14:10 31 juillet 2022 | mise à jour le: 24 août 2022 à 11:54 Temps de lecture: 5 minutes

Un été tout en fleurs aux Mosaïcultures du Bois-de-Coulonge

Un été tout en fleurs aux Mosaïcultures du Bois-de-Coulonge
Photo: Métro Média - François CattapanPour l’été 2022, une partie du parc du Bois-de-Coulonge accueille l’exposition horticole des Mosaïcultures.

VIVRE ICI. Connu comme l’un des plus beaux parcs de la région, le parc du Bois-de-Coulonge sera plus que jamais un centre d’intérêt pour ses nombreux visiteurs cet été. Le vaste espace vert surplombant le fleuve, aux limites du quartier Sillery, accueille les Mosaïcultures Québec 2022. L’exposition horticole, enjolivée de plus de 6 millions de fleurs et plantes, occupe la portion sud du site jusqu’en octobre.

Pour l’occasion, une grande partie du parc est transformée en une vaste galerie d’art vivante. Plus de 200 sculptures, la plupart inédites, sont regroupées dans 20 tableaux qui émerveilleront les amateurs d’ici et d’ailleurs. En plus d’épater le public, l’objectif principal de ce grand rendez-vous estival consiste à sensibiliser à la fragilité et à la beauté de la vie qui vibre sur la planète. Placée sous le thème Il était une fois… la Terre, l’exposition met également en valeur le passé historique du parc du Bois-de-Coulonge ainsi que la richesse de la nation huronne-wendat.

Le circuit se déroule en cinq temps: la Pergola, une reproduction de la résidence du lieutenant-gouverneur, le Monde polaire et marin, les Espèces menacées, la Nation huronne-wendat et la Ferme. Mentionnons que les sentiers en gravier compacté permettent la visite pour les personnes à mobilité réduite. À noter cependant que le site comporte certains dénivelés, qui nécessiteront un minimum d’efforts physiques.

Organisé sous le thème «Il était une fois… la Terre», le grand rendez-vous estival veut sensibiliser à la beauté fragile de la planète. Photo Métro Média – François Cattapan

Pour assister à cette présentation haute en couleur, le prix en admission générale est fixé à 23$ (services et taxes inclus). Toutefois, l’accès au reste du parc demeure gratuit en tout temps. Les habitués peuvent donc continuer de profiter pleinement des sentiers ombragés, de l’arborétum et de l’espace des jeux pour enfants. Par ailleurs, les travaux d’aménagement d’un escalier reliant le Bois-de-Coulonge au parc des Champs-de-Bataille à la phase 3 de la promenade Samuel-De Champlain vont bon train. Cette nouvelle infrastructure de 294 marches sera achevée au cours de l’été.

Espace vert ressourçant

Accessible au public depuis les années 1970, le parc du Bois-de-Coulonge se veut l’héritage des Québécois. Depuis 1983, sa vocation est celle d’un parc public d’intérêt régional voué à des activités de détente. Il constitue un grand domaine naturel où les promeneurs ont l’agréable surprise de découvrir, en pleine ville, de magnifiques espaces boisés entrecoupés d’aires gazonnées. On y retrouve aussi d’importants aménagements horticoles ainsi que plusieurs bâtiments anciens témoignant d’un riche passé.

Il est possible de profiter seul, en famille ou entre amis d’agréables activités de plein air dans cet espace d’exception. D’une superficie de près de 24 hectares, il constitue le joyau des parcs gérés par la Commission de la capitale nationale du Québec. L’endroit est idéal pour marcher, découvrir des aménagements horticoles exceptionnels et observer une faune typique des boisés urbains. Il est également un lieu propice à l’observation ornithologique.

Dates historiques importantes

Érigée en 1657, la châtellenie de Coulonges est issue du regroupement de plusieurs terres du Cap-aux-Diamants, par Louis d’Ailleboust de Coulonge.

En 1780, la partie est de la châtellenie est achetée par le général Henry Watson Powell, qui y fait construire une somptueuse résidence.

Lorsqu’en 1815, Michael Henry Perceval achète la propriété, Powell Place est rebaptisée Spencer Wood en l’honneur de son oncle, le premier ministre britannique Spencer Perceval.

Henry Atkinson, marchand de bois, acquiert à son tour le domaine en 1835 et entreprend son aménagement en faisant construire une villa en 1844.

La propriété deviendra la résidence des gouverneurs du Canada et des lieutenants-gouverneurs du Québec entre 1854 et 1966.

En 1950, le domaine est appelé Bois-de-Coulonge et en 1966 un incendie détruit la résidence, causant le décès du lieutenant-gouverneur Paul Comtois.

Le parc est accessible au public depuis les années 1970.

Pour s’y rendre

  • L’entrée du parc se trouve au 1215 de la Grande Allée Ouest. Sur place, il y a un petit stationnement à horodateur d’une trentaine de cases.
  • Pour les Mosaïcultures, le présentateur officiel iA Groupe financier rend disponibles gratuitement deux de ses stationnements (1150, Grande Allée Ouest et rue Thornhill).
  • Des stationnements payants sont également accessibles à la RAMQ (1125, Grande Allée Ouest), à partir de 16h la semaine et en tout temps les fins de semaine.
  • Plusieurs parcours du RTC desservent le parc du Bois-de-Coulonge, dont les Métrobus 800 et 801 ainsi que les bus 11 et 25.
  • Pour terminer sa visite en beauté autour d’un bon repas, on se rend sur l’avenue Maguire (via Saint-Louis et Sheppard) à juste 3 minutes en voiture et 15 minutes à pied.

Pour plus d’information ou acheter des billets: mosaiculture.ca.

Sur le site, on peut encore voir les anciennes écuries du chic et vaste domaine construites entre 1884 et 1889. Photo Métro Média – Archives

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.