Inspiration
14:18 23 juillet 2021 | mise à jour le: 2 novembre 2021 à 15:04 Temps de lecture: 4 minutes

Épicerie: La liste à penser de Geneviève Marchand, nutritionniste

Épicerie: La liste à penser de Geneviève Marchand, nutritionniste
Une liste d’épicerie bien préparée permet d’économiser même sur le produits santé. 
  • Ce qui fait toute la différence c’est de faire une liste d’épicerie avant de partir. «Sinon, sans liste, on achète par réflexe, on finit avec moins de variété, et on achète des choses dont on n’a pas besoin, ce qui au final revient plus cher. Et quand on achète trop, ça coûte cher et on perd de la bouffe. »
  • Utiliser une application pour nous faciliter la vie. Par exemple Paprika, une application qui permet la gestion de recettes pour obtenir des listes d’épicerie automatiques, ou alors Family Wall, qui englobe les mêmes aspects que la précédente mais qui aussi aide à la gestion des activités de la famille.
  • Faire un menu pour la semaine. «Ça peut sembler lourd mais ça fait une grosse différence dans la gestion du budget. Le menu ne nous oblige pas à manger les repas au soir près. Il s’agit seulement de planifier les achats en fonction d’un certain nombre de repas afin de ne pas dépasser notre budget.»
  • Utiliser les spéciaux. «Avec internet on a accès à la circulaire de la semaine suivante, donc on peut mieux planifier. Avec l’application REEBEE on peut consulter tous les spéciaux dans tous les magasins à proximité pour nous aider à choisir.»
  • Limiter le gaspillage et réinventer les restes. «Jeter la nourriture est ce qui coûte le plus cher. C’est rare qu’on ne peut pas récupérer les restes, le riz peut devenir des boules de risotto, les vieux légumes un potage. Le truc c’est de les placer à l’avant dans le frigo pour ne pas les oublier.»
  • Cuisiner le plus possible soi-même. «Ça coûte moins cher et c’est plus nutritionnel. Les produits préparés pas chers ne sont pas nutritionnels. Quand on cuisine, on connait tous les ingrédients que l’on met dans notre nourriture et c’est plus économique.»
  • Faire de la place aux protéines végétales comme les légumineuses, le tofu, le tempeh. «Ce sont des produits vraiment économiques et très nutritifs. Les légumineuses sèches coûtent une fraction du prix de ceux en conserve qui sont déjà à bas prix.
  • Essayer le nouvel aliment vedette: la protéine végétale texturée (PVT) que l’on retrouve dans les épiceries en vrac ou les IGA dans la section biologique. «La PVT est facile à utiliser et elle passe inaperçue quand on la mélange avec de la viande hachée moitié-moitié. On peut aussi l’utiliser dans des galettes. Il y a plein de recettes intéressantes sur le web.»
  • Opter pour des fruits et légumes de saison qui font une différence sur le prix, et qui offrent une belle variété dans l’année au cours de l’année.
  • Hors saison, se tourner vers les fruits et légumes surgelés. «Il n’y a pas de perte nutritionnelle avec le surgelé, c’est l’équivalent du frais. »
  • Si on est une pro de la gestion, l’autre truc c’est d’acheter en plus gros pour économiser. «Par exemple, la viande en spécial, ça se congèle bien. »
  • Finalement, un truc pour ceux qui voudraient manger bio : comparer les prix. « Les prix des produits bio ont chuté dans les dernières années. Il n’y a pas toujours une grande différence avec les produits non bio.

Recette de croustade aux pommes au PVT

Geneviève Marchand est nutritionniste chez Equipenutrition.ca 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *