Jeux vidéo
08:15 22 juillet 2021 | mise à jour le: 22 juillet 2021 à 08:43 Temps de lecture: 8 minutes

Entrevue exclusive : The Last Video Store

Entrevue exclusive : The Last Video Store

Plus tôt cette semaine, RareBird Games a annoncé une nouvelle expérience en réalité virtuelle, The Last Video Store. Son concept est simple : se déplacer dans un club vidéo pour louer des films et discuter avec d’autres férus du cinéma. Un recul de quelques années pour nous faire oublier la domination actuelle des services de streaming où se perd la notion du social, en tout cas pour ce qui est du 7e art.

Curieux d’en apprendre plus au sujet de The Last Video Store, nous avons posé quelques questions aux développeurs. Sans plus tarder, voici notre entrevue exclusive qui vous rappellera de bons souvenirs!

For the original interview in English, please click here.

Pouvez-vous vous présenter et nous dire de quelle façon vous avez commencé à travailler dans l’industrie du jeu vidéo?

Nous sommes RareBird Games, fondé par Austin Stock et Darwin Minard. Nous avons débuté dans l’industrie du cinéma, dans la post-production pour diverses sociétés. Aujourd’hui, nous prenons cette expérience et l’appliquons à Unreal Engine, en collaborant avec tous les talents dont nous nous sommes entourés au fil des ans.

Le dernier projet de RareBird Games s’appelle The Last Video Store, une expérience de réalité virtuelle (VR) dans laquelle les joueurs peuvent visiter un club vidéo et louer des films pour ensuite les regarder chez eux. Pouvez-vous nous expliquer à quoi nous pouvons nous attendre en termes de fonctionnalités et de gameplay? J’ai entendu dire qu’on pouvait lancer des kiosques ou même conduire une voiture…

Nous espérons créer un lieu de rencontre virtuel où les joueurs et les joueuses pourront non seulement regarder des films, mais aussi en discuter, voire même utiliser cette application pour se retrouver. Comme dans un vrai club vidéo, nous pourrions passer des heures avec nos amis à discuter de toutes sortes de choses dans le magasin. Nous espérons que cette application pourra s’étendre à une ville entière, voire plus.

Comment The Last Video Store se compare-t-elle à d’autres expériences similaires comme Bigscreen sur PC (Steam)?

Beaucoup de ces expériences manquent d’humour, nous espérons pouvoir apporter des fonctionnalités que d’autres sociétés auraient trop peur d’inclure. Nos jeux ne sont pas grand public et nous espérons qu’ils s’adresseront aux personnes qui recherchent quelque chose qui ne soit pas créé par un comité. Nous n’avons peut-être pas le budget de certaines de ces applications, mais nous espérons que notre touche personnelle compensera. Beaucoup d’investisseurs que nous avons rencontrés pensaient que ce genre de choses ne prendrait jamais, et que personne n’aurait envie de simuler le passé. Nous n’étions pas d’accord, c’est exactement ce pour quoi la réalité virtuelle a été conçue.

Dans la première bande-annonce, un moment qui m’a vraiment marqué est celui où l’on voit le joueur choisir une cassette VHS d’Evil Dead et, quelques secondes plus tard, la regarder sur un écran géant dans un cinéma. Ce qui m’amène à poser la question suivante : comment le côté licences va-t-il fonctionner dans ce jeu?

L’idée est que vous pouvez utiliser un service de streaming existant ou un disque dur local. Nous pourrions inclure les couvertures, mais les films doivent être obtenus légalement par un autre service. Nous fournissons simplement une expérience visuelle.

Vous avez brièvement évoqué un mode « survie » pour votre expérience VR, dans lequel il serait question d’accomplir diverses tâches et/ou emplois dans la ville pour payer les factures tout en alimentant sa passion pour les films. Avez-vous secrètement l’intention de développer un autre Second Life? Blague à part, je suis curieux par rapport à la complexité du jeu final.

Nous travaillons à la création d’une version du jeu en mode solo, mais ce n’est pas notre objectif principal. Il s’agit plutôt d’un ajout amusant au concept.

J’ai vu quelqu’un mentionner que l’une de vos priorités est que The Last Video Store fonctionne sans la réalité virtuelle. Est-ce toujours le cas et quel est le raisonnement qui sous-tend cette décision?

La réalité virtuelle doit être facultative, c’est une chose à laquelle nous croyons vraiment. Vous devez pouvoir choisir comment vous engager dans le jeu, nous ne voulons pas imposer cela aux joueurs.

Avez-vous une idée de la date à laquelle nous pourrons louer des films comme dans le bon vieux temps?

La location peut dépendre du fait que nous nous connectons à un service comme VUDU, sinon vous pouvez vous connecter directement à un service comme Netflix, Hulu ou Amazon.

The Last Video Store Exclusive Interview

Can you please introduce yourself and tell us how you first got into the video game industry?

We are RareBird Games founded by Austin Stock and Darwin Minard. We originally started out in the film industry in Post Production for various companies. Now we are taking that experience and applying it to Unreal Engine, collaborating with all of the talent we’ve surrounded ourselves with over the years.

RareBird Games’ latest project is called The Last Video Store, a virtual reality (VR) experience where players can visit a video store and rent movies to later watch at home. Can you explain what we can expect in terms of features and gameplay? I heard we can knock throw kiosks around or even drive a car…

We hope to create a virtual hang out spot where players can not just watch movies, but discuss movies or even use this app just to socialize. Just like the real video store experience, we would find ourselves spending hours hanging out with our friends talking in the store about all kinds of things. We hope this can eventually expand into an entire town, and possibly more.

How does The Last Video Store compare to other similar experiences like Bigscreen on PC (Steam)?

A lot of those experiences lack a sense of humor, we hope we can bring features that other companies would be too afraid to include. Our games are not mainstream and will hopefully cater to people looking for something not created by a committee. We might not have the budget of some of those apps, but we hope our personal touch makes up for it. A lot of investors we met with thought this sort of thing would never catch on, and nobody would have any desire to simulate the past. We disagreed, this is exactly what Virtual Reality was made to do.

In the first trailer, one moment that really stuck with me is when we see the player choose an Evil Dead VHS tape and, seconds later, it’s being watched on a giant screen in a movie theater. Which brings me to ask, just how exactly licensing is going to work in this game?

The idea is that you can either use an existing streaming service or local hard drive. We might include boxart, but the actual movies must be legally obtained through another service. We are simply providing a frontend experience.

You briefly mentioned a Survival Mode for your VR experience, where one will need to complete various tasks and/or jobs in the city to pay bills while fueling his or her passion for movies. Are you secretly planning to develop another Second Life? Joke aside, I’m curious to know just how complex the full game is going to be.

We are working on making a version of the game that is singleplayer, but it’s not our main focus. That is more of a fun addition to the concept.

I’ve seen someone mention that one of your priorities is for The Last Video Store to work without VR. Is this still the case and what’s the rationale behind it?

VR must be optional, this is something that we truly believe in. You must be able to choose how to engage with the game, we don’t want to force it upon players.

Do you have an ETA on when we will be able to rent movies like in the good old days?

The renting might depend on whether we connect with a service like VUDU, otherwise you’d be able to just jump right in with something like Netflix, Hulu, or Amazon

Un texte de Michael Bertiaux de Jeux.ca

Articles similaires