Actualités
15:43 30 janvier 2018 | mise à jour le: 15 octobre 2021 à 15:26 Temps de lecture: 3 minutes

TDAH, migraines ou commotions cérébrales: le neurofeedback pourrait vous aider

À Québec, une équipe de psychologues et de neuropsychologues propose une nouvelle approche concernant le TDAH, les troubles d’apprentissages, l’anxiété, les migraines, l’insomnie et même les douleurs chroniques. Il s’agit du neurofeedback. Cet outil permet au cerveau des enfants, comme à celui des adultes, de fonctionner de façon plus optimale et naturelle, grâce à un entraînement cérébral.

Marysol Lemoyne, psychologue et directrice de la clinique NeuroPotentia

Photo TC Media – Rénald Létourneau

Située à Sainte-Foy, NeuroPotentia est une clinique d’optimisation cérébrale et de santé globale qui offre des services en psychologie, en neuropsychologie, des services de neurofeedback et d’évaluation en électroencéphalogramme quantitatif (EEGq).

«Avant d’entreprendre des séances d’entraînement en neurofeedback, nous voulons comprendre la source des symptômes d’un individu», explique Marysol Lemoyne, psychologue et directrice de la clinique NeuroPotentia.

Une EEGq est donc effectuée préalablement aux entraînements afin de cibler les zones du cerveau en difficulté et bâtir un protocole d’entraînement spécifique. Les enfants qui souffrent de TDAH doivent prendre une médication qui cause souvent des effets secondaires comme l’insomnie, la perte d’appétit et l’anxiété.

«Le neurofeedback est un outil qui aide le cerveau à s’autoréguler et peut permettre, dans beaucoup de cas, de diminuer la médication et par le fait même, réduire les effets secondaires. Il faut bien comprendre que notre équipe de professionnels n’est pas contre la médication, mais il est important d’informer les gens qu’il existe maintenant des outils complémentaires ou même, dans certains cas, une alternative», précise Mme Lemoyne.

Collaboration

«Notre clinique compte trois neuropsychologues, un psychologue et trois entraîneurs. Notre but est de travailler en collaboration avec tous les professionnels de la santé, tels les médecins, les orthophonistes et les orthopédagogues. On peut détecter des problèmes chez des individus et les aider, mais on ne règle pas tout. C’est le travail de synergie entre les différents professionnels qui peut créer de petits miracles», conclut la directrice et psychologue.

Marysol Lemoyne détient l’accréditation Biofeedback Certification International Alliance (B.C.I.A.) depuis 2011, une association qui vise à s’assurer de la compétence des spécialistes en neurofeedback. Existant depuis près de 60 ans, le neurofeedback est aujourd’hui approuvé par le Food and Drug Administration (FDA) et par l’Académie pédiatrique américaine (American Academy of Pediatrics) qui regroupe quelques 64 000 pédiatres. 

«Le neurofeedback est un outil qui aide le cerveau à s’autoréguler et peut permettre, dans beaucoup de cas, de diminuer la médication et par le fait même, réduire les effets secondaires.»

Photo TC Media – Rénald Létourneau

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *