Habitation et immobilier
10:42 10 janvier 2022 | mise à jour le: 10 janvier 2022 à 15:44 Temps de lecture: 3 minutes

Le marché immobilier termine l’année sur un repli à Québec

Le marché immobilier termine l’année sur un repli à Québec
Photo: Tableau gracieuseté - APCIQ

STATISTIQUES. Tel qu’anticipé, le manque d’inventaire de propriétés résidentielles existantes occasionne une baisse de 4% des transactions en 2021 à Québec. Une réalité que les analystes avaient vue venir depuis la flambée record du marché immobilier en début de pandémie en 2020.

Ce resserrement est causé par la conjugaison de deux phénomènes, soit l’attrait pour les accédants de profiter de conditions avantageuses de financement alors que les retraités sont plus enclins à rester en sécurité dans leur propriété. Il en résulte une pénurie de maisons mises en vente pendant que la demande explose. Si bien que plusieurs acquéreurs revoient leur projet et se tournent vers d’autres types d’habitation.

«L’engouement renouvelé pour la copropriété se fait sentir en cette fin d’année 2021. À peine plus de quatre mois sont désormais nécessaires pour écouler l’inventaire total disponible à la revente. Il s’agit d’un avantage important pour les vendeurs qui n’avait pas été observé depuis 2003 à cette période de l’année», constate Charles Brant, directeur du service de l’analyse du marché à l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

Il ressort des plus récentes données du marché immobilier résidentiel de la région de Québec que les acheteurs se ruent sur ce type de propriété encore relativement abordable à Québec. Ces derniers profitent ainsi des taux hypothécaires encore très avantageux malgré la surchauffe qui préoccupe les institutions financières.

Faits saillants de décembre

  • Au cumul de l’année 2021, les reventes ont connu un repli relatif de 4% à Québec avec 10 197 transactions. Il s’agit de la deuxième année la plus active enregistrée par le système Centris des courtiers immobiliers après l’année exceptionnelle de 2020 à ce chapitre.
  • En décembre, le repli a été de 17% par rapport à l’année dernière à la même période, soit 736 reventes. En comparaison, le mois de décembre 2020 avait enregistré un record historique avec 885 reventes.
  • Tous les secteurs de la région de Québec continuent d’enregistrer de bons niveaux de transactions, notamment la Rive-Sud avec un recul de seulement 4%, suivie de la Périphérie Nord (-5%). L’agglomération de Québec enregistre quant à elle le repli le plus significatif avec une baisse de 21% des reventes.
  • La catégorie des copropriétés bénéficie d’un engouement avec un recul limité à 7% des reventes comparées à décembre 2020. Les reventes d’unifamiliales, limitées par un faible niveau d’inventaire disponible sur le marché, ont observé une baisse de 20%. Ce sont les reventes de petits immeubles à revenus qui ont connu le plus fort repli (-25%).
  • Les inscriptions en vigueur enregistrent une baisse importante pour un 21e mois consécutif pour l’unifamiliale (-36%) et les copropriétés (-45%). La baisse est de 7% pour les petits immeubles à revenus.
  • Avec des conditions de marché largement à la faveur des vendeurs, les prix continuent d’augmenter de façon soutenue, bien que les plex connaissent un léger repli de 4% (350 000 $). La copropriété enregistre un bond de l’ordre de 18% par rapport à l’année dernière alors que le prix de l’unifamiliale continue d’afficher une hausse constante de l’ordre de 13%. Les prix médians atteignent ainsi de nouveaux records pour ces deux catégories, soit: 318 875$ pour l’unifamiliale et 225 000$ pour la copropriété.
Tableau gracieuseté – APCIQ

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.