17:51 3 mars 2022 | mise à jour le: 3 mars 2022 à 16:52 Temps de lecture: 3 minutes

Vos bottes «imperméables» le sont-elles réellement? 

Vos bottes «imperméables» le sont-elles réellement? 
Photo: Unsplash

Plus capable d’avoir les pattes trempées, vous avez probablement déjà jeté votre dévolu sur de nouvelles bottes décorées d’une grande étiquette «IMPERMÉABLE» en vous félicitant de mettre enfin un terme à votre calvaire. Mais, une fois les bancs de sloche traversés avec vos godasses flambettes, eh misère… vous êtes encore pris pour tordre vos bas. Guide d’achat pour ne plus se tromper.

«Il faut bien lire les étiquettes. Une botte qui “résiste à l’eau”, ça ne veut pas dire imperméable. Et même lorsque vous voyez “imperméable”, parfois, ce n’est qu’une partie de la botte qui est protégée», avertit l’amateur de plein air et employé chez Arc’teryx Montréal, François Laplante-Anfossi.

Pour une performance optimale, oubliez donc les bottillons dont la surface a été simplement vaporisée d’un imperméabilisant. Cette protection ne dure généralement que quelques semaines. Il faut alors constamment ajouter du produit protecteur.

C’est déjà mieux si elles ont été «enduites» d’un imperméabilisant. Ça signifie alors qu’elles ont été carrément trempées dans un produit qui repousse l’eau lors du processus de tannage. Vos pieds pourraient alors rester à l’abri plus longtemps dans des conditions hivernales douces. Elles ne résisteraient cependant pas à une tempête ou à une imposante flaque d’eau sur le chemin du boulot.

Un traitement DWR («durable water repellency» ou «traitement déperlant durable», TDD, en français) suffit à repousser l’eau des vêtements sportifs, comme lorsqu’il est appliqué sur les manteaux, mais ne garantit pas des pieds au sec.

«Les valeurs sûres sont celles qui contiennent une membrane d’étanchéité [respirante] comme Gore-Tex, assure Guillaume Turgeon-Cazelais, assistant-gérant au magasin MEC de Longueuil. Si en plus elle a été laminée [NDLR: collée à la doublure], c’est quasi impénétrable. C’est comme un sac en plastique, mais qui laisse passer la vapeur d’eau.»

«[Avant d’acheter], zieutez donc le modèle en magasin ou en ligne ou renseignez-vous auprès des commis. Assurez-vous aussi que la membrane recouvre le pied au complet», conseille-t-il.

Encore mieux? Cherchez un modèle avec des coutures «scellées» qui empêchent l’eau de s’infiltrer.

Sinon, vous pouvez toujours opter pour des bottes en caoutchouc 100% imperméables, comme les Sorel multicolores que vous portiez dans la cour d’école, mais si vous pratiquez un sport, vos pieds risquent de finir détrempés. Pas à cause du p’tit morveux qui vous a poussé dans la neige, mais parce que la sueur y restera emprisonnée.


3 modèles québécois ou canadiens réellement imperméables :

Bottes Acrux TR GTX pour hommes – Arc’teryx (340$)

La botte légère mais tout de même assez rigide est munie d’une membrane imperméable en Gore-Tex. Elle est parfaite pour la randonnée et même les grandes expéditions tout en demeurant stylée.

Bottes Veronica 2.0 pour femmes – Pajar (en solde à 199$)

La botte est munie d’une membrane imperméable maison nommée Pajar-Tex.

Bottes Neptune pour femmes – Cougar (en solde à 120$)

La botte est munie d’une membrane en polyuréthane thermoplastique sous la doublure et est isolé au Primaloft, une matière isolante résistante à l’eau.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.