12:27 21 septembre 2021 | mise à jour le: 18 octobre 2021 à 14:33 Temps de lecture: 4 minutes

Les Conservateurs satisfaits de consolider leurs assises

Les Conservateurs satisfaits de consolider leurs assises
Photo: Photo gracieusetéGérard Deltell peu après l'annonce des résultats.

L’élection du 20 septembre n’aura pas modifié le visage politique de la région où, si les Conservateurs n’ont pas fait de gains, ils consolident leur place.

Gérard Deltell

Avec 51,5% des voix dans Louis-Saint-Laurent (le Bloquiste Thierry Bilodeau arrive derrière avec 20,4% des suffrages), Gérard Deltell fait mieux que l’élection précédente où il était parvenu à récolter 44,4 % des votes.

«C’est toujours très émouvant, un moment suprême», décrit l’élu de Louis-Saint-Laurent à la suite de l’annonce des résultats de sa circonscription, la 6e victoire électorale de sa vie (et sa 3e victoire au fédéral). Pour cette campagne, M. Deltell indique qu’il a fallu renouveler les approches pour séduire la population, en particulier grâce aux réseaux sociaux pour renouer avec le public.

Au quotidien? Rien ne va différer demain du travail accompli sur le terrain jusqu’à hier. «Le travail va se poursuivre pour les enjeux fédéraux, notamment avec Wendake. J’ai parlé avec plusieurs grands chefs. Il se poursuivra aussi avec les municipalités et tous les autres quartiers du secteur», fait valoir M. Deltell.

Pas tendre avec Trudeau

«Par vanité personnelle, Trudeau a organisé ces élections de 600M$. Tout ça pour ça, comme on dit dans nos rangs», déplore l’élu conservateur. Malgré tout, après les résultats des votes, Gérard Deltell s’est dit déçu de ne pas avoir pu compter de nouvelles recrues dans la région. Il mentionne notamment Alupa Clarke, Bianca Boutin, Gilles Lépine et Véronique Laprise. «Se présenter aux élections est déjà une grande victoire en soi. J’aurais beaucoup aimé les voir à nos côtés. Ça fait toujours mal au cœur».

Rien prendre pour acquis

«Il ne faut jamais rien prendre pour acquis en politique. J’ai envisagé la campagne comme si je la perdais même si je ne pouvais pas le dire haut et fort. Dans mon entourage, on me disait que je n’avais pas à m’en faire, mais c’était un peu fâchant. À partir du moment où tu prends ça pour acquis, c’est le début des problèmes», confie celui qui selon lui, a toujours autant à cœur de travailler avec les citoyens. Une job qu’il qualifie «d’exigeante», mais une vocation. «C’est le genre d’emploi où, si on a quelque réserve que ce soit, mieux vaut ne pas le faire. Les citoyens s’en rendent compte».

De son côté, Joël Godin a récolté 51,3% des votes dans Portneuf- Jacques-Cartier, devançant ainsi le Bloquiste Christian Hébert, détenteur de la 2e place, avec 23,8%.

Dans Charlesbourg – Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus a quant à lui récolté 44,4% des suffrages, devançant lui aussi la Bloquiste Marie-Christine Lamontagne (25% des votes)

Joël Godin

De son côté, Joël Godin a récolté 51,6% des votes dans Portneuf–Jacques-Cartier, devançant ainsi le Bloquiste Christian Hébert, détenteur de la 2e place, avec 23,8%. «Je ne peux que me réjouir d’avoir obtenu 51, 6% des votes, surtout après un 3e mandat», confie M. Godin. Selon lui, il doit son succès également à son équipe.

Parmi les dossiers locaux qu’il portera à Ottawa, son projet-pilote de coopérative de travailleurs étrangers. Il espère avoir une dérogation pour mettre sur pied le projet, en collaboration avec six entreprises de la circonscription de divers secteurs. «Ça permet aux entreprises de faire venir des travailleurs étrangers et ça permet aux travailleurs une mobilité [puisqu’ils ne sont alors pas en permis de travail fermé lié à un seul employeur]».

Dans Charlesbourg–Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus a quant à lui récolté 44,4% des suffrages, devançant lui aussi la Bloquiste Marie-Christine Lamontagne (25% des votes). Malgré plusieurs demandes, il n’a pas été possible de lui parler.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *