Jeux vidéo
15:35 29 juillet 2020 | mise à jour le: 29 juillet 2020 à 15:44 temps de lecture: 4 minutes

Critique – We Should Talk

Critique – We Should Talk

Les jeux indépendants revêtent une importance toute particulière de par leur facilité à aborder des sujets que les grandes productions écartent d’emblée. We Should Talk est une expérience unique et éphémère pour Switch. Voici mon verdict.

Je n’avais jamais entendu parler du jeu We Should Talk avant que le studio Insatiable Cycle ne m’approche pour le tester. D’emblée c’était pour moi un signe préoccupant et je me doutais que j’aurais affaire à une production un peu plus expérimentale. C’est l’esprit ouvert que j’ai téléchargé la version Switch du jeu, curieux de découvrir un jeu inhabituel.

La prémisse de We Should Talk est simple : vous êtes une jeune adulte qui passe sa soirée dans un bar. D’abord, vous interagissez avec la barmaid puis votre petite amie Sam par le biais de textos. En gros, We Should Talk est un jeu de discussions avec plusieurs embranchements. L’idée est de composer des réponses variées et, au bout du compte, gérer sa relation intime à distance.

Le thème est on ne peut plus approprié avec notre époque. Mais ce que j’ai apprécié par-dessus tout, c’est l’audace des développeurs d’aborder de front un sujet aussi pointu et sensible. Au cours de ma première partie, j’ai tout fait en mon pouvoir pour adopter une attitude reposée, diplomate, rassurante. J’ai été « récompensé » par une conclusion heureuse.

Immédiatement après, j’ai fait l’inverse en optant pour les réponses les plus froides et cinglantes pour ne pas dire blessantes. Sans surprise, le dénouement était moins rigolo avec une rupture. We Should Talk est un jeu de choix de réponses. Un texte interactif avec un minimum de visuel : votre téléphone, quelques personnages et un seul environnement (le bar).

C’est donc dire que le gameplay à proprement dit est quasi inexistant. Si j’avais à le classifier, je dirais que le jeu tombe dans la catégorie nichée des visual novels. Par contre, sa durée excessivement courte vient un peu l’entacher. Je n’exagère pas : ma première partie m’a demandé environ 30 minutes pour arriver à la conclusion!

Oui, le jeu se vend moins de 10 $ sur eShop et Steam. Cependant, j’ai du mal à le recommander à des fins ludiques. J’aime l’idée derrière We Should Talk, mais je suis avant tout un fan de gameplay. Je crois que le jeu a du mérite. Le choix des dialogues est bien présenté avec la possibilité de former ses propres phrases : début, milieu et fin avec options différentes pour chaque segment. Je verrais bien un tel système implanté dans un jeu à plus grand déploiement.

Dans sa forme actuelle, We Should Talk est non seulement trop court, il n’est pas assez développé. Bien que de découvrir les différentes conclusions selon vos choix de réponses est intéressant, l’intérêt demeure limité. Après deux parties, j’en avais ma dose.

Verdict

Les plus

  • Thématique osée et d’actualité
  • Ambiance intimiste et agréable

Les moins

  • Extrêmement court
  • Très peu interactif
  • Dispendieux pour un jeu expérimental

Note finale

5 / 10

Un texte de Michael Bertiaux de Jeux.ca

Articles similaires