Jeux de société
16:59 24 février 2020 | mise à jour le: 10 juillet 2020 à 12:15 temps de lecture: 4 minutes

Jeu du Lundi : Spaceteam

Jeu du Lundi : Spaceteam

C’est lundi et, on le sait tous, le lundi personne n’a envie de travailler. On recherche le moindre prétexte pour procrastiner. C’est donc avec grand plaisir que je vous annonce vouloir vous aider dans votre quête de tout-faire-sauf-du-travail. Tous les lundis, je vous donne le droit de décrocher quelques minutes en vous présentant un jeu de société. Qu’il soit récent ou sorti il y a 50 ans, le jeu sera tout le temps un coup de cœur personnel.

Je suis toujours très excité à l’idée d’essayer un jeu hybride, c’est-à-dire un jeu se trouvant au croisement des supports ludiques. J’avais déjà traité le sujet avec ma chronique sur Keep Talking and Nobody Explodes. Cette semaine, on retourne à la frontière entre jeux de société et jeux vidéo avec Spaceteam.

Et donc, qu’est-ce que c’est que ce jeu?

Pour jouer à Spaceteam, il faut des amis dans les mêmes pièces que soit et un téléphone ou une tablette pour chacun. Et une connexion wifi!

L’objectif est simple : éviter que leur vaisseau spatial explose. En effet, les joueurs sont des pilotes qui doivent travailler ensemble en se communiquant des ordres dans un charabia pseudo-scientifique.

À chaque manche, les joueurs ont, sur leur écran, un petit tableau de contrôle sur lequel se trouvent toutes sortent de boutons : interrupteur, molettes, gradateurs et autres. Autour de ceux-ci se trouvent des termes complètement farfelus : gyro-valve, fibro-alarme, bio-frigo, …

Au-dessus de ces boutons des ordres apparaissent comme « Mettre le cyclo-penduleur à 3 », « Éliminer les cryodormeurs » ou « Nettoyer les toilettes ». Cependant, ces ordres correspondent à des boutons sur les écrans d’autres joueurs. Et comme le temps est limité, il faut crier ces ordres dans l’espoir qu’un autre joueur réagisse rapidement!

Si les joueurs réussissent à se communiquer rapidement, ils passent à un niveau supérieur où le droit à l’erreur sera beaucoup moindre et le temps encore plus limité.

Pour compliquer le tout, certains niveaux auront des symboles à la place de mots, tandis que d’autres verront des morceaux du tableau de bord recouvert de glue verte qu’il faut essayer avec le doigt. Il faudrait même éviter des comètes ou éviter des trous en renversant tous sont téléphones ou en le secouant frénétiquement!

Le jeu est gratuit, mais il est possible, pour environ 7$, d’acheter la version complète qui ajoute des éléments esthétiques. Aussi, le jeu est proposé en deux variantes pour apprendre l’anglais et le français (le développeur étant montréalais, on comprend pourquoi!).

Et pour ceux qui ont envie d’une expérience différente, il existe une version en jeu de cartes (que je n’ai eu le plaisir d’essayer). Mais pour donner une idée de la popularité, la version carton a été lancée en sociofinancement et a récolté $181,600 sur un objectif de $7,500.

Spaceteam – 2-8 joueurs – 15 min. – 12+

À essayer si :

  • Vous aimez les jeux de communication en temps réel.
  • Vous aimez les défis, car le jeu devient rapidement difficile.
  • Vous êtes curieux d’essayer un jeu hybride exploitant les capacité d’un support mobile (comme renverser son écran ou essuyer de la glu).

À éviter si :

  • Vous détestez les jeux stressants et bruyants.
  • Vous n’avez pas tous des téléphones/tablettes du même type (j’ai souvent eu des pépins à faire jouer des Android avec des iPhone).
  • Vous êtes juste deux joueurs parce que la dynamique est moins là.

Un texte de Sylvain A. « Ludologue » Trottier

Articles similaires