09:00 20 octobre 2021 | mise à jour le: 18 octobre 2021 à 13:15 Temps de lecture: 4 minutes

Une première course à la mairie en presque dix ans à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier

Une première course à la mairie en presque dix ans à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier
Photo: Métro Média archivesEn poste depuis presque neuf ans, le maire sortant Pierre Dolbec sollicite un troisième mandat complet, alors que l’ancienne conseillère municipale Julie Guilbeault convoite son poste.

Le Métro Jacques-Cartier a préparé un tour d’horizon des différentes municipalités de la Jacques-Cartier, en vue des élections municipales 2021. Portrait de la campagne électorale de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier où le maire sortant, Pierre Dolbec, affronte l’ancienne conseillère municipale Julie Guilbeault.

Les deux opposants ont des priorités similaires pour la Ville de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, entre autres, la construction d’une première école secondaire. «C’est un projet qui est en cours depuis plusieurs années et j’ai bon espoir que ça se concrétise assez rapidement», soutient Pierre Dolbec.

Selon les deux adversaires, les écoles primaires que compte la municipalité sont pleines à craquer. «On est sur le point de devoir mettre des élèves sur le toit si ça continue comme ça. Si je suis élue, j’évaluerais sérieusement l’option de construire une autre école primaire. L’éducation est une de mes priorités et je pense que la croissance constante de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier dans les dernières années va nous forcer à en avoir une de plus de toute façon», fait valoir Julie Guilbeault.

Pour sa part, le maire sortant croit que l’ajout d’une école secondaire réduira considérablement le nombre d’élèves que comptent l’École institutionnelle Jacques-Cartier-Saint-Denys-Garneau et l’École primaire Jacques-Cartier, puisque la première accueille plusieurs classes de 1re et 2e secondaire.

«Le transfert des jeunes d’âge secondaire à la nouvelle école devrait alléger suffisamment la fréquentation sans qu’on ait besoin de faire une demande de subvention pour construire une autre école primaire. J’ai peur que de lancer les deux processus en même temps ne nuise à la réalisation d’un des projets qui me tient le plus à cœur. On s’ajustera si le besoin se fait sentir éventuellement», affirme-t-il.

Parmi ses priorités, M. Dolbec compte relancer le processus de subvention d’un aréna qui a été refusé par le gouvernement du Québec, en y apportant les modifications nécessaires. Il voudrait également instaurer un camp de jour et poursuivre le développement du centre-ville avec l’arrivée d’autres entreprises. Une étude de faisabilité sur l’arrivée d’une piscine municipale intérieure serait également dans les cartons.

De son côté, Julie Guilbeault voudrait plutôt se concentrer sur les services offerts aux citoyens en termes de loisirs et d’infrastructures. «Je pense qu’on a tout ce qu’il faut pour les enfants de zéro à cinq ans et pour les aînés de la ville. Je voudrais qu’on organise davantage d’activités à l’intention de la majorité de la population et des jeunes, pour qu’ils puissent s’épanouir sans avoir à quitter Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier pour pratiquer leurs activités préférées», constate-t-elle. Mme Guilbeault voudrait également s’occuper des problèmes de bouchons de circulation qui se font de plus en plus fréquents depuis plusieurs années.

Limiter l’augmentation des taxes

Bien que leur façon d’y arriver diverge, les deux candidats s’engagent à ne pas augmenter les taxes municipales des contribuables de manière significative. Pierre Dolbec croit que la solution pour que le taux de taxation demeure avantageux et attrayant pour les résidents est d’encourager le développement économique et résidentiel.

«C’est un calcul assez simple. Les entreprises et les gens qui viendront s’installer devront payer des taxes foncières qui permettront à la Ville de couvrir suffisamment les dépenses pour maintenir cet avantage non négligeable pour les citoyens et pour la croissance de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier.»

Julie Guilbeault est un peu moins enthousiaste à l’idée de développer la ville pour rester à flots. Elle voudrait plutôt mettre en place un comité consultatif pour passer en revue toutes les dépenses de l’administration municipale, afin de réduire la facture des citoyens en soustrayant des frais qui pourraient s’avérer superflus.

«Je crois que sous M. Dolbec, la Ville aurait pu faire plus pour aller chercher des subventions afin de limiter les coûts de certains projets. Je ferai certainement tout en mon pouvoir pour que ça ne se produise plus si je suis élue» lance Mme Guilbeault.

Julie Guilbeault est la première personne à se présenter contre Pierre Dolbec depuis une élection partielle en décembre 2012. Le maire sortant avait battu Claude Phaneuf avec 601 voix contre 548. Il a ensuite été réélu sans opposition en novembre 2013.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *