justice
12:53 14 février 2019

Opération Oursin – Dur coup asséné au crime organisé

Opération Oursin – Dur coup asséné au crime organisé
L’escouade a saisi, entre autres, huit vestes. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

JUSTICE. L’opération Oursin amorcée en août 2018, organisée conjointement avec plusieurs corps policiers du Québec et du Nouveau-Brunswick, a asséné aujourd’hui un dur coup au crime organisé en mettant un terme à une importante structure de distribution de stupéfiant dans l’Est du Québec et au Nouveau-Brunswick. Au total, 32 individus ont été arrêtés et quatre autres sont toujours recherchés.

Guy Lapointe, porte-parole de l’Escouade nationale de répression du crime organisé, confirme la participation de 150 policiers dans cette opération. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Lors d’un point de presse organisé ce matin à la centrale de la Sûreté du Québec à Québec, Guy Lapointe, porte-parole de l’Escouade nationale de répression du crime organisé (ENRCO), a livré un bilan de l’opération réalisée conjointement avec l’escouade régionale mixte Rive-Nord (ERM). Au total, six kilos de cocaïne, plus de 232 000 comprimés de méthamphétamines, plus de 640 000 $ en argent, 23 armes à feu, trois véhicules et huit vestes aux couleurs des Hells Angels ont été saisis.

«On a anéanti aujourd’hui la structure qui contrôle la distribution et ça, c’est majeur. On frappe l’approvisionnement en argent, là où ça fait mal.»
-Guy Lapointe

L’inspecteur précise que tout ce territoire était sous le contrôle des Hells Angels du chapitre Nomade du Nouveau-Brunswick. «Les frères Yannick et Éric Blanchet, qui ont été arrêtés ce matin, effectuaient la gestion de ce territoire pour le compte des Hells Angels. L’enquête tend à démontrer que ces réseaux contrôlaient la distribution et la vente de drogue de synthèse et de cocaïne.»

Guy Lapointe confirme que plusieurs têtes dirigeantes ont été arrêtées ainsi qu’une quinzaine de distributeurs. Les comparutions des suspects s’effectuent aujourd’hui aux palais de justice de Québec, de Rimouski, de Percé et des îles de la Madeleine.

Frapper là où ça fait mal

Divers représentants des corps policiers impliqués dans cette opération (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Selon le porte-parole de l’ENRCO, l’enquête a permis d’établir que sur une période de quatre mois, le chiffre d’affaires de cette structure s’élevait à 2,4 M$ environ et générait des revenus de 250 000 $ versés aux Hells Angels. «La mécanique est simple, les Hells Angels contrôlent le territoire et permettent à des réseaux de faire la vente de stupéfiants moyennant le paiement d’une redevance ou en imposant une taxe sur la quantité de drogue vendue.»

D’autres projets, réalisés depuis quelques mois par l’ENRCO, ont affaibli le crime organisé en attaquant les réseaux de distributeurs selon le porte-parole. «L’un visait une source d’alimentation en cocaïne provenant de Montréal, un autre enquêtait sur l’organisation criminelle impliquée dans le trafic de stupéfiants sur les rives nord et sud de Québec et l’est du Québec.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *