norrie.

Le Québécois entamera son tournoi à Montréal mercredi, tandis que la plupart de ses pairs compétitionneront dès lundi.  

«Quand on commence un tournoi seulement au deuxième tour, ça peut être difficile de bien embarquer. Certains aiment jouer des matchs de double avant, moi je me mets en condition de match à l’entraînement», explique Auger-Aliassime, qui souffle aujourd’hui ses 22 bougies.

Félix Auger-Aliassime signant des autographes au stade IGA.
Photo: Clément Gaboury / Métro

Si Félix Auger-Aliassime réussit à esquiver le piège que représente le premier match, il pourrait retrouver Cameron Norrie au match suivant.

Les ténors Casper Ruud, septième jouer mondial, et le no 1 Daniil Medvedev se retrouvent également dans la même portion de tableau que le favori local.

«Jouer contre des gars qui seront probablement mes rivaux pour les prochaines années, c’est une motivation supplémentaire pour moi», a-t-il poursuivi.

«Je garde ma routine […] J’essaie de bien me préparer pour chaque tournoi, de jouer de la bonne façon.»

D’autres Québécois s’illustrent

Le Lavallois Alexis Galarneau sera également du tableau principal de l’Omnium Banque Nationale. Galarneau, 238e joueur mondial, n’a pas eu à passer par la ronde des qualifications, bénéficiant d’un laissez-passer. Il fera face au Bulgare Grigor Dimitrov, 19e raquette mondiale.

«Après Denis [Shapovalov], Vasek [Pospisil] et moi, c’est amplement mérité que cette place dans le tableau principal d’un tournoi comme ici. J’ai suivi son évolution cette année. Il joue de mieux en mieux», a indiqué Félix Auger-Aliassime à propos de son ami Alexis Galarneau.

Gabriel Diallo aurait pu être le troisième représentant du Grand Montréal à se qualifier pour le tableau principal, mais il s’est incliné dimanche midi face au Français Hugo Gaston.

Gabriel Diallo lors de son match de qualification face au Français Hugo Gaston.
Photo: Clément Gaboury / Métro

Celui qui est né à Montréal mais a grandit à L’Ancienne-Lorette a déclaré forfait en deuxième manche, alors qu’il tirait de l’arrière 2-6 et 1-2, sous une température ressentie de 40 degrés.

Les Canadiens Denis Shapovalov et Vasek Pospisil affronteront respectivement Alex de Minaur et Tommy Paul. En cas de victoire, Pospisil pourrait affronter au deuxième tour la jeune sensation espagnole et 4e raquette mondiale Carlos Alcaraz.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.