Jeux vidéo
11:49 13 novembre 2020 | mise à jour le: 14 novembre 2020 à 01:46 temps de lecture: 12 minutes

Critique – Xbox Series X

Critique – Xbox Series X

Le moment que nous attendions depuis si longtemps est enfin arrivé: la nouvelle génération de console est maintenant disponible! (Et déjà en rupture de stock!) Ce sont des monstres de puissance comparables aux dernières cartes graphiques PC, qui nous promettent des années de jeux magnifiques et fluides. Nous avons eu le plaisir de tester la Xbox Series X et nous ne sommes pas déçus.

Est-ce un frigo? Est-ce un PC? Non! C’est la Series X!

Dire que la Series X s’est fait moquer d’elle pendant plus de 6 mois pour son look vertical et sa taille. Le consensus de «meme» était que la nouvelle Xbox était «grosse comme un frigo». Ça, c’était avant le dévoilement du look de la PS5, qui s’avère être 9 cm plus grands et 20 cm plus profonds. Microsoft s’est même amusée à ridiculiser cette critique en produisant eux-mêmes des frigos Xbox… Parce qu’au final, elle est exactement aussi large et profonde qu’une Gamecube. C’est une grosse console, mais pas aussi gigantesque qu’on aurait pu le croire.

Côté design, sa forme verticale lui permet d’être silencieuse. La chaleur monte automatiquement vers le haut, donc pas besoin de ventilateur gigantesque comme on a pu le voir dans le passé. Et puis, ça lui donne un style plutôt élégant. Une console de cette taille DOIT avoir un style minimaliste pour se fondre dans le décor de votre salon.

Un facteur «wow» diminué, mais pour une bonne raison

Quand on achète un nouveau jouet comme celui-ci, on aime être surpris par la nouveauté. Ce n’est pas du tout ce qui arrive la première fois que l’on démarre la Xbox Series X, puisque l’interface est exactement la même que celle de la dernière mise à jour de la Xbox One.

En fait, l’interface n’a jamais cessé d’évoluer depuis le tout début de la console. À l’ère de la Xbox 360, Microsoft ne pouvait s’empêcher de changer l’interface tous les ans, et ça allait dans tous les sens. Ce n’était pas toujours pratique ou logique. Sur Xbox One, les changements ont été beaucoup plus modestes visuellement, mais tout aussi constant. Le résultat, c’est qu’après 7 ans d’optimisation, ils sont arrivés à quelque chose de réellement bien, avec une tonne de raccourcis et petites fonctions qui nous facilitent la tâche.

C’est donc un peu normal que la Series X et S ne reparte pas de zéro, puisqu’au final, l’utilisation d’une console n’a pas vraiment changé lors des 7 dernières années. 

Quand je dis «optimisé», je ne rigole pas. Le but d’une interface est de nous aider à nous rendre à un endroit le plus rapidement possible. Lorsque vous démarrez la Xbox, vous n’avez qu’à appuyer sur «A» pour démarrer le jeu qui était en suspens. Sinon, il suffit d’appuyer sur «bas», puis «A» pour afficher votre librairie complète. Pour les jeux en «quick resume», on appuie sur le bouton Xbox, puis ils sont affichés dans la barre latérale. C’est beaucoup plus efficace que d’appuyer une dizaine de fois sur «droite» (Switch, PS4 et PS5).

Même lorsqu’on atteint la librairie, on nous donne beaucoup plus de choix que de simplement trier les jeux par ordre alphabétique ou de date d’utilisation. On peut utiliser des filtres par fonction (jeux multijoueurs, optimisé Series X) ou par genre (jeu de tir, d’action, de course, etc.).

On peut aussi créer des groupes, pour des catégories plus personnalisées. Par exemple, je me suis fait un «rogue-lite ou jeu à courtes parties» et un «jeu à terminer», que j’ai ensuite épinglé sur l’écran d’accueil, pour un accès plus rapide.

L’interface demandera un minuscule temps d’apprentissage pour les nouveaux venus (ceux qui n’ont pas suivi son évolution), mais une fois maîtrisé, vous la trouverez assurément rapide et efficace.

Une manette classique

Découvrir la nouvelle manette pour une nouvelle console fait aussi habituellement partie des rituels. Encore une fois, le facteur «wow» ne sera pas au rendez-vous puisque les changements sont mineurs, soit l’ajout d’un bouton «partager» pour envoyer ses captures sur le web, un nouveau d-pad, et une texture sur les gâchettes.

Le d-pad a été repensé, revenant à une forme hybride comme celui de la Xbox 360, mais en étant beaucoup plus précis. Par contre, un son de «clique» est vraiment plus bruyant que les anciennes manettes. C’est l’inverse pour les boutons LB et RB, qui était bruyant et «cheap» sur Xbox One, qui sont réellement améliorés sur le nouveau modèle.

Comme toujours les manettes d’Xbox vous laissent le choix entre utiliser des piles AA, un câble USB, ou le kit de chargement vendu séparément. C’est tout de même regrettable qu’aucun câble USB-C ne soit inclus dans la boîte.

Bien sûr, le feedback haptique sur la DualSense pour PS5 est un réel avantage pour la console de Sony cette génération. On peut imaginer que cette fonction se fera ressentir sur la durée de la pile, à voir. Reste à souhaiter que cette fonction soit prise en charge sur la plupart des jeux.

Un SSD rapide comme l’éclair

Tout sera plus beau et plus fluide sur Series X, mais la véritable évolution provient de son disque dur SSD NVMe. Les temps de chargements sont RIDICULEMENT plus courts. Plusieurs jeux n’ont même pas le temps d’afficher l’écran de chargement. Les «fast travel» sont instantanés dans Valhalla et Forza Horizon (et probablement beaucoup d’autres jeux à tester).

Si le chargement initial d’un jeu était long (plus de 1 à 2 minutes sur certains jeux Xbox One), il sera bien souvent inférieur à 20 secondes sur Series X. Ça devient assez court pour ne pas avoir le réflexe de prendre son téléphone et tomber dans la lune. On reste dans l’action.

Autant que le SSD soit une addition merveilleuse à la nouvelle génération de console, c’est aussi son talon d’Achille. Le prix de ces disques durs quasi magique est encore élevé, on se retrouve donc avec un espace disque moins vaste qu’on aurait pu espérer. Sur la Series X, l’espace utilisable est 802 Gb (364 sur la Series S et 667 sur la PS5), ce qui n’est pas énorme vu la taille imposante de certains jeux. 

Certains titres comme Call of Duty sont célèbres pour bouffer l’espace disque de manière absurde (Cold War a une taille initiale de 136 GB, mais avec l’ajout de textures haute définition et de 10 GB pour le ray tracing, on arrive à un total de 188 GB!). C’est une exception, puisque même des open world comme Assassin’s Creed Valhalla et Watch Dogs Légion mesurent respectivement 47 Gb et 40 Gb.

Quelques solutions pour le petit disque dur

Pour pallier ce problème, Microsoft s’est associée à Seagate pour produire de toutes petites cartouches d’extension d’espace. Elles sont de la taille d’une carte mémoire de PS1 et se branchent à l’arrière de la machine. 300$ pour 1 To supplémentaire, ce n’est pas donné, mais au moins, c’est facultatif. Cette carte possède la même vitesse que le SSD interne, donc aucune perte de performance. 

Fait intéressant, si vous possédez plusieurs de ces cartes, vous pourrez les remplacer sans avoir à redémarrer le système: les jeux installés sur la carte apparaissent instantanément dans la librairie et sont jouables sur-le-champ.Dans un futur pas si lointain où le prix des SSD sera plus abordable, ces cartes pourraient non seulement baisser de prix, mais aussi posséder une plus grande capacité.

Sachez qu’il est tout à fait possible de jouer à ses jeux Xbox Originale, Xbox 360 et Xbox One à partir d’un disque dur externe branché en USB 3. Vous ne bénéficierez pas de la rapidité du SSD, bien sûr, mais pour certains jeux, ce n’est pas dramatique (les bons vieux rogue-lite en 2D comme Dead Cells!)

Les téléchargements sont aussi plus rapides, mais c’est probablement dû à une mise à niveau des serveurs de Microsoft. Sur mon internet Vidéotron 400 Mbit, j’ai pu atteindre des vitesses frôlant le 300, stable à 250 Mbit. C’est donc maintenant beaucoup moins pénible de télécharger un jeu à nouveau s’il avait été supprimé pour faire de l’espace.

Si votre vitesse internet n’est pas assez grande pour vous permettre ceci, vous pouvez aussi stocker vos jeux Xbox Series sur votre disque dur externe USB, mais vous ne pourrez pas y jouer à partir de ce support. Par contre, le transfert d’un jeu sur SSD vers un disque dur externe ne prend que quelques minutes.

Quick resume va changer vos habitudes de jeux

Mais le SSD à plus d’un tour dans son sac. Il a donné naissance à fonction Quick Resume. Depuis la génération passée, on peut mettre nos consoles en veille et reprendre un jeu là où on l’avait laissé. Sur Series X et S, on peut le faire pour 5 jeux à la fois et passer de l’un à l’autre sans perdre sa progression. En fait, la Quick Resume prend tout le contenu qui était sur la RAM et le transfert instantanément sur le SSD. Donc même si vous manquez de courant, votre progrès ne sera pas perdu. 

Si vous avez besoin d’une pause de votre open world, vous pouvez enfin lancer un autre petit jeu sans être obligé d’endurer un 3 à 4 minutes de chargement quand vous voudrez y revenir. Vous reprenez exactement où vous étiez, pas sans aucun chargement. C’est génial.

La console supporte jusqu’à 5 jeux en «quick resume» (puisque n’oublions pas que ça nécessite un 16GB chaque fois). Le défaut pour l’instant, c’est qu’il n’y a pas de liste claire des jeux qui ont sauvegardé un quick resume, même si les trois derniers l’auront fait 100% garanti. J’aurais aimé pouvoir supprimer le quick resume de jeux dont je sais que je jouerais plus pour un bout, laissant de la place à un autre. Mais bon, tout ceci sera probablement ajusté dans une prochaine mise à jour.

4K à 60fps, le nouveau standard

Comme je l’indiquais dans cet article, l’atteinte du fameux 60 image par seconde était un objectif la génération passée, mais il était rarement atteint, faute de puissance. C’est maintenant possible, même en 4K. Nos jeux sont alors plus fluides et plus détaillés que jamais. Ça fait toute la différence dans un jeu comme Assassin’s Creed Valhalla, qui roulait entre 720 et 900p, à 30 fps sur Xbox One S. Maintenant que les téléviseurs sont abordables, tout le monde finira par en avoir une au cours des 7 années à venir.

Pas besoin d’exclusifs quand on a Gamepass et la rétrocompatibilité

Sujet controversé: les jeux. C’est complètement absurde de juger une console selon sa librairie de lancement. Les jeux viendront, c’est inévitable. Imaginez si les gens avaient dit, au lancement de la PS4, que la console était nulle, parce qu’on peut seulement jouer à Knack pour le moment!

Le fait de pouvoir transporter sa librairie Xbox One et une grande partie de celle de Xbox 360 en bénéficiant d’amélioration technique sur Series X, ce sera assez pour vous occuper pleinement entre deux nouvelles sorties.

Sinon, il y a bien sûr la librairie toujours grandissante de Gamepass, maintenant à environ 350 jeux. La plupart sont des titres Xbox One incluant tous les exclusives Microsoft de la génération passée, et de gros incontournables comme The Witcher 3, Doom Eternal, Destiny 2, Dishonored, et beaucoup, beaucoup plus.

Personnellement, j’ai un faible pour les indies qui sortent dès le jour un sur Gamepass. Étant un grand amateur de jeu indépendant, le service au prix de 13$ est moins dispendieux que d’acheter une seule de ces nouveautés.

L’ajout de la librairie de EA au Gamepass Ultimate cette semaine est un gigantesque avantage. On y trouve des jeux aussi récents que Star Wars Jedi Fallen Order, Anthem, tous les Battlefield, les Mass Effects, les Dragon Age, les Need for Speed, les Star Wars Battlefront, les jeux de sports de 19 et avant, et plus. 90 jeux en tout.

Jusqu’à maintenant, la Series X n’a pas de jeux exclusifs à proprement parler, mais ça viendra. Plusieurs de ses titres au lancement ne sont pas disponibles sur PS5 (Yakuza Like a Dragon, The Falconeer). À l’inverse, beaucoup d’exclusifs sur PS5 ne sont que des exclusivités temporaires et seront aussi sur Xbox plus tard. 

La liste d’exclusifs à venir est toutefois impressionnante, sachant que chacun de ces jeux sera inclus dans l’abonnement Gamepass:

  • Halo Infinite
  • Fable
  • State of Decay 3
  • Forza Motorsport
  • Everwild
  • Avowed
  • As Dusk Falls
  • S.T.A.L.K.E.R. 2
  • Tetris Effect: Connected
  • The Gunk
  • The Medium
  • Warhammer 40,000: Darktide
  • CrossfireX
  • Senua’s Saga: Hellblade II
  • Scorn

En plus de quelques indies qui sortiront d’abord sur Xbox et inclus dans Gamepass:

  • 12 Minutes
  • Dead Static Drive
  • Exo One
  • Lake
  • Last Stop
  • Mad Streets
  • Sable
  • Shredders
  • Song of Iron
  • The Artful Escape
  • The Ascent
  • The Big Con
  • Tunic
  • Unexplored 2: The Wayfarer’s Legacy

Un texte de Martin Brisebois de Jeux.ca

Articles similaires