Jeux vidéo
08:00 29 décembre 2020 | mise à jour le: 29 décembre 2020 à 13:46 Temps de lecture: 13 minutes

Les « jeux de l’année » 2020 de l’équipe de Jeux.ca!

Les « jeux de l’année » 2020 de l’équipe de Jeux.ca!

Ça y est, cette éprouvante année que fut 2020 tire à sa fin! Comme à tous les ans, vos différents feeds sont remplis de tops de fin d’année et c’est pourquoi on a décidé de faire quelque chose d’un peu différent, chez Jeux.ca.

En effet, nous avons demandé à nos collaborateurs quels sont les jeux qui les ont fait passer à travers de 2020, peu importe leur année de sortie. C’est notre façon à nous d’étendre la liste de recommandations à nos lecteurs et de donner un peu d’amour à des jeux dont on a peut-être moins entendu parler dans les derniers mois… En écrivant du même coup le seul top mentionnant à la fois Ghost of Tsushima et Table Top Simulator que vous risquez de lire dans votre vie!

Si vous ne voulez découvrir QUE les meilleurs jeux parus cette année, nous vous conseillons plutôt de vous diriger vers notre article de prédictions pour les Game Awards. Vous y trouverez la crème de la crème de 2020. Sans plus tarder, voici nos « jeux de l’année »!

Pier-Luc Gauthier (rédacteur, animateur, Équipe Twitch)

Final Fantasy XIV: Complete Edition

Final Fantasy XIV: Complete Edition

Si l’on compare Final Fantasy XIV au hockey, on peut assurément le qualifier de remontée spectaculaire. Sorti originalement en 2010 et détesté par les joueurs et joueuses, le MMORPG de Square Enix est, depuis sa renaissance en 2013, considéré comme le meilleur jeu de son genre. Depuis A Realm Reborn (2013), chaque expansion du jeu ajoute de nouveaux donjons, de nouvelles classes et de nouvelles quêtes à l’histoire peaufinée et profonde. Certains fans se permettent même de qualifier le jeu de « meilleure histoire de Final Fantasy à ce jour ».

Pourquoi je considère qu’il est l’un de mes jeux de l’année? C’est simple. Ça n’a jamais été aussi facile de s’initier à un MMORPG de la sorte. En ce sens, le jeu est complètement gratuit jusqu’au niveau 60 ce qui inclut le jeu de base et la première extension : Heavensward (2015)! De plus, les mécaniques de classes de “job” sont incroyablement accessibles pour des noobs de MMO. Pour changer de classe, rien de plus simple que de changer son arme principale! Cela fait en sorte que mon personnage peut faire évoluer plusieurs classes à la fois.

En temps de confinement, faire des donjons et des épreuves avec mes ami.e.s aura été la meilleure chose qui m’est arrivée. Si vous êtes fans de MMO, jetez-y un coup d’œil… Ça vaut la peine!

Sylvain A. Trottier (Le Ludologue)

Dominion.Games

Dominion.Games

Oui, c’est un vieux jeu (sorti en 2008), oui y’a des jeux plus récents, oui le deckbuilding est sûrement meilleur dans d’autres jeux, oui je le sais! Sauf que… de tous les jeux que j’ai joué cette année, c’est à Dominion que j’ai fait le plus de parties. 129 si je me fie à mon Scorepal (ça c’est un app gratuite qui comptabilise tous les jeux de société joués dans l’année en plus de sortir tout plein de statistiques intéressantes). 129 parties, ça représente 38 heures et 35 minutes sur ce jeu. Ok, c’est pas tant que ça : Terraforming Mars, avec ses 74 parties, dépasse le 89 heures de jeu.

Sauf que! Dominion, je le joue entièrement en ligne -même si j’ai la copie physique et plein d’extensions- et cette année, les jeux de société en ligne ont complètement explosé. Pour preuve, mon article sur les jeux de société en ligne est le 2e article le plus lu de tout le site web! Mais pourquoi Dominion et pas un autre jeu en ligne? Parce qu’avec ma copine on a été séparés par un océan pendant plusieurs mois (merci COVID) et Dominion a été le jeu de société auquel on pouvait jouer facilement : aucun téléchargement, jeu de base gratuit, calcul automatique des trucs procéduraux, extensions accessibles pour pas cher…

Il a aussi été le prétexte pour retrouver des amis autour d’une table de jeu virtuelle à défaut de pouvoir le faire en présentiel. Dominion a clairement été mon incontournable de 2020! (même si selon Scorepal, j’ai un taux de victoire d’environ 40% face à ma copine…)

Vincent Chevalier (Fondateur, Directeur Général)

Call of Duty: Warzone

Call of Duty: Warzone

Sans doute le jeu le moins joué par l’équipe, mais c’est de loin mon favori! À la base, je n’étais pas vraiment attiré par les Battle Royale, vu que la qualité était rarement au rendez-vous (il faut se le dire… PUBG, c’est terrible) ou l’univers était trop teinté à mon goût (Fornite et son thème enfantin, ou APEX et son thème futuriste). Warzone apporte un juste milieu. Call of Duty: Modern Warfare est d’une qualité incroyable et les développeurs ont su en faire un des gameplays les plus addictifs auxquels j’ai pu jouer dans les dernières années.

Un autre jeu qui m’a autant accroché était Rainbow Six Siege, mais le jeu vieillit et après avoir joué à Warzone, impossible de revenir en arrière. La communauté, bien que parfois toxique, est très animée et compétitive. Le jeu, bien que parfois plein de bugs, est constamment mis à jour. Bref, j’ai une relation d’amour-haine avec ce jeu, mais il sait occuper mes soirées en temps de pandémie et je ne m’en tanne pas. La seule raison qui me pousserait à quitter ce jeu, c’est s’ils continuent de nous « forcer » du contenu de Black Ops Cold War… qui n’est malheureusement pas du tout à la hauteur de que ce qu’Infinity Ward a pu faire avec Modern Warfare.

Antoine Vinette-Lambert (Rédacteur, IEUF un jeu vidéo)

Resident Evil 2 & 3 Remakes

Resident Evil 2 Remake

J’ai joué aux remakes de Resident Evil 2 et 3 au printemps dernier et j’ai été agréablement surpris de la qualité de ces deux titres. Je n’ai jamais eu la chance de jouer aux originaux étant donné qu’ils sont sortis lorsque j’étais jeune. L’ambiance est incroyable et je n’ai jamais été aussi nerveux que lors des séquences contre Mr. X qui nous traque dans la station de police. Dès que j’étais repéré, je déguerpissais comme un trouillard vers une safe room afin de m’y réfugier pendant quelques minutes… Même si Resident Evil 3 aurait mérité d’être plus long, j’ai aimé incarner Jill Valentine dans ses mésaventures à Raccoon City. Ces jeux m’ont réconcilié avec une franchise qui s’était égarée avec ses opus remplis d’action, mais peu d’horreur. Je dois maintenant prendre mon courage à deux mains et me décider à jouer à Resident Evil 7

Pier-Luc Ouellet (Rédacteur)

Hades

Hades

Permettez-moi de ne pas faire preuve d’originalité pour une seule miette et de nommer Hades comme jeu de l’année. 

Je dis constamment que je n’aime pas les roguelikes et roguelites, et pourtant, à chaque année un jeu de ce genre s’empare de moi et dévore chaque heure de mes nuits. Un jour, je devrai me rendre à l’évidence; j’aime les excellents roguelikes

Cette année, c’est Hades qui remporte la palme. Une écriture hors-pair (jumelée à une narration ingénieuse), un style visuel captivant, avec des dieux tous plus séduisants les uns que les autres. Mais par-dessus tout, un gameplay fin et brillant qui fait de chaque échec une récompense, si bien que réussite ou échec, chaque run est mémorable.

Il y a une raison pourquoi Hades est le premier jeu indépendant à être nommé dans la catégorie Jeu de l’année aux Game Awards; c’est un chef-d’oeuvre!

Antoine Bordeleau (Rédacteur, réalisateur)

Ghost of Tsushima

Ghost of Tsushima

J’ai vraiment tenté de mettre de l’avant un des jeux moins récents auxquels j’ai joué cette année comme Children of Morta, Enter the Gungeon, Undertale ou Nier: Automata. Toutefois, je n’ai pas le choix de me rendre à l’évidence : «Mon » jeu de 2020, c’est Ghost of Tsushima.

De la direction artistique à la musique en passant par l’histoire et le combat à l’épée, c’est un tour de force pour Sucker Punch que d’être arrivé à ce niveau de qualité avec la première itération d’une toute nouvelle propriété intellectuelle. Si le jeu peut parfois tomber dans les pièges communs aux open-world à la sauce Assassin’s Creed quand on essaie d’accomplir chacune des tâches offertes au joueur, il faut également admettre qu’il réussit à les réaliser de façon beaucoup plus sensible et artistiquement inspirante que les derniers opus de la série d’Ubisoft.

Basé vaguement sur de véritables événements, Ghost of Tsushima est une véritable leçon d’histoire pour les fanatiques du Japon féodal (et dieu sait que j’en suis un!). Si 2020 nous a empêché de voyager à notre gré, ça a été pour moi une véritable bénédiction de m’immerger sur l’île de Tsushima au 13e siècle, d’y rencontrer des personnages mémorables, d’y devenir une légende et d’obtenir finalement mon tout premier trophée Platine sur PS4! Avec l’addition gratuite d’un mode multijoueur robuste, c’est ce qu’on appelle un no-brainer. Sautez là-dessus!

Sébastien Savard (Rédacteur, Équipe Twitch)

Tabletop Simulator

Tabletop Simulator

Voilà plus de 3 ans que Tabletop Simulator était dans ma ludothèque, mais ce n’est que cette année que j’ai découvert son plein potentiel (pour des raisons évidentes). Je l’ai choisi comme solution pour y migrer le cours de création de jeux de société que je donne à l’automne.

Mes appréhensions se sont rapidement transformées en agréables surprises en voyant la qualité des prototypes que mes étudiant.es ont réalisés, et je ne savais pas à quel point c’était possible de trouver gratuitement à peu près tout pour qui sait chercher. J’ai exploré plein de projets Kickstarter presque impossibles à trouver autrement; ressources précieuses pour mes recherches.

Mais surtout, j’ai passé bon nombre de vendredis soir entre ami.e.s sur Discord, au point où j’en ai oublié que le jeu de table me manquait. Tabletop Simulator a sauvé mon année.

Antoine Clerc-Renaud (Rédacteur)

Yakuza 0

Yakuza 0

S’il y a un jeu qui m’a marqué en 2020, c’est bien Yakuza 0. D’un naturel très curieux, je connaissais bien entendu cette série mais pour des raisons de temps et d’envie je ne m’y étais pas frotté avant cette année. Et pourtant, je possédais le jeu original sur PS2 mais je ne l’avais jamais inséré dans ma console (une bonne chose maintenant que j’ai pu constater l’excellence du doublage japonais et l’horreur de l’anglais). Ce n’est qu’en 2020 donc que j’ai décidé de me lancer. Pourquoi? Ma réponse tient en trois mots: Xbox Game Pass. En effet, en début d’année, les joueurs ont eu la joie, et moi avec, de découvrir l’arrivée de Yakuza) dans le catalogue du service de Microsoft. Comme j’aime commencé mes séries par le début, je me suis dit que c’était le meilleur moment.

Tout ce que je connaissais de la série, mis à part son thème, c’était sa réputation: « Une suite spirituelle de Shenmue » pouvait-on lire et entendre un peu partout. J’aime Shenmue, surtout le premier, ça ne pouvait donc que me plaire. Je ne m’attendais pas à un jeu si long (dans le bon sens du terme), si riche mais surtout si touchant. J’étais complètement immergé dans l’histoire.

Si vous n’avez pas encore testé cette série, je ne peux que vous recommander de débuter par cet épisode qui pose les bases de tout ce qui suit. Si vous avez déjà joué à la série mais pas le 0, rendez-vous service et jouez-y. Vous allez comprendre certaines implications et tout vous apparaîtra bien plus limpide.

Michaël Bertiaux (Rédacteur)

Hades

Hades

Depuis plusieurs années, j’estime que les jeux indépendants (ou indies pour les intimes) rivalisent d’ingéniosité et de qualité. En 2020, c’est justement une production à plus petit déploiement qui a retenu mon attention. Hades de Supergiant Games offre un gameplay très abouti où la précision des mouvements est importante.

C’est un jeu doté d’une excellente rejouabilité et, ce qui m’a peut-être le plus surpris, d’une trame narrative étoffée. Zagreus est un protagoniste nuancé et charismatique, tout comme son père Hadès et toutes les autres divinités. Hades me rappelle un peu Children of Morta ou The Binding of Isaac avec ses donjons aléatoires, ses pouvoirs uniques, les variations de boss et tous les embranchements possibles.

C’est un jeu avec très peu de défauts et l’un des rares auquel j’ai attribué une note parfaite. Hades m’a accroché comme un jeu l’avait rarement fait par le passé et ce, même si j’ai adoré d’autres productions de plus grande envergure comme Ghost of Tsushima. Comme on dit : dans les petits pots, les meilleurs onguents!
_______________________________________

Et voilà! C’est sans grande surprise que le seul véritable « vainqueur » de ce top est Hades. Si on ne l’a mis que deux fois dans la liste, il n’en est pas moins que c’est une recommandation sur laquelle pratiquement tous nos collaborateurs peuvent s’entendre!

Pour terminer, un petit mot de la part de toute l’équipe de Jeux.ca : Vous avez été de plus en plus nombreux à nous suivre en 2020 et à embarquer dans nos nouvelles aventures, dont notre chaîne Twitch. Nous vous remercions du fond du coeur pour votre fidélité et votre enthousiasme pour notre plateforme. Rien de tout ça n’est possible sans vous! Nous vous souhaitons une fin d’année remarquable, mais surtout une 2021 éclatante qui arrivera à vous faire oublier 2020. Maintenant, allez jouer!

Un texte de Antoine Bordeleau de Jeux.ca

Articles similaires