Jeux vidéo
18:28 21 octobre 2020 | mise à jour le: 3 novembre 2020 à 20:50 temps de lecture: 9 minutes

Opinion – La PS5 et Xbox Series, sans le cynisme

Opinion – La PS5 et Xbox Series, sans le cynisme

Être joueur aujourd’hui, c’est un immense privilège. Nous avons vécu des avancées technologiques renversantes, et ce, de manière constante depuis les années 70. Nous avons tellement été gâtés, que la sortie de nouvelles consoles est pour nous synonyme de « révolution ». Des 8-bit aux 16-bit, pour ensuite passer à la 3D, au 16:9, puis à la HD.

J’ai entendu (beaucoup) de sceptiques de la next-gen me dire : « On ne voit pas la différence entre les graphismes de PS4 et de PS5. Moi je veux revivre un émerveillement comme quand j’ai joué à Super Mario 64 pour la première fois. »

Je ne veux pas péter votre bulle, mais cette époque-là est terminée.

Les bonds ne seront plus jamais aussi grands qu’autrefois. Nous avons atteint le photoréalisme, ou du moins, ce qui s’en approche assez pour considérer que nous sommes rendus à la fin du parcours.

Même chose pour le cinéma, qui a grandement ralenti ses progrès depuis les années 2000. Les effets spéciaux sont maintenant impossibles à distinguer de la réalité (ou du moins, ceux qui le font bien). On est loin de, disons, LE PASSAGE À LA COULEUR.

La révolution qui nous attend au coin, c’est peut-être le cinéma 360 en 3D, mais même la réalité virtuelle a du mal à se faire accepter par le public. Les gens veulent être encore plus époustouflés. Il faut se rendre à l’évidence : nous avons atteint un plateau. La différence est pourtant visible lorsque l’on compare, mais ça ne semble pas assez pour les joueurs cyniques d’aujourd’hui…

C’est peut-être pourquoi Sony et Microsoft tardent à nous présenter des images de jeux de la prochaine génération, puisque le public ne pourra pas être conquis à la vue d’une simple bande-annonce (surtout lorsqu’elle est présentée en streaming à 30 fps, compressée, et sur votre écran 1080p).

Est-ce que cette nouvelle technologie changera le gameplay? Encore une mauvaise nouvelle pour vous : autrefois, c’était les contraintes techniques qui forçaient les développeurs à user d’originalité pour arriver à créer de nouveaux genres. Maintenant, tout est possible. La musique n’a pas besoin d’être du chiptune et les visuels n’ont pas besoin d’être pixelisés : on peut créer n’importe quel style visuel et sonore, tel qu’imaginé par l’artiste.

En termes de genre, là aussi, nous avons atteint un plateau. Les styles évoluent année après année, fusionnent ou empruntent à un autre genre, mais c’est plutôt rare qu’un développeur nous offre quelque chose de 100 % nouveau. L’exemple du cinéma tient toujours. Drame, comédie, action, sci-fi, horreur: le cinéma n’est pas obligé de se classer dans l’une de ces catégories, et pourtant…

Les jeux évoluent, tranquillement, mais sûrement. Votre révolution à la Super Mario 64 ne viendra pas d’un coup, mais plus sous une forme évolutive, à coup de petites innovations contagieuses qui finissent par créer quelque chose de grand. Il reste qu’en chemin, on croise des bijoux qui marqueront leur temps et leurs joueurs.

La génération la plus excitante depuis la PS3/Xbox 360

Est-ce que ça veut dire que les prochaines consoles n’en valent pas la peine? Au contraire. Si vous êtes un joueur sérieux et êtes renseigné sur ce qui s’en vient, c’est peut-être la génération la plus excitante depuis la PS3 / Xbox 360.

Puisque justement, le fait d’avoir atteint un plateau nous permet de perfectionner ce que les consoles des deux générations passées ont tenté de faire : des jeux en HD fluides, sans temps de chargement. Pensez-y :

  • La génération PS3 / 360 n’arrivait pas toujours à atteindre le 1080p. C’était la plupart du temps du 720p, parfois moins
  • La génération PS4 / One n’était pas toujours capable de garder un 60 FPS constant

Le saviez-vous? GTA IV sur PS3 tourne à 30 fps, parfois 20, en 640p. C’est important de se rappeler que l’objectif n’était pas toujours atteint, et qu’on voyait, même en jouant, que ça pouvait être mieux.

On voit déjà des gens se plaindre que certains jeux next-gen ne seront pas en 4K / 60 fps, par exemple Watch Dogs Legion, alors que la 4K vient tout juste d’arriver sur consoles. En vérité, ce dernier supportera le ray tracing, l’équipe a donc choisi la beauté avant la fluidité, un bon choix pour un jeu moins rapide comme Watch Dogs.

J’irais même jusqu’à dire que du 30 fps a toujours été acceptable pour la plupart des jeux. God of War, Spider-Man et The Last of Us Part II sur PS4 fonctionnaient tous à 30 fps et peu de gens s’en sont plaint. C’est lorsque le frame rate n’est pas constant que ça agace. Si un jeu de la prochaine génération choisit de faire du 30 constant plutôt qu’un 60 instable, c’est pour le mieux.

Il y en a même qui croient que le 120 fps leur ait dû, alors que la majorité des téléviseurs 4K sur le marché ne le supporte pas encore. Revenez sur terre, s’il vous plaît!

Des souvenirs PC-ifiées

Parce que c’est facile pour les joueurs PC de dire qu’ils ne voient pas la différence avec l’ancienne et la nouvelle génération quand n’importe quel jeu, aussi vieux soit-il, tournera parfaitement sur votre PC tout neuf, en haute résolution et d’une fluidité à en faire rougir l’eau elle-même.

La PS3 fête son 14e anniversaire, alors que la carte graphique de votre PC a probablement été changée 2 ou même 3 fois dans le même laps de temps.

C’est facile d’oublier le chemin que nous avons parcouru depuis. Peut-être que lorsque vous avez vu la bande-annonce de Demon’s Souls sur PS5, c’était exactement comme dans vos souvenirs lorsque vous y avez joué fin 2009. C’est le danger de la nostalgie. La véritable comparaison est plutôt choquante.

Voici ce que la prochaine génération apporte :

4K : une résolution de 3840×2160, soit l’équivalent de 2 écrans 1080p de haut et deux de larges. Même si on entend parler du 8K, 4K est assez net pour être un standard définitif. On ne voit plus du tout les pixels même en étant proche de l’écran.

60 fps : enfin, les jeux seront fluides. On nous a déjà prouvé que 4K à 60 fps est possible avec Dirt 5 et Assassin’s Creed Valhalla, tout est une question d’optimisation. Si les jeux deviennent plus demandants, l’option de réduire la résolution à 1440p (ou même 1080p) pourrait être possible pour les genres qui demandent une grande précision (jeux de combat, FPS compétitifs).

SSD : les temps de chargement seront enfin écourtés (parfois éliminés) grâce au SSD. Certains temps de chargement étaient absolument ridicules sur la dernière génération au point où c’en était devenu un problème. Red Dead Redemption 2, Doom, GTA V, The Witcher 3, bref, on pouvait pratiquement apprendre par cœur les conseils qui défilaient pendant les longues minutes à attendre devant l’écran de chargement. Le SSD aidera à nous garder dans l’action, mais pourra aussi changer la façon dont les jeux sont bâtis.

Quick Resume : une fonction importante à ne pas négliger! Si vous êtes comme moi et que votre durée d’attention n’est pas énorme, Quick Resume changera votre vie. On nous dit que sur Xbox, au moins 5 jeux sauvegarderont leur état (en transférant la RAM sur le SSD), et on pourra passer d’un jeu à l’autre sans temps de chargement. Je sais pertinemment que je vais retourner dans Forza entre deux sessions de jeux AAA, alors qu’avant, il fallait attendre 5 minutes entre le moment où j’appuie sur l’icône du jeu et le début d’une course. C’était assez pour me décourager, ou m’obliger à passer ma soirée sur Forza, « tant qu’à être là ». Même chose pour les rogue-lite ou plus petits jeux qui se jouent bien en petites sessions.

Ray tracing : difficile à vendre, le ray tracing. Pourtant, il jouera un rôle massif dans le réalisme et l’immersion des jeux qui le supporteront. Pour résumer d’une manière grossière, la lumière et les ombres ne seront plus statiques et programmées, mais plutôt calculées en temps réel selon les éléments alentours. Chaque objet affecte cette lumière, la reflète, change sa couleur. Même chose pour les réflexions, qui ne seront plus une simple texture, mais bel et bien ce qui entoure l’objet réellement. C’est un grand pas vers le photoréalisme.

Voyez le dynamisme des éclairages et de la réflexion dans le vidéo ci-dessous. À couper le souffle (quand on sait quoi regarder).

N’oubliez pas : nous avons vu très peu de jeu développés pour la prochaine génération. La plupart des jeux en démonstrations étaient des jeux multiplateformes qui sont en développement depuis de nombreuses années (Avengers, Cyberpunk, Watch Dogs, Assassin’s Creed). Les plus beaux jeux sont encore venir.

Si vous êtes encore sceptique après tout ceci et que vous doutiez de la raison d’être des prochaines consoles, c’est que vous êtes de mauvaise foi (ou que les jeux vidéo ne vous intéressent plus)! Avec la rapidité, la fluidité, la beauté, et la précision des graphismes sur PS5 et Xbox Series, il y a de quoi rêver. Plus que quelques jours d’attente!

Un texte de Martin Brisebois de Jeux.ca

Articles similaires