Jeux vidéo
11:37 13 août 2021 | mise à jour le: 13 août 2021 à 11:43 Temps de lecture: 7 minutes

Critique – Boyfriend Dungeon

Critique – Boyfriend Dungeon

L’étrange magie qui opère dans Boyfriend Dungeon

Honnêtement, lorsque Boyfriend Dungeon a été annoncé puis financé via Kickstarter en 2018, je n’étais pas tenté. Pour être très transparent, j’avais même des a priori. Je me disais qu’un tel jeu n’était tout simplement pas fait pour moi et que draguer des hommes, ça ne m’intéressait pas. Eh bien, après seulement quelques minutes de jeu, ces préjugés ont volé en éclat. Encore mieux, après l’avoir terminé sans parvenir à lâcher ma manette, j’en redemande!

Boyfriend Dungeon est un jeu bizarre à bien des égards. Le pitch est simple : vous venez d’arriver à Verona Beach pour l’été et emménagez chez votre cousin qui part peu de temps après votre arrivée. Ce dernier s’engage d’ailleurs à vous trouver des dates, car il sait que vous n’avez jamais fréquenté quelqu’un. Il vous texte pour fixer un premier rendez-vous avec Eric. La rencontre se passe et dans la conversation, il vous indique que des monstres sont apparus dans le centre commercial. Vous vous y rendez et trouvez un fleuret qui se met à vous parler avant de se transformer en élégant jeune homme. Il vous explique que vous êtes dans un donjon rempli de monstres représentants vos peurs les plus intimes.

Le jeu de Kitfox Games est découpé en deux phases : la première consiste à détruire les créatures et ramasser les différentes ressources dans le donjon tandis que la seconde prend la forme d’un dating-sim ou jeu de drague en français. Car oui, votre but est de rencontrer l’amour. C’est ainsi que l’on commence par créer son personnage en choisissant non pas son genre mais ses pronoms, détail on ne peut plus important, à raison, dans les relations de nos jours. On sélectionne aussi la couleur de peau, la coupe et la couleur des cheveux, nos vêtements puis roulez, jeunesse.

Des affrontements dynamiques

Dans les donjons, Boyfriend Dungeon prend la forme d’un Action-RPG très accessible. Un bouton pour les coups normaux, un pour les coups forts et enfin un autre pour les roulades d’esquive. Deux autres boutons servent à boire un breuvage pour se soigner (que l’on peut personnaliser également dans le menu) et à activer les magazines qui font office de sort. Ces derniers peuvent envoyer une boule de feu, endormir les ennemis, les effrayer, etc…

Les différents étages du donjon sont générés aléatoirement. Si un ascenseur est présent, vous pouvez remonter à la surface et prendre une pause. Dans le cas où vous perdez tous vos points de vie, vous êtes simplement reconduit chez vous sans autre pénalité. La transition entre chaque niveau est par ailleurs l’occasion de constater l’évolution de notre attachement à nos armes, mais aussi d’en changer. Elles sont au nombre de sept et offrent une belle diversité.

Les combats sont vraiment très plaisants. On enchaîne les combos avec les différentes armes qui sont autant de conquêtes potentielles. Les ennemis sont intéressants et chercheront à faire le tour pour vous prendre à revers. Il faut faire preuve d’une vigilance de tous les instants. Chaque étage (ou presque) propose une ou plusieurs zones dites safe qui sont l’occasion de se soigner, si tant est que l’on trouve la bonne chose à dire à l’arme qui nous accompagne. On a quelques boss aussi, mais qui sont plus là pour symboliser notre croissance. Ils ne sont donc pas très nombreux.

