Inspiration
08:14 17 juin 2022 | mise à jour le: 17 juin 2022 à 09:13 Temps de lecture: 2 minutes

Prévisions révisées à la baisse pour la revente résidentielle

Prévisions révisées à la baisse pour la revente résidentielle
Photo: Métro Média - ArchivesLe marché immobilier canadien devrait se calmer en 2022, après avoir établi un record de transactions en 2021.

STATISTIQUES. Comme les taux d’intérêt augmentent et que les taux hypothécaires se situent au-delà des révisions à la hausse prévues par la Banque du Canada, les reventes résidentielles ont déjà ralenti de façon marquée au cours des derniers mois. La hausse des prix s’est également freinée, observe l’Association canadienne de l’immobilier (ACI), qui revoit à la baisse ses projections pour 2022-23.

Un facteur important a été l’effet des taux hypothécaires réduits sur cinq ans sur la simulation de crise. En avril 2022 seulement, les taux réduits habituels sur cinq ans sont passés de légèrement supérieurs à 3% à un peu plus de 4%. Le taux de la simulation de crise est le plus élevé entre 5,25% et le taux contractuel majoré de 2%. Pour les emprunteurs à taux fixe, il vient de passer de 5,25% à juste au-dessus de 6%, soit une augmentation de presque 1%. Les taux d’intérêt variables emboîteront le pas d’ici la fin de l’année 2022.

Tableau gracieuseté – ACI

«Quelque 568 288 habitations devraient changer de mains par l’entremise des courtiers immobiliers à la grandeur du pays en 2022. Il s’agit d’une baisse de 14,7% par rapport au record de 2021. Cela demeure tout de même le deuxième nombre de transactions annuelles le plus élevé jamais enregistré. Compte tenu de l’évolution rapide du marché, cette révision à la baisse s’avère importante. Seules les provinces de l’Alberta et de Terre-Neuve-et-Labrador iront à l’encontre de cette tendance à la baisse cette année», précise l’ACI dans sa récente mise à jour.

Prix en hausse

Le prix moyen d’une propriété à l’échelle nationale devrait néanmoins augmenter de 10,8% en 2022 pour atteindre 762 386$. Inévitablement, les marchés de Montréal et surtout Toronto ainsi que Vancouver dopent cette statistique. La situation n’est pas similaire partout en région. Les hausses des prix les plus importantes sont prévues dans les Maritimes, suivies de l’Ontario et du Québec.

En 2023, les reventes résidentielles nationales devraient reculer d’encore 2,8%, pour atteindre environ 552 403 unités. Durant cette période, le prix moyen d’une propriété à l’échelle nationale devrait augmenter d’un modeste 3,1% pour atteindre 786 282$.

(Source: ACI)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.