Jeux vidéo
12:43 8 juin 2020 | mise à jour le: 10 juillet 2020 à 11:53 temps de lecture: 4 minutes

Critique – Xenoblade Chronicles Definitive Edition

Critique – Xenoblade Chronicles Definitive Edition

Xenoblade Chronicles Definitive Edition est le RPG que la Nintendo Switch attendait en 2020

Critique réalisée via un code généreusement fourni par Nintendo of Canada

Voilà près de 10 ans que l’original avait fait ses premiers pas sur une Nintendo Wii alors en perte de vitesse. Le succès est immédiat. En 2011, un an après la sortie japonaise, le voilà qui sort… en Europe en sautant la case Amérique du Nord! Nintendo of America n’a jamais dévoilé les raisons qui ont poussé à cette absence mais on peut se douter que moins d’un an avant la sortie de la Wii U, ils ne voyaient pas trop l’intérêt. Quoi qu’il en soit, les fans ne l’ont pas entendu de cette oreille et ont mis sur pied Operation Rainfall pour pousser le constructeur à sortir Xenoblade Chronicles mais aussi The Last Story et Pandora’s Tower, deux autres JRPG qui n’avaient pas vu le jour en Amérique du Nord. Leur campagne portera ses fruits puisque le 6 avril 2012 soit 6 mois avant la sortie de la Wii U, Xenoblade Chronicles sort aux États-Unis et au Canada. Le succès est à nouveau au rendez-vous. Une nouvelle série est née.

Pour nous rappeler à nos beaux souvenirs Nintendo et Monolith ont décidé de nous offrir un retour au source avec ce Xenoblade Chronicles Definitive Edition. On retrouve donc Shulk et ses amis en quête de vengeance contre les Mechons. Mais évidemment le scénario nous en apprendra bien plus sur les deux camps ainsi que les relations entre les différents personnages. Mais qu’apporte ce remaster de manière concrète?

Des ajouts de taille pour un remaster d’exception

Les développeurs ont clairement revu leur copie alors même que le jeu d’origine était déjà très réussi. On note par exemple la présence d’un mode Casual. Les combats étant assez difficiles, il peut nous arriver de mourir. Xenoblade Chronicles Definitive Edition fait partie de ces jeux où lorsque le héros meurt, c’est terminé. Si cela arrive trop souvent cette nouvelle mouture propose de passer en mode casual, un mode dans lequel les combats sont plus faciles mais c’est tout rien d’autre ne change.

On trouve aussi un mode Expert. En fait, derrière ce nom se cache une possibilité de contrôler le passage de niveau. Grosso modo, on va cumuler les points d’expérience acquis durant les batailles et les distribuer comme bon nous semble lorsqu’on souhaite le faire. Un peu à la manière d’un Final Fantasy XV dans lequel il faut se reposer pour engranger tous les points d’expérience acquis auparavant. C’est une excellente idée pour ceux qui aiment le challenge.

N’oublions pas non plus LA grosse surprise de cette Definitive Edition, l’épilogue qui fait le lien entre ce volet et sa suite. Une belle occasion de continuer l’aventure pendant quelques dizaines d’heures de plus. Côté contenu c’est massif.

Au delà de ça, le jeu reste le même que l’original. En plus beau mais avec les mêmes animations un peu vieillottes. Face à des mastodontes comme The Last of Us Part II ou Final Fantasy VII Remake pour rester dans le même ton, ça fait un peu tâche. Mais le jeu en vaut la chandelle surtout si vous êtes prêt à faire les 9000 quêtes annexes!

Verdict

Les plus

  • Le système de combat toujours aussi pertinent
  • Le mode Casual
  • Le mode Expert
  • Le scénario toujours aussi prenant
  • L’épiloge

Les moins

  • Des animations un peu datées

Note finale

8 / 10

Un texte de Antoine Clerc-Renaud

Articles similaires