Les phases de drague de Boyfriend Dungeon

C’est l’élément qui m’attirait le moins au départ. Pourtant, force est de constater que Kitfox a réussi un véritable tour de magie puisque j’étais envoûté du début à la fin. Lorsqu’on reçoit un SMS de la personne concernée avec un lieu de rendez-vous et que l’on s’y rend, une conversation s’engage. Les sujets sont aussi variés que les personnages, chacun ayant sa propre personnalité, ses défauts, ses faiblesses et ses forces. On est invité à prendre des décisions que ce soit dans la conversation elle-même ou les textos. Lorsqu’on apprend à les connaitre, les personnages deviennent très attachants.

Je dois dire qu’en tant que Français d’origine, et Canadien d’adoption depuis « seulement » 10 ans, je suis toujours autant dérouté sur la façon dont fonctionne les relations en Amérique du Nord. Je n’y ai jamais été confronté. Ma femme est française avec les mêmes repères que moi. En ce sens, Boyfriend Dungeon est une excellente séance de rattrapage pour moi. Même si je trouve ce système étrange, la magie opère, j’observe et expérimente. Jongler entre différentes relations n’est pas le plus simple, mais le jeu de Kitfox facilite les choses.

Un hub essentiel

Votre chambre dans laquelle vous vous retrouvez après chaque excursion dans le donjon et chaque rencontre sert également de hub. C’est ici que vous pourrez vous adonner à une phase d’artisanat très simple : vous trouvez des recettes dans les donjons, et si vous avez les ingrédients nécessaires, vous pouvez confectionner l’objet en question. Il peut s’agir de nouveaux magazines, de vêtements mais aussi de cadeaux à offrir à vos conquêtes.

On trouve aussi un miroir qui nous permettra de modifier notre fiche de personnage initiale. En effet comme dans la vraie vie, rien n’est inscrit dans le marbre. La preuve, un coup de tondeuse et on change de coupe de cheveux. Ou bien on explore notre sexualité et/ou notre genre. Peut en résulter une transition vers un autre ou bien devenir non-binaire. C’est l’une des raisons qui rend Boyfriend Dungeon si essentiel et nécessaire dans le paysage vidéoludique. Autant de variété dans les personnages ne pouvait venir que d’une équipe de développement elle-même diversifiée.

Techniquement au point

Disons le tout de go, Boyfriend Dungeon n’est pas le plus beau jeu de 2021. Mais il est malin. Il adopte une direction artistique très sobre qui permet de cacher les lacunes et surtout d’empêcher les bogues. Dans le genre rogue-lite, il fait beaucoup mieux que The Ascent, dont les problèmes techniques et de conception lui font traîner de la patte. De plus, le jeu de Kitfox propose surtout des écrans statiques dans les phases de drague ce qui permet d’éviter d’avoir des animations gourmandes en ressources et de profiter de portraits dessinés à la main.

On apprécie toutefois le doublage disséminé avec parcimonie qui rend les dialogues les plus importants encore plus vivants. Les doubleurs font un travail exemplaire et on est parfois à la limite de l’ASMR.

Mentionnons également l’excellente bande-son composée par Marskye. Tantôt jazzy, tantôt mellow, avec les parties chantées à l’extérieur et instrumentales dans les donjons, c’est parfait. Les plus mélomanes reconnaitront un style quelque peu emprunté à Shoji Meguro, le compositeur attitré de la série Persona. Et ce n’est pas pour nous déplaire.

En somme, si vous aimez les jeux faits avec amour, qui vous apprennent des choses tout en abordant des sujets parfois difficiles, alors vous allez aimer Boyfriend Dungeon. Je le dis sans détour, le jeu de Kitfox détrône Bravely Default II et devient mon jeu de l’année. Le jeu est disponible dès maintenant sur PC, Mac, Switch et Xbox.

Verdict

Les plus

  • Le concept
  • Les combats dynamiques
  • La variété des personnages
  • La critique de la société actuelle
  • La bande-son envoûtante

Les moins

  • On en veut encore plus!

Note finale

10 / 10

Un texte de Antoine Clerc-Renaud de Jeux.ca

Articles similaires